Tunisie


Tunisie ( arabe : تونس Tūnis ; berbère : ⵜⵓⵏⴻⵙ ), officiellement la République de Tunisie ( arabe : الجمهورية التونسية al-Jumhuriya à-Tunisiya ; berbère : ⵜⴰⴳⴷⵓⴷⴰ ⵏ ⵜⵓⵏⴻⵙ ) est le pays le plus septentrional en Afrique, couvrant 165.000 kilomètres carrés (64 000 miles carrés). Son point le plus au nord, Cape Angela , est le point le plus au nord du continent africain. Il est bordé par l’Algérie à l’ouest et au sud-ouest, la Libye au sud-est et la Méditerranée au nord et à l’est. Tunisie’

Géographiquement, la Tunisie contient l’extrémité est des montagnes de l’ Atlas et la partie nord du désert du Sahara . Une grande partie du reste de la terre du pays est un sol fertile. Ses 1300 kilomètres (810 milles) de littoral comprennent la conjonction africaine des parties occidentale et orientale du bassin méditerranéen et, au moyen du détroit sicilien et de la Chaîne de Sardaigne , présente les deuxième et troisième points les plus proches de l’ Afrique continentale en Europe après Gibraltar .

La Tunisie est un unitaire semi-présidentiel démocratique représentative république . Il est considéré comme la seule démocratie totale dans le monde arabe. [16] [17] Il a un indice de développement humain élevé . [14] Il a un accord d’association avec l’ Union européenne ; est membre de la Francophonie , l’ Union pour la Méditerranée , l’ Union du Maghreb arabe , la Ligue arabe , l’ OCI , l’ arabe de libre – échange de la Communauté des États sahélo-sahariens , l’ Union africaine , Le mouvement des non-alignés , le groupe des 77 ; Et a obtenu le statut d’ allié majeur non-OTAN des États-Unis. En outre, la Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale . Des relations étroites avec l’Europe – en particulier avec la France [18] et avec l’Italie [19] [20] – ont été forgées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle. Et a obtenu le statut d’ allié majeur non-OTAN des États-Unis. En outre, la Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale . Des relations étroites avec l’Europe – en particulier avec la France [18] et avec l’Italie [19] [20] – ont été forgées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle. Et a obtenu le statut d’ allié majeur non-OTAN des États-Unis. En outre, la Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale . Des relations étroites avec l’Europe – en particulier avec la France [18] et avec l’Italie [19] [20] – ont été forgées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle. La Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale . Des relations étroites avec l’Europe – en particulier avec la France [18] et avec l’Italie [19] [20] – ont été forgées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle. La Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale . Des relations étroites avec l’Europe – en particulier avec la France [18] et avec l’Italie [19] [20] – ont été forgées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle.

Dans l’Antiquité, la Tunisie était principalement habité par les Berbères. L’immigration phénicienne a commencé au 12ème siècle avant JC; Ces immigrants ont fondé Carthage . Une grande puissance mercantile et un rival militaire de la République romaine , Carthage fut vaincu par les Romains en 146 avant JC. Les Romains, qui occuperaient la Tunisie pendant la plupart des huit cents ans, ont introduit le christianisme et laissé des legs architecturaux comme l’ amphithéâtre El Djem . Après plusieurs tentatives commençant en 647, les Arabes ont conquis l’ensemble de la Tunisie par 697, suivis des Ottomans entre 1534 et 1574. Les Ottomans ont dominé pendant plus de trois cents ans. La colonisation française de la Tunisie s’est produite en 1881. La Tunisie a pris l’indépendance avec Habib Bourguiba et a déclaré la République tunisienne en 1957. En 2011, la Révolution tunisienne a entraîné le renversement du Président Zine El Abidine Ben Ali , suivi des élections législatives . Le pays a voté pour nouveau le Parlement le 26 octobre 2014, [21] et le Président le 23 novembre 2014. [22]

Etymologie

Le mot Tunisie est dérivé de Tunis ; Un centre urbain central et la capitale de la Tunisie moderne. La forme actuelle du nom, avec son suffixe latin , a évolué à partir de la Tunisie française . [23] La dérivée française Tunisie a été adoptée dans certaines langues européennes avec de légères modifications, en introduisant un nom distinctif pour désigner le pays. D’autres langues sont restées intactes, comme le Tchèque russe ( Tunís ) et l’Espagnol Túnez . Dans ce cas, le même nom est utilisé à la fois pour le pays et la ville, comme avec l’ تونس en arabe , et seulement par contexte, on peut dire la différence. [23]

Le nom de Tunis peut être attribué à différentes origines. Il est généralement associé à la racine berbère ⵜⵏⵙ, transcrit tns , qui signifie “s’allonger” ou “campement”. [24] Il est parfois également associé à la déesse punique Tanith (aka Tunit) , [23] [25] ancienne ville de Tynes . [26] [27]

Avant la Tunisie, le nom du territoire était l’ Ifriqiya ou l’ Afrique , qui donnait le nom actuel du continent Afrique.

Histoire

Antiquité

Les méthodes agricoles ont atteint la vallée du Nil depuis la région de Crescent Fertile vers 5000 av. J.-C., et se sont répandues au Maghreb vers 4000 av. J.-C. Les communautés agricoles dans les plaines côtières humides du centre de la Tunisie étaient alors des ancêtres des tribus berbères d’aujourd’hui .

On a cru dans l’Antiquité que l’Afrique était à l’origine peuplée de Gaétuliens et Libyens, les deux peuples nomades. Selon l’historien romain Salluste , le demi-dieu Hercules est mort en Espagne et son armée orientale polyglotte a été laissée pour s’installer dans la terre, avec une certaine migration vers l’Afrique. Les Perses sont allés en Occident et se sont mariés avec les Gaetuliens et sont devenus les Numidiens. Les Medes se sont installés et ont été connus sous le nom de Mauri, plus tard des Maures.

Les Numidiens et les Maures appartenaient à la race d’où descendent les Berbères. Le nom traduit de Numidian est Nomad et en effet les gens étaient semi-nomades jusqu’au règne de Masinissa de la tribu Massyli. [28] [29] [30] [31] [32]

Au début de l’histoire enregistrée, la Tunisie était habité par des tribus berbères . Sa côte était installée par des Phéniciens dès le 12ème siècle av. J.-C. ( Bizerte , Utica ). La ville de Carthage a été fondée au 9ème siècle av. J.-C. par les Phéniciens. La légende dit que Dido de Tyr, maintenant au Liban moderne, a fondé la ville en 814 av. J.-C., comme l’a écrit l’écrivain grec Timaeus de Tauromenium. Les colons de Carthage ont apporté leur culture et leur religion aux Phéniciens. [33]

Après la série de guerres avec les villes grecques de Sicile au 5ème siècle av. J.-C., Carthage a pris le pouvoir et est finalement devenu la civilisation dominante dans la Méditerranée occidentale . Le peuple de Carthage a adoré un panthéon des dieux du Moyen-Orient, y compris Baal et Tanit . Le symbole de Tanit, une figure féminine simple avec des bras étendus et une robe longue, est une icône populaire trouvée dans les sites anciens. Les fondateurs de Carthage ont également établi une Tophet , qui a été modifiée à l’époque romaine.

Une invasion carthaginoise d’Italie dirigée par Hannibal lors de la Seconde Guerre Punique , l’une d’une série de guerres avec Rome , a presque paralysé la montée du pouvoir romain. À partir de la conclusion de la Deuxième Guerre Punique en 202 av. J.-C., Carthage a fonctionné comme État client de la République romaine pendant encore 50 ans.

Après la bataille de Carthage en 149 av. J.-C., Carthage fut conquis par Rome. Après la conquête romaine, la région est devenue l’un des principaux greniers de Rome et a été totalement latinisée.

Pendant la période romaine, la région de ce qui est actuellement la Tunisie a connu un développement énorme. L’économie, principalement pendant l’Empire, a explosé: la prospérité de la région dépendait de l’agriculture. Appelé le Granary of the Empire , la région de la Tunisie réelle et de la Tripolitanie côtière , selon une estimation, a produit un million de tonnes de céréales chaque année, dont un quart a été exporté vers l’Empire. Des cultures supplémentaires incluaient des haricots, des figues, des raisins et d’autres fruits.

Au 2ème siècle, l’huile d’olive faisait appel aux céréales en tant qu’élément d’exportation. Outre les cultures et la capture et le transport d’animaux sauvages exotiques des montagnes de l’Ouest, la principale production et les exportations comprenaient les textiles, le marbre, le vin, le bois, le bétail, la poterie, comme la glissade rouge africaine et la laine.

Il y avait même une énorme production de mosaïques et de céramiques, exportées principalement vers l’Italie, dans la zone centrale d’ El Djem (où se trouvait le deuxième plus grand amphithéâtre de l’Empire romain).

L’évêque berbère Donatus Magnus a été le fondateur d’un groupe chrétien connu sous le nom de donatistes . [34] Au cours des 5ème et 6ème siècles (de 430 à 533 après JC), les Vandales germaniques envahirent et régnaient sur un royaume d’Afrique du Nord qui comprenait Tripoli actuel. La région a été facilement reconquise en 533-534 après J.-C., pendant la règle de l’empereur Justinien I , par les Romains de l’ Est dirigés par le général Belisarius .

Moyen Âge

Les dômes de la grande mosquée de Kairouan . Fondée en 670, elle date en grande partie de la période Aghlabid (9ème siècle). C’est la plus ancienne mosquée du Maghreb .

Quelque temps entre la seconde moitié du 7ème siècle et le début du 8ème siècle, la conquête musulman arabe s’est produite dans la région . Ils ont fondé la première ville islamique en Afrique du Nord, Kairouan . C’était là, en 670 après JC, que la Mosquée d’Uqba , ou la Grande Mosquée de Kairouan, était construite. [35] Cette mosquée est le sanctuaire le plus ancien et le plus prestigieux de l’Occident musulman avec le minaret le plus ancien au monde; [36], il est également considéré comme un chef-d’œuvre de l’art et de l’architecture islamiques. [37]

Les gouverneurs arabes de Tunis ont fondé la dynastie Aghlabid , qui a régi la Tunisie, la Tripolitaine et l’est de l’Algérie de 800 à 909. [38] La Tunisie a prospéré sous la domination arabe lorsque des systèmes étendus ont été construits pour fournir aux villes de l’eau à usage domestique et l’irrigation qui a favorisé l’agriculture ( En particulier la production d’olives). [38] [39]Cette prospérité a permis la vie de la cour luxueuse et a été marquée par la construction de nouvelles villes de palais telles que Al-Abassiya (809) et Raqadda (877). [38]

Après la conquête du Caire , les Fatimides abandonnèrent la Tunisie et une partie de l’ Est Algérie aux locaux Zirides (972-1148). [40] La Tunisie Ziride a prospéré dans de nombreux domaines: l’agriculture, l’industrie, le commerce et l’apprentissage religieux et laïque. [41] Cependant, la gestion des émirs Zirid suivants était négligeable et l’instabilité politique était liée au déclin du commerce et de l’agriculture tunisiens. [38] [42] [43]

L’invasion de la Tunisie par Banu Hilal , une tribu bédouine arabe de guerre, encouragée par les Fatimides d’Egypte à saisir l’Afrique du Nord, a poussé la vie urbaine et économique de la région à un nouveau déclin. [40] L’historien arabe Ibn Khaldoun a écrit que les terres ravagées par les envahisseurs de Banu Hilal étaient devenues complètement désertes et désertiques. [42] [44]

Les côtes ont été tenues brièvement par les Normands de Sicile au 12ème siècle, mais après la conquête de la Tunisie en 1159-1160 par les Almohades les derniers chrétiens en Tunisie ont disparu. Les Almohades ont d’abord régné sur la Tunisie par l’intermédiaire d’un gouverneur, généralement un parent proche du calife. Malgré le prestige des nouveaux maîtres, le pays était encore indiscipliné, avec des émeutes et des combats continus entre les citadins et les Arabes errants et les Turcs, ce dernier étant le sujet de l’aventurier arménien musulman Karakush. Aussi la Tunisie a été occupée par Ayyubids entre 1182 et 1183 et encore entre 1184 et 1187. [45]

La plus grande menace pour la domination de l’ Almohad en Tunisie était le Banu Ghaniya , les proches des Almoravides , qui, de leur base à Majorque, ont essayé de restaurer l’Almoravide sur le Maghreb. Vers 1200, ils ont réussi à étendre leur domination sur toute la Tunisie, jusqu’à ce qu’ils soient écrasés par les troupes almohadiennes en 1207. Après ces succès, les Almohades ont installé Walid Abu Hafs en tant que gouverneur de la Tunisie. La Tunisie est restée partie de l’état almohadien, jusqu’à 12h30, lorsque le fils d’Abu Hafs s’est déclaré indépendant. Pendant le règne de la dynastie Hafsid, des relations commerciales fructueuses ont été établies avec plusieurs États chrétiens de la Méditerranée. [46] À la fin du 16ème siècle, la côte est devenue une forteresse pirate (voir:

Tunisie ottomane

Au cours des dernières années des Hafsids , l’Espagne a saisi de nombreuses villes côtières, mais celles-ci ont été récupérées par l’ Empire ottoman .

La première conquête ottomane de Tunis a eu lieu en 1534 sous le commandement de Barbarossa Hayreddin Pacha , le frère cadet d’Oruç Reis, qui était le Pacha Kapudan de la Flotte Ottomane sous le règne de Suleiman le Magnifique . Cependant , ce n’est que lors de la dernière reconquête ottomane de Tunis en provenance d’Espagne en 1574 sous Kapudan Pasha Uluç Ali Reis que les Ottomans ont acquis en permanence l’ancienne Hafsid Tunisie , la conservant jusqu’à la conquête française de la Tunisie en 1881.

Initialement sous la domination turque d’Alger, bientôt la porte ottomane a nommé directement pour Tunis un gouverneur appelé le Pacha soutenu par des forces janissaires . Cependant, longtemps avant, la Tunisie est devenue une province autonome, sous la commune de Bey . Sous ses gouverneurs turcs , les Beys , en Tunisie, ont acquis une indépendance virtuelle. La dynastie Hussein de Beys, créée en 1705, a duré jusqu’en 1957. [47]Cette évolution du statut fut de temps en temps contestée sans succès par Alger.

Les attaques contre les transports maritimes européens ont été faites par des corsaires , principalement d’Alger, mais aussi de Tunis et Tripoli , mais après une longue période de raids baisse de la puissance croissante des Etats européens ont finalement forcé sa résiliation. Sous l’Empire ottoman, les frontières de la Tunisie se sont contractées; Il a perdu du territoire à l’ouest ( Constantin ) et à l’est ( Tripoli ).

De grandes épidémies ont ravagé la Tunisie en 1784-1785, 1796-1797 et 1818-1820. [48]

Au 19ème siècle, les dirigeants de Tunisie ont pris conscience des efforts en cours de réforme politique et sociale dans la capitale ottomane . Le Bey de Tunis, par ses propres lumières, mais informé par l’exemple turc, a tenté d’effectuer une réforme modernisatrice des institutions et de l’économie. [49] La dette internationale tunisienne est devenue ingérable. C’était la raison ou le prétexte pour les forces françaises d’établir un Protectorat en 1881.

Tunisie française (1881-1956)

En 1869, la Tunisie s’est déclarée en faillite et une commission financière internationale a pris le contrôle de son économie. En 1881, sous le prétexte d’une incursion tunisienne en Algérie , les Français envahirent une armée d’environ 36 000 et obligèrent le Bey à accepter les termes du Traité de Bajo de 1881 (Al Qasr as Sa’id). [50] Avec ce traité, la Tunisie a été officiellement constituée un protectorat français , par rapport aux objections de l’Italie. Sous la colonisation française, les colonies européennes dans le pays ont été activement encouragées; Le nombre de colons français est passé de 34 000 en 1906 à 144 000 en 1945. En 1910, il y avait 105 000 Italiens en Tunisie . [51]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie française a été régie par le gouvernement pro-nazi de Vichy, situé en France métropolitaine. Le statut antisémite sur les juifs promulgué par le Vichy a également été mis en œuvre à Vichy North Africa et à l’étranger. Ainsi, la persécution et le meurtre des Juifs de 1940 à 1943 faisaient partie de la Shoah en France.

De novembre 1942 à mai 1943, Vichy Tunisie a été occupée par l’Allemagne nazie. Le commandant SS Walter Rauff a continué à mettre en œuvre la Solution finale là-bas. De 1942-1943, la Tunisie a été le théâtre de la campagne Tunisie , une série de batailles entre les forces de l’ Axe et des Alliés . La bataille a ouvert avec le succès initial des forces allemandes et italiennes, mais l’offre massive et la supériorité numérique des Alliés ont conduit à l’ abandon de l’ Axe le 13 mai 1943. [52] [53]

Post-indépendance (1956-2011)

La Tunisie a obtenu l’indépendance de la France en 1956 avec Habib Bourguiba en tant que Premier ministre. Un an plus tard, la Tunisie a été déclarée république, Bourguiba étant le premier président . [54] Depuis l’indépendance en 1956 jusqu’à la révolution de 2011, le gouvernement et le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), anciennement Neo Destour et le Parti socialiste destructeur , en étaient effectivement. À la suite d’un rapport d’ Amnesty International , The Guardian a appelé la Tunisie “l’un des pays les plus modernes mais répressifs du monde arabe”. [55]

En novembre 1987, les médecins ont déclaré Bourguiba impropre à la règle et, dans un coup d’état sans sang, le Premier ministre Zine El Abidine Ben Ali a assumé la présidence [54] conformément à l’article 57 de la Constitution tunisienne. [56] L’anniversaire de la succession de Ben Ali, le 7 novembre, a été célébré comme fête nationale. Il a été constamment réélu avec des majorités énormes tous les cinq ans (bien plus de 80 pour cent des voix), le dernier étant le 25 octobre 2009 [57] jusqu’à ce qu’il fuisse le pays au milieu des troubles populaires en janvier 2011.

Ben Ali et sa famille ont été accusés de corruption [58] et pillant l’argent du pays. La libéralisation économique a offert d’autres possibilités de mauvaise gestion financière [59] alors que les membres corrompus de la famille Trabelsi , notamment dans les cas d’ Imed Trabelsi et Belhassen Trabelsi , contrôlaient une grande partie du secteur des entreprises dans le pays. [60] La première dame Leila Ben Ali a été décrite comme un “shopaholic impassible ” qui a utilisé l’avion de l’État pour faire des voyages non officiels fréquents aux capitales de la mode en Europe. [61] La Tunisie a refusé une demande française pour l’extradition de deux des neveux du président, du côté de Leila, Qui ont été accusés par le procureur de l’Etat français d’avoir volé deux méga-yachts d’une marina française. [62] Le gendre de Ben Ali, Sakher El Materi, a été répandu comme étant prêt à éventuellement prendre le contrôle du pays. [63]

Des groupes indépendants de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International , Freedom House et Protection International, ont documenté que les droits humains et politiques fondamentaux n’étaient pas respectés. [64] [65] Le régime entravait de quelque manière que ce soit le travail des organisations locales de défense des droits de l’homme. [66] En 2008, en termes de liberté de la presse , la Tunisie a été classée 143ème sur 173. [67]

Post-revolution (depuis 2011)

La révolution tunisienne [68] [69] a été une campagne intensive de résistance civile qui a été précipitée par le chômage élevé , l’inflation alimentaire , la corruption , [70] un manque de liberté d’ expression et d’autres libertés politiques [71] et de mauvaises conditions de vie . Les syndicats seraient partie intégrante des manifestations. [72] Les protestations ont inspiré le printemps arabe , une vague d’actions similaires dans le monde arabe.

Le catalyseur des manifestations de masse a été la mort de Mohamed Bouazizi , un vendeur ambulant tunisien de 26 ans, qui s’est incendié le 17 décembre 2010 pour protester contre la confiscation de ses marchandises et l’humiliation infligée par un responsable municipal. La colère et la violence se sont intensifiées à la suite de la mort de Bouazizi le 4 janvier 2011, qui a mené le président Zine El Abidine Ben Ali à démissionner et à fuir le pays le 14 janvier 2011, après 23 ans au pouvoir.

Des protestations ont continué pour l’interdiction du parti au pouvoir et l’expulsion de tous ses membres du gouvernement de transition formé par Mohammed Ghannouchi . Finalement, le nouveau gouvernement a cédé les demandes. Un tribunal tunisien a interdit l’ancien parti RCD et a confisqué toutes ses ressources. Un décret du ministre de l’Intérieur interdit la «police politique», les forces spéciales qui ont été utilisées pour intimider et persécuter les militants politiques. [73]

Le 3 mars 2011, le président a annoncé que les élections à une assemblée constituante se tiendraient le 23 octobre 2011. [ citation nécessaire ] Les observateurs internationaux et internes ont déclaré le vote libre et équitable. Le Mouvement d’Ennahda , précédemment banni sous le régime de Ben Ali, a remporté une majorité de 90 sièges sur un total de 217. [74] Le 12 décembre 2011, l’ancien dissident et ancien défenseur des droits humains Moncef Marzouki a été élu président. [75]

En mars 2012, Ennahda a déclaré qu’il ne soutiendrait pas de faire de la charia la principale source de législation dans la nouvelle constitution, en maintenant la nature laïque de l’État. La position d’Ennahda sur la question a été critiquée par les islamistes de ligne dure, qui voulaient une charia stricte, mais ont été accueillis par les partis laïques. [76] Le 6 février 2013, Chokri Belaid , chef de l’opposition de gauche et critique éminent de Ennahda, a été assassiné. [77]

En 2014, le président Moncef Marzouki a créé la Commission tunisienne de la vérité et de la dignité , en tant que partie essentielle de la création d’une réconciliation nationale. [78]

La Tunisie a été frappée par deux attentats terroristes contre les touristes étrangers en 2015, ayant tué 22 personnes au musée national du Bardo et tuant plus de 38 personnes au front de mer de Sousse . Le président tunisien, Beji Caid Essebsi , a renouvelé l’état d’urgence en octobre pendant trois mois de plus. [79]

Le Quatuor de dialogue national tunisien a remporté le prix Nobel de la paix de 2015 pour son travail dans la construction d’un ordre politique pacifique et pluraliste en Tunisie. [80]

Géographie

La Tunisie est située sur la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord, à mi-chemin entre l’océan Atlantique et le delta du Nil . Il est bordé par l’Algérie à l’ouest et au sud- ouest et en Libye au sud-est. Il se trouve entre les latitudes 30 ° et 38 ° N et longitudes 7 ° et 12 ° E . Un virage abrupte vers le sud de la côte méditerranéenne dans le nord de la Tunisie donne au pays deux côtes méditerranéennes distinctives, ouest-est au nord et nord-sud à l’est.

Bien qu’il soit relativement petit, la Tunisie a une grande diversité environnementale en raison de son étendue nord-sud. Son étendue est-ouest est limitée. Les différences en Tunisie, comme le reste du Maghreb, sont en grande partie des différences environnementales nord-sud définies par une forte diminution des précipitations vers le sud de n’importe quel point. L’extension dorsale et orientale des montagnes de l’Atlas traverse la Tunisie en direction nord-est de la frontière algérienne à l’ouest jusqu’à la péninsule Cape Bon à l’est. Le Nord de la Dorsale est le Tell, une région caractérisée par des collines et des plaines bas, encore une extension des montagnes à l’ouest en Algérie. Dans la Khroumerie , le coin nord-ouest du Tell tunisien, les élévations atteignent 1 050 mètres (3,440 pieds) et la neige se produit en hiver.

Le Sahel , une plaine côtière élargie le long de la côte thaïlandaise de la Méditerranée orientale, figure parmi les premières régions de culture oléicole du monde. À l’intérieur du Sahel, entre le Dorsal et une fourchette de collines au sud de Gafsa, se trouvent les Steppes . Une grande partie de la région sud est semi-aride et désertique .

La Tunisie a un littoral de 1 148 kilomètres (713 mi) de long. En termes maritimes, le pays revendique une zone contiguë de 24 milles marins (44,4 km; 27,6 mi) et une mer territoriale de 12 milles marins (22,2 km; 13,8 mi). [81]

Climat

Le climat de la Tunisie est la Méditerranée au nord, avec des hivers pluvieux doux et des étés chauds et secs. [82] Le sud du pays est désert. Le terrain au nord est montagneux, qui, en direction sud, cède la place à une plaine centrale chaude et sèche . Le sud est semi-aride et se confond avec le Sahara . Une série de lacs salés , appelés chotts ou shatts , se situent dans une ligne est-ouest au bord nord du Sahara, s’étendant du golfe de Gabès en Algérie . Le point le plus bas est Chott el Djerid à 17 mètres (56 pieds) sous le niveau de la mer et le plus élevé est Jebel ech Chambi à 1, 544 mètres (5 066 pieds). [83]

[ Cacher ]Données climatiques pour les données climatiques pour la Tunisie en général
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc An
Moyenne élevée ° C (° F) 14,7
(58,5)
15,7
(60,3)
17,6
(63,7)
20,3
(68,5)
24,4
(75,9)
28,9
(84)
32,4
(90,3)
32.3
(90.1)
29,2
(84,6)
24,6
(76,3)
19,6
(67,3)
15,8
(60,4)
22,96
(73,32)
Moyenne basse ° C (° F) 6.4
(43.5)
6,5
(43,7)
8.2
(46.8)
10,4
(50,7)
13,8
(56,8)
17,7
(63,9)
20.1
(68.2)
20,7
(69,3)
19
(66)
15,2
(59,4)
10.7
(51.3)
7,5
(45,5)
13.02
(55.42)
Précipitations moyennes mm (pouces) 50,5
(1,988)
45,3
(1,783)
43,4
(1,709)
35,5
(1,398)
21
(0,83)
10,8
(0,425)
3,7
(0,146)
8,8
(0,346)
10,5
(0,413)
38,6
(1,52)
46,4
(1,827)
56,4
(2,22)
370,9
(14,605)
Source: Weatherbase [84]

Politique

La Tunisie est une démocratie représentative et une république avec un président servant chef de l’ Etat , le Premier ministre en tant que chef du gouvernement , un monocaméral Parlement , et un système judiciaire de droit civil . La Constitution de la Tunisie , adoptée le 26 janvier 2014, garantit les droits des femmes et affirme que la religion du président “sera l’islam”. En octobre 2014, la Tunisie a tenu ses premières élections dans le cadre de la nouvelle constitution suite au printemps arabe. [85]

Le nombre de partis politiques légalisés en Tunisie a considérablement augmenté depuis la révolution. Il y a maintenant plus de 100 parties légales, y compris plusieurs qui existaient sous l’ancien régime. Au cours de la règle de Ben Ali, trois seulement ont fonctionné comme partis d’opposition indépendants: le PDP , FDTL et Tajdid . Bien que certaines parties plus âgées soient bien établies et puissent s’appuyer sur les structures précédentes des partis, bon nombre des plus de 100 parties existantes en février 2012 sont petites. [86]

Rares pour le monde arabe, les femmes ont plus de 20% de sièges dans le parlement bicaméral de la pré-révolution du pays. [87] Dans l’assemblée constitutive de 2011, les femmes détenaient entre 24% et 31% de tous les sièges. [88] [89]

La Tunisie est incluse dans la politique européenne de voisinage de l’ Union européenne (PEV), qui vise à rapprocher l’UE et ses voisins. Le 23 novembre 2014, la Tunisie a tenu sa première élection présidentielle suite au printemps arabe en 2011. [90]

Le système juridique tunisien est fortement influencé par le droit civil français , alors que la loi du statut personnel repose sur la loi islamique . [91] Les tribunaux de la charia ont été abolis en 1956. [91]

Un code de statut personnel a été adopté peu de temps après l’indépendance en 1956, ce qui, entre autres choses, a donné aux femmes un statut juridique complet (leur permettant de gérer et de détenir des entreprises, avoir des comptes bancaires et rechercher des passeports sous leur propre autorité). Le code interdit les pratiques de la polygamie et de la répudiation et le droit d’un mari de divorcer unilatéralement sa femme. [92] D’autres réformes en 1993 comprenaient une disposition permettant aux femmes tunisiennes de transmettre la citoyenneté même si elles sont mariées à un étranger et qui vivent à l’étranger. [93] La loi du statut personnel est appliquée à tous les Tunisiens indépendamment de leur religion. [91] Le Code de statut personnel demeure l’un des codes civils les plus progressifs en Afrique du Nord et dans le monde musulman. [94]

Droits de l’homme

Après la révolution, un certain nombre de salafistes groupes a émergé et dans certaines occasions ont violemment réprimées l’ expression artistique qui est considéré comme hostile à l’ islam. [95]

Depuis la révolution, certaines organisations non gouvernementales se sont reconstituées et des centaines de nouvelles ont émergé. Par exemple, la ligue tunisienne des droits de l’homme , première organisation des droits de l’homme en Afrique et dans le monde arabe, a opéré sous des restrictions et une intrusion d’État pour plus de la moitié de son existence, mais elle est maintenant complètement gratuite. Certaines organisations indépendantes, telles que l’Association tunisienne des femmes démocratiques, l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche et le développement, et l’ Association des avocats restent également actives. [86]

Le régime tunisien a été critiqué pour sa politique draconienne en matière de consommation de drogues récréatives, par exemple des peines de prison automatiques de 1 an pour consommation de cannabis. Les prisons sont surpeuplées et les délinquants toxicomanes représentent près d’un tiers de la population carcérale. [96]

Militaire

Article principal: Forces armées tunisiennes

En 2008 , la Tunisie avait une armée de 27 000 personnes équipées de 84 chars de combat principaux et de 48 chars légers. La marine avait 4 800 personnes en train d’exploiter 25 patrouilleurs et 6 autres bateaux. La Force aérienne tunisienne compte 154 avions et 4 UAV. Les forces paramilitaires étaient constituées d’une garde nationale de 12 000 membres. [97] Les dépenses militaires de la Tunisie étaient de 1,6% du PIB à partir de 2006 . L’armée est responsable de la défense nationale et de la sécurité intérieure. La Tunisie a participé aux efforts de maintien de la paix au Congo et en Éthiopie / Érythrée. [98] Les déploiements de maintien de la paix des Nations Unies pour les forces armées tunisiennes ont été au Cambodge ( UNTAC ), en Namibie ( UNTAG ), en Somalie, au Rwanda, au Burundi,

L’armée a historiquement joué un rôle professionnel et apolitique dans la défense du pays contre les menaces extérieures. Depuis janvier 2011 et à la direction du pouvoir exécutif, les militaires ont assumé une responsabilité accrue en matière de sécurité intérieure et de crise humanitaire. [86]

Divisions administratives

La Tunisie est subdivisée en 24 gouvernorats , qui sont encore divisés en 264 « délégations » ou « districts » ( mutamadiyat ) et subdivisés en municipalités ( shaykhats ) [99] et secteurs ( imadats ). [100]

Économie

La Tunisie est un pays orienté vers l’exportation dans le processus de libéralisation et de privatisation d’une économie qui a connu une croissance moyenne de 5% du PIB depuis le début des années 1990, a subi une corruption qui bénéficie aux élites liées politiquement. [101] Le Code pénal de la Tunisie criminalise plusieurs formes de corruption, y compris la corruption active et passive, les abus de pouvoir, l’extorsion et les conflits d’intérêts, mais le cadre anticorruption n’est pas effectivement appliqué. [102] La Tunisie a une économie diverse, allant de l’agriculture, des mines, de la fabrication et des produits pétroliers, au tourisme . En 2008 , il avait un PIB deUS $ 41 milliards ( taux de change officiels ), ou 82 milliards $ (parité de pouvoir). [8]

Le secteur agricole représente 11,6% du PIB, industrie 25,7% et services 62,8%. Le secteur industriel se compose principalement de fabrication de vêtements et de chaussures, la production de pièces automobiles et de machines électriques. Bien que la Tunisie ait enregistré une croissance moyenne de 5% au cours de la dernière décennie, elle continue de souffrir d’un taux de chômage élevé surtout chez les jeunes.

La Tunisie était en 2009 l’économie la plus compétitive en Afrique et la 40ème au monde par le Forum économique mondial . [103] La Tunisie a réussi à attirer de nombreuses entreprises internationales telles que Airbus [104] et Hewlett-Packard . [105]

Le tourisme a représenté 7% du PIB et 370 000 emplois en 2009. [106]

L’ Union européenne reste le premier partenaire commercial de la Tunisie, représentant actuellement 72,5% des importations tunisiennes et 75% des exportations tunisiennes. La Tunisie est l’un des partenaires commerciaux les plus établis de l’Union européenne dans la région méditerranéenne et occupe le 30ème partenaire commercial de l’UE. La Tunisie a été le premier pays méditerranéen à signer un accord d’association avec l’Union européenne, en juillet 1995, bien que même avant l’entrée en vigueur de la date d’entrée en vigueur, la Tunisie a commencé à démanteler les tarifs sur le commerce bilatéral de l’UE. La Tunisie a finalisé le démantèlement des tarifs pour les produits industriels en 2008 et a donc été le premier pays méditerranéen à entrer dans une zone de libre échange avec l’UE. [107]

Tunis Sports City est une ville sportive qui se construit actuellement à Tunis, en Tunisie. La ville qui comprendra des immeubles d’habitation ainsi que plusieurs installations sportives sera construit par le groupe Bukhatir au coût de 5 milliards de dollars. [108] Le port financier de Tunis fournira le premier centre financier offshore en Afrique du Nord à la baie de Tunis dans le cadre d’un projet d’une valeur de développement final de 3 milliards de dollars. [109] La ville de Tunis Télécom est un projet de 3 milliards de dollars US pour créer un centre informatique à Tunis . [110]

La Tunisie Economic City est une ville construite près de Tunis à Enfidha . La ville se composera de bâtiments résidentiels, médicaux, financiers, industriels, de divertissement et touristiques, ainsi que d’une zone portuaire pour un coût total de 80 milliards de dollars. Le projet est financé par des entreprises tunisiennes et étrangères. [111]

Les 29 et 30 novembre, la Tunisie a organisé une conférence de placement Tunisie2020 pour attirer 30 milliards de dollars de projets d’investissement. [112]

Tourisme

Parmi les attractions touristiques de la Tunisie se trouvent la capitale cosmopolite de Tunis, les ruines anciennes de Carthage, les quartiers musulmans et juifs de Jerba et les stations balnéaires à l’extérieur de Monastir. Selon The New York Times, la Tunisie est «connue pour ses plages dorées, son temps ensoleillé et son luxe abordable». [113]

Énergie

Sources de production d’électricité en Tunisie [114]

  Vapeur thermique (44%)
  Cycle combiné (43%)
  Turbine à gaz (11%)
  Vent, Hydroélectrique, Solaire (2%)

La majorité de l’électricité utilisée en Tunisie est produite localement, par la société publique STEG (Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz). En 2008, un total de 13 747 GWh a été produit dans le pays. [115]

La production de pétrole en Tunisie est d’environ 97 600 barils par jour (15 520 m 3 / j). Le domaine principal est El Bourma. [116]

La production de pétrole a débuté en 1966 en Tunisie. Actuellement, il y a 12 champs de pétrole. [117]

La Tunisie a des plans pour deux centrales nucléaires , pour être opérationnel en 2019. Les deux installations devraient produire 900-1000 MW . La France devrait devenir un partenaire important dans les plans de l’énergie nucléaire en Tunisie, après avoir signé un accord, avec d’autres partenaires, pour la formation et la technologie. [118] [119] En 2015 , la Tunisie a abandonné ces plans. Au lieu de cela, la Tunisie envisage d’autres options pour diversifier son mélange d’énergie, comme les énergies renouvelables, le charbon, les gaz de schiste, le gaz naturel liquéfié et la construction d’une interconnexion de puissance sous-marine avec l’Italie. [120]

Selon le Plan solaire tunisien (qui est la Stratégie de l’énergie renouvelable de la Tunisie, non limitée à l’énergie solaire, contrairement à ce que son titre suggère, proposé par l’ Agence nationale pour la conservation de l’énergie ), l’objectif de la Tunisie est d’atteindre une part de 30% des énergies renouvelables Le mélange d’électricité d’ici 2030, dont la majeure partie devrait être prise en compte par l’énergie éolienne et le photovoltaïque. [121] En 2015 , la Tunisie avait une capacité renouvelable totale de 312 MW (245 MW de puissance, 62 MW d’énergie hydroélectrique, 15 MW photovoltaïques.) [122] [123]

Transport

Le pays maintient 19.232 kilomètres (11.950 mi) de routes, [8] avec trois autoroutes: l’ A1 de Tunis à Sfax (travaux en cours pour Sfax-Libye), A3 Tunis-Beja (travaux en cours Beja – Boussalem, études en cours Boussalem – Algérie ) Et A4 Tunis – Bizerte. Il existe 29 aéroports en Tunisie, l’ aéroport international de Tunis Carthage et l’ aéroport international de Djerba-Zarzis étant les plus importants. Un nouvel aéroport, l’aéroport international Enfidha – Hammamet a ouvert ses portes en 2011. L’aéroport est situé au nord de Sousse à Enfidha et sert principalement les stations de Hamammet et Port El Kantaoui, ainsi que des villes intérieures comme Kairouan. Cinq compagnies aériennes ont leur siège social en Tunisie: Tunisair , Syphax Airlines , Karthago Airlines , Nouvelair et Tunisair Express . Le réseau ferroviaire est exploité par SNCFT et s’élève à 2 135 km (1 327 mi) au total. [8] La région de Tunis est desservie par un réseau ferroviaire léger appelé Metro Leger qui est géré par Transtu.

Approvisionnement en eau et assainissement

La Tunisie a atteint les taux d’accès les plus élevés aux services d’approvisionnement en eau et d’assainissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. À partir de 2011 , l’accès à l’eau potable était proche de l’approche universelle proche de 100% dans les zones urbaines et de 90% dans les zones rurales. [124] La Tunisie fournit de l’eau potable de bonne qualité tout au long de l’année. [125]

La responsabilité des systèmes d’approvisionnement en eau dans les zones urbaines et les grands centres ruraux est attribuée à la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE), une autorité nationale d’approvisionnement en eau qui est une entité publique autonome sous le ministère de l’Agriculture. La planification, la conception et la supervision des approvisionnements en eau de petite et moyenne superficie dans les zones rurales restantes relèvent de la Direction Générale du Génie Rurale (DGGR).

En 1974, ONAS a été créé pour gérer le secteur de l’assainissement. Depuis 1993, ONAS a le statut d’opérateur principal pour la protection du milieu aquatique et la lutte contre la pollution.

Le taux d’eau sans revenu est le plus bas de la région à 21% en 2012. [126]

Données démographiques

La population tunisienne était estimée à moins de 10,8 millions en 2013. [11] Le gouvernement a soutenu un programme de planification familiale efficace qui a réduit le taux de croissance de la population à un peu plus de 1% par an, ce qui contribue à la stabilité économique et sociale de la Tunisie. [86]

Groupes ethniques

La population tunisienne, d’un point de vue sociologique, historique et généalogique, se compose principalement d’ Arabes , de Berbères et de Turcs . [127] Alors que l’influence ottomane a été particulièrement significative dans la formation de la communauté turco- tunisienne, d’autres personnes ont également migré vers la Tunisie au cours de différentes périodes, y compris les Africains subsahariens, les Grecs , les Romains , les Phéniciens ( Puniques ), les Juifs et Colons français. Néanmoins, en 1870, la distinction entre la masse arabophone et l’élite turque avait floué [128] et aujourd’hui la majorité écrasante, d’environ 98% [8] [129] se sont simplement identifiés collectivement comme Arabes. [130] Il existe également une petite population purement berbère (1% au plus) [131] située dans les montagnes de Dahar et sur l’île de Djerba au sud-est et dans la région montagneuse de Khroumire au nord-ouest.

De la fin du 19ème siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie abritait de grandes populations de Français et Italiens (255 000 Européens en 1956), [132] bien que presque tous, avec la population juive, aient quitté la Tunisie pour devenir indépendants. L’ histoire des Juifs en Tunisie remonte à quelque 2 000 ans. En 1948, la population juive était estimée à 105 000 habitants, mais en 2013, seulement 900 environ restaient. [133]

Les premières personnes connues de l’histoire dans ce qu’est actuellement la Tunisie étaient les Berbères . De nombreuses civilisations et peuples ont envahi, migré ou ont été assimilés à la population au cours des millénaires, avec des influences de la population des Phéniciens / Carthaginois , des Romains , des Vandales , des Arabes , des Espagnols , des Turcs Ottomans et des Janissaires et du Français . Il y a eu un afflux continu de tribus arabes nomades d’ Arabie . [40]

Après la Reconquista et l’ expulsion des non-chrétiens et maures d’Espagne, de nombreux espagnols musulmans et les juifs sont également arrivés. Selon Matthew Carr, «jusqu’à quatre-vingts mille Moriscos se sont installés en Tunisie, la plupart d’entre eux dans la capitale, Tunis, qui compte encore un quart de Zuqaq al-Andalus ou Andalusia Alley». [134]

Langues

L’arabe est la langue officielle , et l’arabe tunisien , connu sous le nom de Tounsi [135] ou Derja , est la variété nationale, vernaculaire de l’arabe et est utilisé par le public. [136] Il existe également une petite minorité de locuteurs de langues berbères connues sous le nom de Jebbali ou Shelha. [137]

Le français joue également un rôle majeur dans la société tunisienne, même s’il n’a pas de statut officiel. Il est largement utilisé dans l’éducation (p. Ex., Comme langue d’enseignement dans les sciences du secondaire), de la presse et des affaires. En 2010, il y avait 6 639 000 francophones en Tunisie, soit environ 64% de la population. [138] italien est compris et parlé par une petite partie de la Tunisie population. [139] Les panneaux de magasins, les menus et les panneaux routiers en Tunisie sont généralement écrits en arabe et en français. [140]

Principales villes

Religion

Tunisie Religions [142]
Islam
98%
Christianisme
1%
Autre / inconnu
1%

La majorité de la population de la Tunisie (environ 98%) sont musulmans tandis qu’environ 2% suivent le christianisme et le judaïsme ou d’ autres religions. [8] La majeure partie des Tunisiens appartient à l’ école Maliki de l’Islam sunnite et leurs mosquées sont facilement reconnaissables par les minarets carrés. Cependant, les Turcs ont apporté avec eux l’ enseignement de l’ école Hanafi pendant la domination ottomane , qui survit encore aujourd’hui parmi les familles turques descendues , et leurs mosquées ont traditionnellement des minarets octogonaux. [143] Les sunnites forment la majorité avec les musulmans non confessionnels étant le deuxième plus grand groupe de musulmans [144], suivis par Ibadite Amazighs . [145] [146]

La Tunisie a une importante communauté chrétienne d’environ plus de 25 000 adhérents, principalement des catholiques (22 000) et, dans une moindre mesure, des protestants . Les chrétiens berbères ont continué à vivre en Tunisie jusqu’au début du 15ème siècle. [147] Rapport sur la liberté religieuse pour les estimations 2007 , des milliers de Tunisiens musulmans ont convertir au christianisme . [148] [149] Le judaïsme est la troisième plus grande religion du pays avec 900 membres. Un tiers de la population juive vit dans et autour de la capitale. Le reste vit dans l’île de Djerba avec 39 synagogues où la communauté juive remonte à 2 500 ans, sur Sfax et Hammam-Lif. [150]

Djerba , une île du Golfe de Gabès , abrite la synagogue d’ El Ghriba , une des plus anciennes synagogues du monde et la plus ancienne ininterrompue. Beaucoup de Juifs le considèrent comme un lieu de pèlerinage, avec des célébrations qui se déroulent une fois par an en raison de son âge et de la légende que la synagogue a été construite en utilisant des pierres du temple de Salomon . [151] En fait, la Tunisie avec le Maroc a été dit que les pays arabes acceptent le plus de leurs populations juives. [152]

La constitution déclare l’islam comme religion officielle de l’ État et exige que le président soit musulman . Mis à part le président, les Tunisiens jouissent d’un degré important de liberté religieuse, un droit consacré et protégé dans sa constitution, qui garantit la liberté de pensées, de croyances et de pratiquer sa religion. [150]

Le pays a une culture laïque où la religion est séparée non seulement de la vie politique, mais aussi de la vie publique. Au cours de l’ère de la pré-révolution, il y avait à un moment donné des restrictions dans le port des foulards islamiques ( hijab ) dans les bureaux du gouvernement et sur les rues publiques et les rassemblements publics. Le gouvernement a cru que le hijab est un «vêtement d’origine étrangère ayant une connotation partisane». Il y a eu des informations selon lesquelles la police tunisienne harcelait des hommes avec une apparence “islamique” (comme celle de la barbe), les détenait et parfois obligeait les hommes à se raser les barbes. [153]

En 2006, l’ancien président tunisien a déclaré qu’il «combattrait» le hijab, qu’il qualifie de «vêtement ethnique». [154] Les mosquées étaient restreintes de tenir des prières ou des classes communales. Après la révolution, un gouvernement islamiste modéré a été élu, ce qui a conduit à une plus grande liberté dans la pratique de la religion. Il a également fait place à la montée de groupes fondamentalistes tels que les salafistes , qui appellent à une interprétation stricte de la charia. [155] La chute en faveur du gouvernement islamiste modéré d’Ennahdha était dû en partie à cela, les objectifs modernes du renseignement des gouvernements tunisiens sont de supprimer les groupes fondamentalistes avant de pouvoir passer à l’acte.

Les Tunisiens individuels tolèrent la liberté de religion et ne se préoccupent généralement pas des croyances personnelles d’une personne. [150]

Education

Le taux total d’ alphabétisation des adultes en 2008 était de 78% [156] et ce taux s’élève à 97,3% lorsque l’on considère uniquement les personnes de 15 à 24 ans. [157] L’ éducation reçoit une priorité élevée et représente 6% du PNB . Une éducation de base pour les enfants âgés de 6 à 16 ans a été obligatoire depuis 1991. La Tunisie occupait le 17e rang dans la catégorie «qualité du système éducatif [supérieur]» et 21e dans la catégorie «qualité de l’enseignement primaire» dans The Global Rapport sur la compétitivité 2008-9, publié par The World Economic Forum. [158]

Alors que les enfants acquièrent généralement l’arabe tunisien à la maison, lorsqu’ils entrent à l’école à l’âge de 6 ans, ils apprennent à lire et à écrire en arabe standard . À partir de l’âge de 7 ans, on leur enseigne du français alors que l’anglais est introduit à l’âge de 8 ans.

Les quatre années d’enseignement secondaire sont ouvertes à tous les titulaires du Diplôme de Fin d’Etudes de l’Enseignement de Base où les étudiants se concentrent sur l’entrée au niveau universitaire ou rejoignent la main-d’œuvre après l’achèvement. L’Enseignement secondaire est divisé en deux étapes: générale académique et spécialisée. Le système d’enseignement supérieur en Tunisie a connu une expansion rapide et le nombre d’étudiants a plus que triplé au cours des 10 dernières années, passant d’environ 102 000 en 1995 à 365 000 en 2005. Le taux brut de scolarisation au niveau tertiaire en 2007 était de 31%, avec Indice de parité entre les sexes de GER de 1,5. [158]

Santé

En 2010, les dépenses en soins de santé représentaient 3,37% du PIB du pays. En 2009, il y avait 12,02 médecins et 33,12 infirmières pour 10 000 habitants. [159] L’espérance de vie à la naissance était de 74.60 ans en 2010, soit 72.60 ans pour les hommes et 76.70 ans pour les femmes. [160] La mortalité infantile en 2004 était de 25 pour 1 000. [161]

Culture

La culture de la Tunisie est mélangée en raison de son histoire d’influence extérieure depuis longtemps – comme les Phéniciens, les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Arabes, les Turcs, les Italiens, les Espagnols et les Français – qui ont tous laissé leur empreinte sur le pays.

Peinture

La naissance de la peinture contemporaine tunisienne est fortement liée à l’École de Tunis, établie par un groupe d’artistes tunisiens unis par le désir d’intégrer des thèmes indigènes et de rejeter l’influence de la peinture coloniale orientaliste. Il a été fondé en 1949 et réunit des musulmans français et tunisiens, des chrétiens et des juifs. Pierre Boucherle était son principal instigateur, ainsi que Yahia Turki , Abdelaziz Gorgi , Moses Levy , Ammar Farhat et Jules Lellouche. Compte tenu de sa doctrine, certains membres se sont donc tournés vers les sources de l’art esthétique arabe-musulman: l’architecture islamique en miniature, etc. Les peintures expressionnistes d’Amara Debbache, Jellal Ben Abdallah et Ali Ben Salem sont reconnues alors que l’art abstrait capture l’imagination de Des peintres comme Edgar Naccache, Nello Levy et Hedi Turki . [162]

Après l’indépendance en 1956, le mouvement artistique en Tunisie a été propulsé par la dynamique de la construction de la nation et par les artistes qui servent l’État. Un ministère de la culture a été créé, sous la direction de ministres tels que Habib Boularès qui supervisaient l’ art et l’éducation et le pouvoir. [162] Les artistes ont acquis une reconnaissance internationale comme Hatem El Mekki ou Zoubeir Turki et ont influencé une génération de nouveaux jeunes peintres. Sadok Gmech s’inspire de la richesse nationale alors que Moncef Ben Amor se transforme en fantaisie. Dans un autre développement, Youssef Rekik a réutilisé la technique de la peinture sur verre et a fondé la calligraphie Nja Mahdaoui avec sa dimension mystique. [162]

Il existe actuellement cinquante galeries d’art qui abritent des expositions d’artistes tunisiens et internationaux. [163] Ces galeries comprennent Galerie Yahia à Tunis et la galerie Carthage Essaadi. [163]

Une nouvelle exposition s’est ouverte dans un ancien palais monarqueux de Bardo baptisé «l’éveil d’une nation». L’exposition abrite des documents et des artefacts de la réforme monarchique réformiste tunisienne au milieu du 19ème siècle. [164]

Littérature

Article principal : littérature tunisienne

La littérature tunisienne existe sous deux formes: l’arabe et le français, à l’exception d’un auteur et d’un traducteur. La littérature arabe remonte au 7ème siècle avec l’arrivée de la civilisation arabe dans la région. Il est plus important en volume et en valeur que la littérature française, introduite pendant le protectorat français à partir de 1881. [165]

Parmi les personnages littéraires figurent Ali Douagi , qui a produit plus de 150 histoires de radio, plus de 500 poèmes et chansons folkloriques et près de 15 pièces, [166] Khraief Bashir, un romancier arabe qui a publié de nombreux ouvrages remarquables dans les années 1930 et qui a provoqué un scandale Parce que les dialogues ont été écrits en dialecte tunisien [166] et d’autres comme Moncef Ghachem, Mohamed Salah Ben Mrad ou Mahmoud Messaadi.

En ce qui concerne la poésie, la poésie tunisienne opte généralement pour la non-conformité et l’innovation avec des poètes comme Aboul-Qacem Echebbi .

En ce qui concerne la littérature en français, elle se caractérise par son approche critique. Contrairement au pessimisme d’ Albert Memmi , qui a prédit que la littérature tunisienne a été condamnée à mourir jeune [167], un grand nombre d’écrivains tunisiens sont à l’étranger, y compris Abdelwahab Meddeb , Bakri Tahar, Mustapha Tlili , Hele Beji ou Mellah Fawzi. Les thèmes de l’errance, de l’exil et du choc sont l’objet de leur écriture créative. [ Citation requise ]

La bibliographie nationale regroupe 1249 livres non scolaires publiés en 2002 en Tunisie, avec 885 titres en arabe. [168] En 2006, ce chiffre est passé à 1 500 et 1 700 en 2007. [169] Près d’un tiers des livres sont publiés pour les enfants. [ Citation requise ]

En 2014, le diplomate et le traducteur tunisien américain de la non-fiction créative Med-Ali Mekki qui a écrit de nombreux livres, non pour publication, mais seulement pour sa lecture privée, a traduit pour la première fois l’histoire bibliographique tunisienne la nouvelle Constitution de la République tunisienne de l’arabe vers l’anglais. Le livre a été publié dans le monde entier l’année suivante et c’était le livre tunisien le plus consulté et téléchargé d’Internet.

Musique

Au début du XXe siècle, l’activité musicale était dominée par le répertoire liturgique associé à différentes confréries religieuses et un répertoire séculaire composé de pièces instrumentales et de chansons dans différentes formes andalouses et styles d’origines, essentiellement empruntant des caractéristiques du langage musical. En 1930, “The Rachidia” a été fondée bien connue grâce à des artistes de la communauté juive. La fondation en 1934 d’une école musicale aide à relancer la musique arabe andalouse en grande partie à un renouveau social et culturel mené par l’élite de l’époque qui a pris conscience des risques de perte du patrimoine musical et qui, selon eux, menaçait les fondements de l’identité nationale tunisienne . L’institution n’a pas tardé à réunir un groupe d’élite de musiciens, de poètes et de savants. La création de Radio Tunis en 1938 a permis aux musiciens d’avoir une plus grande occasion de diffuser leurs œuvres. [ Citation requise ]

Parmi les principaux artistes contemporains tunisiens figurent Sabre Rebai , Dhafer Youssef , Belgacem Bouguenna , Sonia M’Barek et Latifa . D’autres musiciens remarquables incluent Salah El Mahdi , Anouar Brahem et Lotfi Bouchnak .

Médias

Les médias télévisés restent longtemps sous la domination de l’établissement de l’Autorité de radiodiffusion tunisienne (ERTT) et de son prédécesseur, la radio et la télévision tunisienne, fondé en 1957. Le 7 novembre 2006, le président Zine el-Abidine Ben Ali a annoncé la scission de L’entreprise, qui est entrée en vigueur le 31 août 2007. Jusqu’alors, ERTT a géré toutes les stations de télévision publiques ( Télévision Tunisienne 1 ainsi que Télévision Tunisienne 2 qui avait remplacé le défunt RTT 2) et quatre stations de radio nationales (Radio Tunis, Tunisie Radio Culture , Youth and Radio RTCI) et cinq régionales Sfax, Monastir, Gafsa, Le Kef et Tataouine. La plupart des programmes sont en arabe mais certains sont en français. La croissance de la radio et de la télévision dans le secteur privé a vu la création de nombreuses opérations dont Radio Mosaique FM, Jawhara FM, Zaytuna FM, Hannibal TV , Ettounsiya TV et Nessma TV . [170] [171]

En 2007, quelque 245 journaux et magazines (contre seulement 91 en 1987) sont détenus à 90% par des groupes privés et des indépendants. [172] Les partis politiques tunisiens ont le droit de publier leurs propres journaux, mais ceux des partis d’opposition ont des éditions très limitées (comme Al Mawkif ou Mouwatinoun). Avant la récente transition démocratique, bien que la liberté de la presse ait été formellement garantie par la constitution, presque tous les journaux ont suivi en pratique le rapport de la ligne du gouvernement. L’approche critique des activités du président, du gouvernement et du Parti du Rassemblement constitutionnel démocratique (alors au pouvoir) a été supprimée. Essentiellement, les médias ont été dominés par les autorités de l’Etat par l’intermédiaire de l’ Agence Tunis Afrique Presse . Cela a changé depuis, Car la censure des médias par les autorités a été largement abolie, et l’autocensure a considérablement diminué. [173] Néanmoins, le cadre réglementaire actuel et la culture sociale et politique signifient que l’avenir de la liberté de la presse et des médias n’est toujours pas clair. [173]

Sports

Le football est le sport le plus populaire en Tunisie. L’ équipe nationale de football tunisienne , également connue sous le nom de “The Eagles of Carthage”, a remporté la Coupe d’Afrique des Nations 2004 ( ACN ), qui a eu lieu en Tunisie. [174] [175] Ils représentaient également l’Afrique dans la coupe des confédérations de la FIFA 2005 , qui a eu lieu en Allemagne , mais ils ne pouvaient pas dépasser le premier tour.

La première ligue de football est la ” Ligue Professionnelle 1 Tunisienne “. Les clubs principaux sont Espérance Sportive de Tunis , Étoile Sportive du Sahel , Club Africain et Club Sportif Sfaxien .

L’ équipe nationale tunisienne de handball a participé à plusieurs championnats du monde de handball. En 2005, la Tunisie a terminé quatrième. La ligue nationale compte environ 12 équipes, avec ES. Sahel et Esperance S.Tunis dominent. Le joueur de handball tunisien le plus célèbre est Wissem Hmam . Lors du Championnat de handball 2005 à Tunis , Wissem Hmam a été classé meilleur buteur du tournoi. L’équipe nationale tunisienne de handball a remporté la Coupe d’Afrique huit fois, étant l’équipe qui domine cette compétition. Les Tunisiens ont remporté la Coupe d’Afrique 2010 en Egypte en battant le pays hôte. [176]

Ces dernières années, l’équipe nationale de basket-ball tunisienne est apparue comme l’un des meilleurs en Afrique. L’équipe a remporté le Afrobasket 2011 et a accueilli le premier événement de basket-ball en Afrique en 1965, 1987 et 2015.

Dans la boxe , Victor Perez (“Young”) était champion du monde dans la classe de poids mouche en 1931 et 1932. [177]

Aux Jeux olympiques d’ été de 2008 , l’ Oussama Mellouli tunisien a remporté une médaille d’or sur 1.500 mètres (4 900 pieds) de style libre. [178] Aux Jeux olympiques d’ été de 2012 , il a remporté une médaille de bronze dans les 1.500 mètres (4 900 pieds) de style libre et une médaille d’or dans le marathon de 15 kilomètres (9,3 milles).

En 2012, la Tunisie a participé pour la septième fois à son histoire aux Jeux paralympiques d’été . Elle a terminé la compétition avec 19 médailles; 9 ors, 5 plaques et 5 bronzes. La Tunisie a été classée 14ème sur la table des médailles paralympiques et 5ème en athlétisme .

La Tunisie a été suspendue de la Coupe Davis pour l’année 2014, car la Fédération tunisienne de tennis a ordonné à Malek Jaziri de ne pas concurrencer un joueur de tennis israélien , Amir Weintraub . [179] Le président de l’ ITF, Francesco Ricci Bitti, a déclaré: “Il n’y a pas de préjugé de quelque nature que ce soit dans le sport ou dans la société. Le Conseil de l’ITF a décidé d’envoyer un message fort à la Fédération Tunisienne de Tennis que ce genre d’action ne sera pas toléré. ” [179]


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *