République Démocratique du Congo

La République démocratique du Congo ( / k ɒ ŋ ɡ oʊ / ; la prononciation française: [kɔɡo] ; Français : République démocratique du Congo ), également connu sous le nom République démocratique du Congo , RDC , DROC , l’ Est du Congo , Congo-Kinshasa , ou simplement Congo [6] [7] est un pays situé en Afrique centrale . De 1971 à 1997 , il a été nommé, et est encore parfois appelé, au Zaïre , et 1908-1960 , il a été appelé le Congo belge . La RDC borde la République centrafricaine et le Soudan du Sud au nord; Ouganda , Rwanda , Burundi et Tanzanie à l’est; La Zambie et l’ Angola au sud; la République du Congo à l’ouest et l’ océan Atlantique au sud – ouest. Il est le deuxième plus grand pays d’Afrique par région et au onzième rang dans le monde . Avec une population de plus de 80 millions d’ habitants, [1] la République démocratique du Congo est le plus peuplé pays officiellement francophone , la quatrième nation la plus peuplée d’Afrique et le pays le plus peuplé dix – huitième dans le monde .

Les guerres civiles congolaises, qui a débuté en 1996, a entraîné la fin de Mobutu Sese Seko 32 ans de règne de [1] et a dévasté le pays. Ces guerres en fin de compte concernaient neuf pays africains, plusieurs groupes de soldats de la paix des Nations Unies et vingt groupes armés, [8] [9] [ source douteuse? ] Et a entraîné la mort de 5,4 millions de personnes. [10] [11] [12] [13]

La République démocratique du Congo est extrêmement riche en ressources naturelles , mais il est politiquement instable , a un manque d’infrastructures, la corruption profondément enracinée, et des siècles à la fois l’ exploitation commerciale et coloniale et de l’ exploitation avec peu de développement holistique. Outre la capitale, Kinshasa , les autres grandes villes, Lubumbashi et Mbuji-Mayi , sont les deux communautés minières. La plus grande exportation de matières premières minérales de la RD Congo, avec la Chine d’ accepter plus de 50% des exportations de la RDC en 2012. à partir de 2015 , selon l’ indice de développement humain (IDH), la RD Congo a un faible niveau de développement humain, rang 176 sur 187 pays . [5]

Étymologie

Informations complémentaires: Congo River

La République démocratique du Congo était autrefois connu sous le nom, dans l’ ordre chronologique, État libre du Congo , Congo belge , République du Congo (Léopoldville) , République démocratique du Congo, et plus récemment revenu à son nom actuel de la République du Zaïre . [1]

Le pays a été officiellement connu comme la « République démocratique du Congo » 1965-27 Octobre 1971, quand il a été changé à la « République du Zaïre ». [14] En 1992, la Conférence nationale souveraine ont voté pour changer le nom du pays à la « République démocratique du Congo », mais le changement n’a pas été mis en pratique. [15] a été restauré par l’ ancien président du nom du pays Laurent-Désiré Kabila après la chute du dictateur de longue date Mobutu Sese Seko en 1997. [16]

Histoire

Première histoire

Article principal: Début de l’ histoire congolaise

La région maintenant connue comme la RD Congo a été peuplée dès il y a 80.000 ans, comme le montre la découverte 1988 du harpon Semliki à Katanda, un des plus anciens harpons de fer barbelé jamais trouvé, semble avoir été utilisé pour attraper le poisson – chat de rivière géant. [17] [18]

Certains historiens pensent que les peuples bantous ont commencé à s’installer dans le nord – ouest extrême de l’ Afrique centrale au début du 5ème siècle, puis a commencé progressivement à se développer vers le sud. Leur propagation a été accélérée par le passage de l’ âge de pierre à l’ âge du fer techniques. Les personnes vivant dans le sud et sud – ouest étaient la plupart du temps Bochimans et chasseurs-cueilleurs groupes, dont la technologie ne portaient que sur une utilisation minimale des technologies métalliques. Le développement d’outils métalliques au cours de cette période a révolutionné l’ agriculture et l’ élevage . Cela a conduit au déplacement des chasseurs-cueilleurs groupes à l’est et au sud – est.

Le 10ème siècle a marqué l’ expansion finale des Bantous dans l’ Ouest-Afrique centrale. Augmentation de la population bientôt rendue possible des réseaux locaux, régionaux et commerciaux étrangers complexes qui sont surtout négociés dans le sel, le fer et le cuivre.

État libre du Congo (1877-1908)

L’ exploration belge et l’ administration ont eu lieu à partir des années 1870 jusqu’aux années 1920. Il a d’ abord été dirigée par Sir Henry Morton Stanley , qui a entrepris ses explorations sous le patronage du roi Léopold II de Belgique . Les régions de l’ est du Congo précoloniale ont été fortement perturbées par constante razzias d’esclaves , principalement arabo-swahili marchands d’esclaves tels que le tristement célèbre Astuce Tipu , [19] qui était bien connu à Stanley. Leopold avait des dessins sur ce qui allait devenir le Congo en tant que colonie. [20]Dans une succession de négociations, Léopold, professant des objectifs humanitaires en sa qualité de président de l’ organisation devant l’ Association Internationale Africaine , a joué en fait l’ un rival européen contre une autre. [ Citation nécessaire ]

Leopold officiellement acquis les droits sur le territoire du Congo à la Conférence de Berlin en 1885 et a fait la terre sa propriété privée. Il l’a appelé l’Etat libre du Congo. [20] Le régime de Leopold a commencé divers projets d’infrastructure, tels que la construction du chemin de fer qui reliait la côte à la capitale de Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa), qui a huit ans. Presque tous ces projets d’infrastructure visent à rendre plus facile d’augmenter les actifs que Léopold et ses associés pourraient extraire de la colonie. [21]

Dans l’Etat libre, les colons ont brutalisé la population locale dans la production de caoutchouc , pour lesquelles la diffusion de l’ automobile et le développement des pneus en caoutchouc a créé un marché international en pleine croissance. Les ventes de caoutchouc ont fait une fortune pour Léopold, qui a construit plusieurs bâtiments à Bruxelles et Ostende se honorer et son pays. Pour respecter les quotas de caoutchouc, l’armée, la force publique , a été appelé et a la pratique de couper les membres des indigènes une question de politique. [22]

Au cours de la période de 1885-1908, des millions de Congolais sont morts en raison de l’ exploitation et de la maladie. Dans certaines régions , la population a diminué de façon spectaculaire – on estime que la maladie du sommeil et la variole a tué près de la moitié de la population dans les zones entourant la partie inférieure du fleuve Congo . [22] Une commission gouvernementale a conclu plus tard que la population du Congo avait été « réduit de moitié » au cours de cette période, [21] , mais déterminer avec précision combien de personnes sont mortes est impossible, car aucun des registres précis existent.

Congo belge (1908-1960)

En 1908 , le Parlement belge , malgré les réticences initiales, cédé à la pression internationale ( en particulier du Royaume-Uni) et a repris l’État libre du roi Léopold II . [23] Le 18 Octobre 1908 , le Parlement belge a voté en faveur de l’ annexion du Congo en tant que Belge colonie . Le pouvoir exécutif est allé au ministre belge des affaires coloniales , assisté par un Conseil colonial (Conseil colonial) (tous deux situés à Bruxelles ). Le Parlement belge a exercé un pouvoir législatif sur le Congo belge. En 1926 , la capitale coloniale est passé de Boma à Léopoldville , à environ 300 kilomètres (190 mi) plus en amont à l’intérieur.

La transition de l’Etat libre du Congo au Congo belge était une pause mais il a également présenté un grand degré de continuité. Le dernier gouverneur général de l’Etat libre du Congo, le baron Wahis, est resté en fonction au Congo belge et la majorité de l’administration de Léopold II avec lui. [24] L’ ouverture du Congo et de ses richesses naturelles et minérales à l’économie belge est restée le principal motif de l’ expansion coloniale – cependant, d’ autres priorités, telles que la santé et l’ éducation de base, lentement gagné en importance.

Force publique soldats au Congo belge en 1918. À son apogée, la Force avait environ 19.000 Publique soldats africains, dirigés par 420 officiers blancs.

Les administrateurs coloniaux régnaient sur le territoire et un double système juridique existait (un système de tribunaux européens et l’autre des tribunaux indigènes, Indigènes TRIBUNAUX ). Tribunaux autochtones ont des pouvoirs limités et sont restés sous le contrôle ferme de l’administration coloniale. Les dossiers montrent que , en 1936, 728 administrateurs belges ont couru la colonie. [ Citation nécessaire ] Les autorités belges autorisées aucune activité politique au Congo que ce soit, [25] et de la force publique , une armée recrutée localement sous le commandement belge, reposa toute tentative de rébellion.

La population belge de la colonie est passée de 1 928 en 1910 à près de 89 000 en 1959.

Le Congo belge a été directement impliqué dans les deux guerres mondiales. Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), un stand-off initial entre la force publique et l’armée coloniale allemande en Afrique orientale allemande ( Tanganyika ) transformé en guerre ouverte avec une invasion anglo-belge conjointe du territoire colonial allemand en 1916 et 1917 au cours de la campagne Afrique de l’ Est . La force publique a gagné une victoire notable quand il entra dans Tabora en Septembre 1916, sous le commandement du général Charles Tombeur après de violents combats.

Après 1918, la Belgique a été récompensé pour la participation de la force publique à la campagne Afrique de l’ Est avec une Société des Nations mandat de la colonie précédemment allemande de Ruanda-Urundi . Au cours de la Seconde Guerre mondiale , le Congo belge a fourni une source essentielle de revenus pour le Gouvernement belge en exil à Londres, et la Force Publique a participé à nouveau dans les campagnes alliées en Afrique. Forces belges congolaises sous le commandement d’officiers belges notamment combattu contre l’armée coloniale italienne en Ethiopie en Asosa , Bortaï et Saïo le major-général Auguste-Edouard Gilliaert au cours de la deuxième campagne de l’Afrique orientale . [26]

L’ indépendance et de la crise politique (1960-1965)

En mai 1960, un mouvement nationaliste de plus en plus, le Congolais Mouvement National ou Parti MNC, dirigé par Patrice Lumumba , a remporté les élections législatives. Patrice Lumumba est ainsi devenu le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo. Le Parlement élu en tant que président Joseph Kasavubu , de l’Alliance des Bakongo (ABAKO). D’ autres partis qui ont émergé comprenaient le Parti Solidaire Africain (ou PSA) dirigé par Antoine Gizenga , et le Parti National du Peuple (ou PNP) dirigée par Albert Delvaux et Laurent Mbariko . (Congo 1960, dossiers du CRISP, Belgique).

L’indépendance obtenue Congo belge , le 30 Juin 1960 sous le nom de « République du Congo » ( « République du Congo » ou « République du Congo » en anglais). Peu de temps après l’ indépendance, la province du Katanga (dirigé par Moise Tshombe ) et Sud – Kasaï engagés dans des luttes sécessionnistes contre la nouvelle direction. [27] La plupart des 100.000 Européens qui étaient restés après l’ indépendance a fui le pays, [28] ouvrant la voie congolaise pour remplacer l’armée européenne et l’ élite administrative. [29]

Comme la colonie française du Moyen Congo (Moyen Congo) voisin a également choisi le nom de « République du Congo » à l’atteinte de son indépendance, les deux pays ont été plus communément appelés « Congo-Léopoldville » et « Congo-Brazzaville », après leurs capitales .

Le 5 Septembre 1960, Kasavubu a rejeté Lumumba de ses fonctions. Lumumba a déclaré l’action de Kasavubu inconstitutionnelle et une crise entre les deux dirigeants développés. (cf. Sécession au Katanga – J.Gerald-Libois -Brussels- CRISP)

Le 14 Septembre, Lumumba a été arrêté par les forces loyales à Joseph Mobutu . Le 17 Janvier 1961, il a été remis aux autorités katangaises et exécuté par les troupes katangais belges dirigée. [30] Au milieu de la confusion généralisée et le chaos, un gouvernement temporaire a été dirigé par des techniciens (Collège des Commissaires) avec Evariste Kimba . La sécession du Katanga a pris fin en Janvier 1963 , avec l’aide des forces de l’ ONU. Plusieurs gouvernements de courte durée, de Joseph Iléo , Cyrille Adoula et Moise Tshombe, ont repris en succession rapide.

Lumumba avait déjà nommé chef Joseph Mobutu du personnel de la nouvelle armée du Congo, Armée Nationale Congolaise (ANC). [ Citation nécessaire ] Profitant de la crise de leadership entre Kasavubu et Lumumba, Mobutu a recueilli assez de soutien au sein de l’armée pour créer une mutinerie. Avec le soutien financier des États-Unis et la Belgique, Mobutu a payé ses soldats en privé. L’aversion des puissances occidentales au communisme et de l’ idéologie gauchiste influencé leur décision de financer la quête de Mobutu pour neutraliser Kasavubu et Lumumba dans un coup d’ Etat par procuration. Un référendum constitutionnel après le coup d’ Etat de Mobutu de 1965 a donné lieu à nom officiel du pays étant changé à la « République démocratique du Congo. » [1] En 1971 , Mobutu a changé à nouveau le nom, cette fois à « République du Zaïre ». [31] [14]

Zaïre (1971-1997)

Le nouveau président avait le soutien des États-Unis à cause de sa farouche opposition au communisme, estimant que son administration serait un rempart efficace contre les mouvements communistes en Afrique. Un système de parti unique a été créé, et Mobutu lui – même déclaré chef de l’ Etat. Il a tenu périodiquement des élections où il était le seul candidat. Bien que la paix ont été atteints et de la stabilité relative, le gouvernement de Mobutu était coupable de graves violations des droits de l’ homme, la répression politique, un culte de la personnalité et la corruption.

La corruption est devenue si répandue , le terme « le mal zaïrois » ou « maladie zaïrois », [32] ce qui signifie la corruption grave, le vol et la mauvaise gestion, a été inventé, apparemment par Mobutu lui – même. [33] L’ aide internationale, le plus souvent sous la forme de prêts, enrichi Mobutu alors qu’il a permis l’ infrastructure nationale telles que les routes se détériorer aussi peu que un quart de ce qui existait en 1960. Zaïre est devenu une « kleptocratie » comme Mobutu et son associés ont détourné des fonds publics.

Dans une campagne de s’identifier avec le nationalisme africain, à partir du 1er Juin 1966 Mobutu rebaptisé les villes du pays: Léopoldville est devenu Kinshasa [le pays était maintenant République démocratique du Congo-Kinshasa], Stanleyville est devenu Kisangani , Elisabethville est devenu Lubumbashi , et Coquilhatville est devenu Mbandaka . Cette campagne renommant a été achevée dans les années 1970.

En 1971, Mobutu rebaptisé le pays de la République du Zaïre , [14] son quatrième changement de nom en 11 ans et son sixième au classement général. Le fleuve Congo a été rebaptisé le fleuve Zaïre.

Au cours des années 1970 et 1980, il a été invité à se rendre aux États-Unis à plusieurs reprises, une rencontre avec les présidents des États – Unis Richard Nixon , Ronald Reagan et George HW Bush . [34] Suite à la dissolution de l’Union soviétique des relations américaines avec Mobutu refroidi, comme il ne fut plus jugé nécessaire comme la guerre froide allié. Les opposants au sein du Zaïre ont intensifié les demandes de réforme. Cette atmosphère a contribué à Mobutu déclarant la Troisième République en 1990, dont la constitution était censé ouvrir la voie à une réforme démocratique. Les réformes se sont révélées être en grande partie cosmétique. Mobutu a continué au pouvoir jusqu’à ce que les forces armées l’ ont forcé à fuir au Zaïre, en 1997.

Guerres continentales et civiles ( depuis 1996)

En 1996, suite à la guerre civile rwandaise et le génocide et l’ascension d’un Tutsi gouvernement -LED au Rwanda, rwandais hutus forces de la milice ( Interahamwe ) ont fui vers le Zaïre est et utilisé les camps de réfugiés comme base pour des incursions contre le Rwanda. Ils sont alliés avec les forces armées zaïroises (FAZ) de lancer une campagne contre les Tutsis congolais ethniques au Zaïre oriental. [35]

Une coalition des armées rwandaises et ougandaises ont envahi le Zaïre pour renverser le gouvernement de Mobutu, et , finalement , de contrôler les ressources minérales du Zaïre, le lancement de la première guerre du Congo . La coalition alliée avec des personnalités de l’ opposition, dirigée par Laurent-Désiré Kabila , devenir l’ Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL). En 1997 , Mobutu et Kabila a fui Kinshasa entra dans, se nommant président et revenir le nom du pays à la République démocratique du Congo.

Kabila a demandé plus tard que les forces militaires étrangères retournent dans leur pays, il avait des préoccupations que les officiers rwandais en cours d’ exécution de son armée ont fomenté un coup pour donner la présidence à un Tutsi qui rapportera directement au président rwandais, Paul Kagame . Les troupes rwandaises ont reculé à Goma et a lancé un nouveau mouvement militaire rebelle dirigé par des Tutsi appelé le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) pour lutter contre Kabila, alors que l’ Ouganda origine de la création d’ un nouveau mouvement rebelle appelé le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) , dirigé par le chef de guerre congolais Jean-Pierre Bemba . Les deux mouvements rebelles, ainsi que des troupes rwandaises et ougandaises, ont commencé la deuxième guerre du Congo en attaquant l’armée congolaise en 1998. Angola, du Zimbabwe et de la Namibie militaires sont entrés dans les hostilités du côté du gouvernement.

Kabila a été assassiné en 2001. Son fils Joseph Kabila lui a succédé et a appelé à la paix des pourparlers multilatéraux. Maintien de la paix des Nations Unies, la MONUC , maintenant connu sous le nom de la MONUSCO, sont arrivés en Avril 2001. En 2002 et 2003 Bemba sont intervenus en République centrafricaine , au nom de son ancien président, Ange-Félix Patassé . [36] Les pourparlers ont abouti à la signature d’un accord de paix dans lequel Kabila partage du pouvoir avec les anciens rebelles. En Juin 2003 , toutes les armées étrangères , sauf celles du Rwanda avaient retiré du Congo. Un gouvernement de transition a été mis en place jusqu’à l’élection était terminée. Une constitution a été approuvée par les électeurs, et le 30 Juillet 2006 en RDC a tenu ses premières élections multipartites . Un conflit aux élections de résultat entre Kabila et Jean-Pierre Bemba transformé en une bataille tous azimuts entre leurs partisans dans les rues de Kinshasa . La MONUC a pris le contrôle de la ville. Une nouvelle élection a eu lieu en Octobre 2006, Kabila a remporté, et Décembre 2006 , il a prêté serment en tant que président.

Kivu conflit

Cependant, Laurent Nkunda , membre du RCD-Goma , une branche du RCD intégré à l’armée, a fait défection avec les troupes qui lui sont fidèles et a formé le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), qui a commencé une rébellion armée contre le gouvernement , à partir du conflit du Kivu . On les croyait [ par qui? ] À nouveau soutenu par le Rwanda comme un moyen de lutter contre les Hutu groupe, Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). En Mars 2009, après un accord entre la RDC et le Rwanda, les troupes rwandaises sont entrées en RDC et ont arrêté Nkunda et ont été autorisés à poursuivre les militants des FDLR. Le CNDP a signé un traité de paix avec le gouvernement dans lequel il a accepté de devenir un parti politique et d’avoir ses soldats intégrés dans l’armée nationale en échange de la libération de ses membres emprisonnés. [37] En 2012 , le chef du CNDP, Bosco Ntaganda , et les troupes qui lui sont fidèles, mutinés et ont formé l’armée rebelle Mouvement du 23-Mars , alléguant une violation du traité par le gouvernement. [38]

Dans la résultante rébellion M23 , M23 brièvement capturé la capitale provinciale de Goma en Novembre 2012. [39] [40] Les pays voisins, en particulier le Rwanda, ont été accusés d’utiliser des groupes rebelles comme fondés de pouvoir de prendre le contrôle du pays riche en ressources et de rebelles l’ armement, une revendication qu’ils nient. [41] [42] En Mars 2013, les Nations Unies Conseil de sécurité a autorisé la brigade d’intervention spéciale des Nations Unies , la première offensive unité de maintien de la paix des Nations Unies, pour neutraliser les groupes armés. [43] Le 5 Novembre 2013, M23 a déclaré fin à son insurrection. [44]

De plus, dans le nord du Katanga , le Maï-Maï créé par Laurent Kabila a glissé hors du contrôle de Kinshasa avec Gédéon Kyungu Mutanga de Mai Mai Kata Katanga envahir brièvement la capitale provinciale de Lubumbashi en 2013 et 400.000 personnes déplacées dans la province à partir de 2013 . [45] Sur et hors combat dans le conflit en Ituri eu lieu entre le Front nationaliste et intégrationniste (FNI) et l’ Union des patriotes congolais (UPC) qui prétendait représenter les Lendu et Hema groupes ethniques, respectivement. Dans le nord -est , Joseph Kony est LRA déplacé de leurs bases d’ origine en Ouganda et au Soudan du Sud à la RD Congo en 2005 et mis en place des camps dans le parc national de la Garamba. [46] [47]

En 2009, le New York Times a rapporté que les gens au Congo ont continué de mourir à raison d’un 45000 estimé par mois [48] – estimation du nombre qui sont morts de la longue plage de conflit de 900.000 à 5.400.000. [49] Le nombre de décès est due à une maladie généralisée et de la famine; les rapports indiquent que près de la moitié des personnes qui sont morts sont des enfants de moins de cinq ans. [50] Il y a eu des rapports fréquents de porteurs d’armes de tuer des civils, de la destruction de la propriété, de la violence sexuelle généralisée, [51]causant des centaines de milliers de personnes à fuir leurs maisons, et d’autres violations du droit humanitaire et des droits de l’ homme. Une étude a révélé que plus de 400.000 femmes sont violées en République démocratique du Congo chaque année. [52]

Le mandat de Kabila au pouvoir et de multiples manifestations antigouvernementales

En 2015 , d’ importantes manifestations ont éclaté à travers le pays et les manifestants ont exigé que Joseph Kabila démissionner de la présidence. Les protestations ont commencé après le passage d’une loi par la Chambre basse congolaise que, si également adoptée par la Chambre haute congolaise, garderait Kabila au pouvoir au moins jusqu’à ce qu’un recensement national a été effectué (un processus qui prendrait probablement plusieurs années et donc garder lui au pouvoir après les élections prévues en 2016, ce qui lui est interdit par la Constitution de participer à).

Ce projet de loi adopté; cependant, il a été vidé de la disposition qui maintiendrait Joseph Kabila au pouvoir jusqu’à ce qu’un recensement a eu lieu. Un recensement est censé avoir lieu, mais il n’est plus lié au moment où les élections ont lieu. En 2015, les élections ont été programmées pour la fin 2016 et une paix fragile tenue au Congo.

Le 27 Novembre, ministre des Affaires étrangères congolais, Raymond Tshibanda, a déclaré à la presse aucune élection aura lieu en 2016, après le 20 Décembre, la fin du mandat du président Kabila. [53] Dans une conférence à Madagascar, Tshibanda a déclaré que le gouvernement de Kabila avait « consulté des experts électoraux » du Congo, les Nations Unies et ailleurs, et qu ‘ « il a été décidé que l’opération d’inscription des électeurs prendra fin le 31 Juillet 2017 et que les élections auront lieu en Avril 2018. » Des manifestations ont éclaté dans le pays le 20 Décembre lorsque le mandat de Kabila au pouvoir a pris fin. Partout dans le pays des dizaines de manifestants ont été tués et des centaines ont été arrêtés.

Géographie

La République démocratique du Congo (RDC) se trouve dans le centre de l’ Afrique subsaharienne , bordé par (horaire du sud – ouest) Angola , l’océan Atlantique Sud, la République du Congo , la République centrafricaine , le Soudan du Sud , en Ouganda, Rwanda , Burundi, la Tanzanie à travers le lac Tanganyika et la Zambie . Le pays se trouve entre les latitudes 6 ° N et 14 ° S , et longitudes 12 ° et 32 ° E . Il enjambe l’ équateur , avec un tiers au Nord et deux tiers au Sud. La taille du Congo, 2,345,408 kilomètres carrés (905567 milles carrés), est légèrement supérieure à la superficie totale de l’ Espagne, la France, l’ Allemagne, la Suède et la Norvège.

En raison de sa situation équatoriale, la RDC expériences fortes précipitations et a la plus haute fréquence des orages dans le monde. La pluviométrie annuelle peut totaliser plus de 2000 millimètres (80 po) dans certains endroits, et la région soutient la forêt tropicale du Congo , la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après l’ Amazonie . Cette étendue massive de la jungle luxuriante couvre la majeure partie de la vaste centrale de faible altitude du bassin de la rivière, qui descend en pente vers l’océan Atlantique à l’ouest. Cette zone est entourée de plateaux à la fusion dans les savanes du sud et sud – ouest, par des terrasses montagneuses à l’ouest, et denses prairies allant au – delà du fleuve Congo , dans le nord. Hautes montagnes, englacées ( Rwenzori Mountains ) se trouvent dans l’extrême est du pays. [ Citation nécessaire ]

Le climat tropical a également produit le fleuve Congo système qui domine la région topographiquement avec la forêt tropicale , il coule à travers, mais ils ne sont pas mutuellement exclusifs. Le nom de l’Etat du Congo est dérivé en partie de la rivière. Le bassin de la rivière ( ce qui signifie le fleuve Congo et tous ses affluents myriade) occupe presque tout le pays et une superficie de près de 1.000.000 km 2 (390 000 de milles carrés). Le fleuve et ses affluents forment l’épine dorsale de l’ économie et du transport congolais. Les principaux affluents sont les Kasai , Sangha , Oubangui , Ruzizi , Aruwimi et Lulonga .

Les sources du Congo sont dans les montagnes du Rift Albertin qui flanquent la branche ouest du rift est – africain , ainsi que le lac Tanganyika et le lac Moero . La rivière coule généralement à l’ ouest de Kisangani juste au- dessous Boyoma chutes , puis se penche progressivement au sud – ouest, en passant par Mbandaka , se joignant à la rivière Oubangui , et en cours d’ exécution dans le Pool Malebo (Stanley Pool). Kinshasa et Brazzaville sont sur les côtés opposés de la rivière à la piscine (voir image de la NASA). Ensuite , le fleuve se rétrécit et tombe à travers un certain nombre de cataractes dans les canyons profonds, connus collectivement comme Livingstone chutes et passe devant Boma dans l’océan Atlantique. La rivière a également le deuxième flux et le deuxième plus grand bassin versant d’une rivière dans le monde (l’arrière Amazon dans les deux cas). La rivière et un 37 km (23 mi) large bande de littoral sur la rive nord fournissent le seul débouché du pays à l’Atlantique. [ Citation nécessaire ]

Le Rift Albertin joue un rôle clé dans la géographie du Congo. Non seulement est la partie nord -est du pays beaucoup plus montagneux, mais en raison du fossé tectonique activité, cette région connaît également volcanique activité, parfois avec la perte de la vie. L’activité géologique dans ce domaine a également créé le célèbre Afrique des Grands Lacs , dont trois se trouvent sur la frontière orientale du Congo: le lac Albert (connu à l’époque Mobutu que le lac Mobutu Sese Seko), le lac Kivu (inconnu jusqu’à la fin 1712), le lac Edward (connu au cours de l’ Amin époque que le lac Idi Amin Dada), et le lac Tanganyika . Lac-Édouard et le lac Albert sont reliés par la rivière Semliki . [ Citation nécessaire ]

La vallée du Rift a exposé une énorme quantité de richesses minérales dans tout le sud et l’ est du Congo, le rendant accessible à l’ exploitation minière. Cobalt , le cuivre, le cadmium , l’ industrie et de qualité gemme diamants , l’ or, l’ argent, le zinc , le manganèse , l’ étain , le germanium , l’ uranium , le radium , la bauxite , le minerai de fer et du charbon se trouvent tous dans l’ offre abondante, en particulier dans la région du Katanga sud – est du Congo . [ Citation nécessaire ]

Le 17 Janvier 2002 Nyiragongo a éclaté au Congo, avec la lave à court à 64 km / h (40 mph) et 46 m (50 km) de large. L’ un des trois coulées de lave très fluide ont transité par la ville voisine de Goma , tuant 45 et en laissant 120 000 sans – abri. Quatre cent mille personnes ont été évacuées de la ville lors de l’éruption. La lave empoisonnée l’eau du lac Kivu , tuant les poissons. Seuls deux avions ont quitté l’aéroport local en raison de la possibilité de l’explosion de l’ essence stockée. La lave a passé l’aéroport , mais a ruiné la piste, piégeant plusieurs avions. Six mois après l’éruption 2002, à proximité du Mont Nyamulagira ont également éclaté. Nyamulagira également éclaté en 2006 et en Janvier 2010. [ citation nécessaire ]

Fonds mondial pour la nature écorégions situés au Congo comprennent:

  • Forêts de plaine centrale congolaise – abrite le rare bonobo primate
  • Les forêts de marais Est congolaise le long du fleuve Congo
  • Les forêts de plaine du nord – congolaise , avec l’ une des concentrations les plus riches de primates dans le monde
  • forêt-savane sud mosaïque congolienne
  • Une grande partie des forêts zambézienne centrale Miombo
  • Les forêts du Rift Albertin montagnardes région de futaie longe les frontières orientales du pays.

Sites du patrimoine mondial situés en République démocratique du Congo sont: Parc national des Virunga (1979), Parc national de la Garamba (1980), Parc national de Kahuzi-Biega (1980), Parc national de Salonga (1984) et Réserve de faune à okapis (1996).

Provinces

Principaux articles: Provinces de la République démocratique du Congo , les districts de la République démocratique du Congo et les territoires de la République démocratique du Congo
Informations complémentaires: Divisions administratives de la République démocratique du Congo

Le pays est actuellement divisé dans la ville province de Kinshasa et 25 autres provinces . Les provinces sont subdivisées en districts qui sont divisés en territoires . [1]

1. Kinshasa 14. Ituri
2. Kongo-Central 15. Haut-Uélé
3. Kwango 16. Tshopo
4. Kwilu 17. Bas-Uele
5. Mai-Ndombe 18. Nord-Ubangi
6. Kasai 19. Mongala
7. Kasaï-Central 20. Sud-Ubangi
8. Kasaï oriental 21. Équateur
9. Lomami 22. Tshuapa
10. Sankuru 23. Tanganyika
11. Maniema 24. Haut-Lomami
12. Sud-Kivu 25. Lualaba
13. Nord-Kivu 26. Haut-Katanga

Flore et faune

Article principal: la faune de la République démocratique du Congo

Les forêts tropicales de la République démocratique du Congo contiennent une grande biodiversité , y compris de nombreuses rares et endémiques espèces, comme le chimpanzé commun et le bonobo , l’ éléphant de forêt , le gorille de montagne , l’ okapi et le rhinocéros blanc . Cinq du pays des parcs nationaux sont répertoriés comme sites du patrimoine mondial : le Garumba , Kahuzi-Biega , Salonga et Virunga parcs nationaux , et la Réserve de faune à okapis . La République démocratique du Congo est le plus biodiverse pays d’ Afrique. [54]

La guerre civile et résultant de mauvaises conditions économiques ont mis en danger une grande partie de cette biodiversité. De nombreux gardiens de parc ont été tués ou ne pouvaient pas se permettre de continuer leur travail. Les cinq sites sont classés par l’ UNESCO comme patrimoine mondial en péril.

Les écologistes ont particulièrement inquiets au sujet des primates . Le Congo est habité par plusieurs grands singes espèces – le chimpanzé commun ( Pan troglodytes ), le bonobo ( Pan paniscus ), le gorille de l’ est ( de Gorilla beringei ), et peut – être le gorille occidental ( Gorilla gorilla ). [55] Il est le seul pays dans le monde où se trouvent bonobos dans la nature. De nombreuses inquiétudes ont été soulevées au sujet de grande extinction des grands singes. En raison de la chasse et la destruction des habitats, le chimpanzé, le bonobo et le gorille, les populations une fois numérotées dont chacun des millions, ont maintenant diminué jusqu’à seulement environ 200 000 [56] gorilles, 100.000 [57] chimpanzés et peut – être seulement 10 000 [ 57] bonobos. Gorilles, chimpanzés et bonobos sont tous classés comme mis en danger par l’ Union mondiale pour la nature , ainsi que l’ okapi , qui est aussi originaire de la région.

La viande de brousse

Au cours du dernier siècle ou, la RDC est devenue le centre de ce qui a été appelé « Afrique centrale bushmeat problème », considéré par beaucoup comme une crise environnementale et socio-économique majeur. « Viande de brousse » est un autre mot pour la viande d’animaux sauvages, généralement obtenu par piégeage, généralement avec des pièges à fil, ou bien avec des fusils de chasse, des flèches empoisonnées ou les bras à l’ origine destinés à être utilisés dans de nombreux conflits militaires de la RDC. [ Citation nécessaire ]

La viande de brousse crise a émergé principalement en raison des mauvaises conditions de vie du peuple congolais et un manque d’éducation sur les dangers de la manger. Une population croissante combinée à des conditions économiques déplorables fait beaucoup dépendant congolais sur la viande de brousse, soit comme source de revenus (vente de la viande), ou de la nourriture. Le chômage et l’ urbanisation dans toute l’ Afrique centrale ont aggravé le problème plus en tournant les villes comme l’étalement urbain de Kinshasa sur les marchés principaux pour la viande de brousse commerciale. [ Citation nécessaire ]

Cette combinaison a provoqué la mise en danger généralisée de la faune locale, et a forcé l’ homme à frayer un chemin plus profondément dans le désert à la recherche de la viande animale souhaitée. Cette chasse excessive entraîne la mort de plus d’ animaux et rend les ressources encore plus rares pour l’ homme. La chasse a également été facilitée par la vaste répandue d’exploitation forestière à travers les forêts tropicales du Congo à la fois l’ exploitation des entreprises, et les agriculteurs qui ouvrent des terres à des fins agricoles. Logging permet aux chasseurs d’ accéder plus facilement aux terrains dans la jungle précédemment inaccessible, tout en érodant simultanément enlever les habitats des animaux. [58] La déforestation accélère en Afrique centrale. [59]

Politique

Gouvernement

Après un intermède de quatre ans entre les deux constitutions, avec de nouvelles institutions politiques établies aux différents niveaux de gouvernement, ainsi que de nouvelles divisions administratives pour les provinces du pays, une nouvelle constitution est entrée en vigueur en 2006 et la politique en République démocratique du le Congo a finalement réglé dans une écurie présidentielle république démocratique . La constitution de transition 2003 [60] a mis en place un parlement avec une bicaméral législature, composé d’un Sénat et une Assemblée nationale .

Le Sénat avait, entre autres, la charge de la rédaction de la nouvelle constitution du pays. Le pouvoir exécutif a été confiée à un cabinet de 60 membres, dirigé par un président et quatre vice – présidents. Le Président a également été le commandant en chef des forces armées. La constitution de transition a également établi un système judiciaire relativement indépendant, dirigé par une Cour suprême avec des pouvoirs d’interprétation constitutionnelle. [ Citation nécessaire ]

Cependant, la Constitution de 2006, également connue comme la Constitution de la Troisième République, est entrée en vigueur en Février 2006. Il avait l’autorité concurrente, avec la constitution de transition jusqu’à l’investiture des élus qui ont émergé des élections Juillet 2006. En vertu de la nouvelle constitution, le législateur est resté bicaméral; l’exécutif a été entreprise en même temps que par un président et le gouvernement, dirigé par un Premier ministre, nommé du parti en mesure d’obtenir une majorité à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement – et non le Président – est responsable devant le Parlement. La nouvelle constitution a également accordé de nouveaux pouvoirs aux gouvernements provinciaux, la création de parlements provinciaux qui ont le contrôle du gouverneur et le chef du gouvernement provincial, qui ils élisent. La nouvelle constitution a également vu la disparition de la Cour suprême, qui a été divisé en trois nouvelles institutions. La prérogative de l’ interprétation constitutionnelle de la Cour suprême est maintenant détenu par la Cour constitutionnelle . [61]

Bien situé dans le centre de l’ Afrique sous – région des Nations Unies , la nation est aussi sur le plan économique et régional affilié à l’ Afrique du Sud en tant que membre de la Communauté de développement de l’ Afrique australe (SADC). [62]

Corruption

Mobutu Sese Seko a jugé la RDC, qu’il rebaptise Zaïre , de 1965 à 1997. Un rapport a expliqué comment le gouvernement recettes perçues illégalement. « Mobutu demanderait un d’ entre nous d’aller à la banque et prendre un million Nous irions un intermédiaire et lui dire d’obtenir cinq millions. Il irait à la banque avec l’autorité de Mobutu, et de prendre dix. Mobutu a un, et nous avons pris les neuf autres « . [63] Mobutu a institutionnalisé la corruption pour empêcher ses rivaux politiques de contester son contrôle, ce qui conduit à un effondrement économique en 1996 . [64]

Mobutu aurait volé jusqu’à 4-5000000000 $ US tandis que dans le bureau; [65] en Juillet 2009, un tribunal suisse a déterminé que le délai de prescription était écoulé sur un international recouvrement d’avoirs cas d’environ 6,7 millions $ des dépôts de Mobutu dans une banque suisse, et par conséquent , les actifs doivent être retournés à la famille de Mobutu. [66]

Le président Joseph Kabila a créé la Commission de la répression des crimes économiques sur son ascension au pouvoir en 2001. [67]

Droits de l’ homme

Pour plus d’ informations: La violence sexuelle en République démocratique du Congo et enfants soldats en République démocratique du Congo

L’ enquête de la Cour pénale internationale en République démocratique du Congo a été initié par Joseph Kabila en Avril 2004. Le procureur international Cour pénale a ouvert l’affaire en Juin 2004.

Les enfants soldats ont été utilisés sur une grande échelle en RDC, et en 2011 , il a été estimé que 30.000 enfants étaient encore en activité avec des groupes armés. [68]

Les cas de travail des enfants et le travail forcé ont été observés et rapportés dans le département américain du Travail de conclusions sur les pires formes de travail des enfants en RDC en 2013 [69] et six biens produits par l’industrie minière du pays apparaît sur Décembre du ministère 2014 Liste des marchandises produites par le travail des enfants ou le travail forcé .

Violence à l’ égard des femmes

Principaux articles: La violence sexuelle en République démocratique du Congo et macho-violence militaire en République démocratique du Congo

La violence contre les femmes semble être perçue par de grands secteurs de la société normale. [70] La 2013-2014 enquête EDS (p. 299) ont constaté que 74,8% des femmes étaient d’ accord qu’un mari a raison de battre sa femme dans certaines circonstances. [71]

Les Nations Unies Comité pour l’élimination de la discrimination à l’ égard des femmes en 2006 a exprimé son inquiétude que , dans la période de transition d’ après-guerre, la promotion des droits de l’ homme et de l’ égalité entre les sexes des femmes n’est pas considérée comme une priorité. [72] [73] La partie orientale du pays en particulier a été décrit comme la « capitale de viol du monde » et la prévalence de la violence sexuelle , il est décrit comme le pire dans le monde. [74] [75]

Les mutilations génitales féminines (MGF) est également pratiquée en RDC, mais pas à grande échelle. La prévalence des MGF est estimée à environ 5% des femmes. [76] [77] La MGF est illégale: la loi impose une peine de deux à cinq ans de prison et une amende de 200.000 francs congolais à toute personne qui porte atteinte à la « intégrité physique ou fonctionnelle » des organes génitaux. [78] [79]

En Juillet 2007, le Comité international de la Croix – Rouge a exprimé son inquiétude au sujet de la situation en RDC. [80] Un phénomène de « déplacement pendulaire » a mis au point, où les gens se hâtent la nuit à la sécurité. Selon Yakin Ertürk, le Rapporteur spécial de l’ ONU sur la violence à l’ égard des femmes qui ont voyagé du Congo en Juillet 2007, la violence contre les femmes dans le Nord et le Sud – Kivu inclus « brutalité inimaginable ». Ertürk a ajouté que « les groupes armés attaquent les communautés locales, piller, violer, kidnapper des femmes et des enfants, et de les faire travailler comme esclaves sexuelles ». [81] En Décembre 2008, GuardianFilms de The Guardian a publié un film illustrant le témoignage de plus de 400 femmes et filles qui avaient été abusés par des milices en maraude. [82]

En Juin 2010, Oxfam a rapporté une augmentation spectaculaire du nombre de viols en République démocratique du Congo, et des chercheurs de Harvard a découvert que les viols commis par des civils avaient augmenté seventeenfold. [83] En Juin 2014, la liberté de la torture a publié rapporté le viol et les violences sexuelles utilisées régulièrement par les agents de l’ Etat dans les prisons congolaises comme une punition pour les femmes politiquement actives. [84] Les femmes incluses dans le rapport ont été abusés dans plusieurs endroits à travers le pays , y compris la capitale Kinshasa et dans d’ autres régions éloignées des zones de conflit. [84]

En 2015, les chiffres à la fois à l’ intérieur et à l’ extérieur du pays comme Filimbi et Emmanuel Weyi se sont prononcés sur la nécessité de lutter contre la violence et de l’ instabilité à l’approche des élections de 2016. [85] [86]

Relations extérieures et militaires

Voir aussi: Relations extérieures de la République démocratique du Congo et militaire de la République démocratique du Congo

La croissance mondiale de la demande de matières premières rares et les surtensions industrielles en Chine, en Inde, la Russie, le Brésil et d’ autres pays en développement exigent que les pays développés utilisent de nouvelles stratégies intégrées et réactives pour identifier et assurer, sur une base continue, une quantité suffisante de matériaux stratégiques et critiques nécessaires à leurs besoins de sécurité. Soulignant l’importance de la RD Congo à la sécurité nationale des États-Unis, l’effort de mettre en place une unité d’ élite congolaise est la dernière poussée par les Etats – Unis pour professionnaliser les forces armées dans cette région stratégiquement importante. [ Citation nécessaire ]

Il existe des incitations économiques et stratégiques pour apporter plus de sécurité au Congo, qui est riche en ressources naturelles telles que le cobalt . Le cobalt est un métal stratégique et critique utilisé dans de nombreuses applications industrielles et militaires. La plus grande utilisation du cobalt est en superalliages , utilisés pour fabriquer des moteurs à réaction pièces. Le cobalt est également utilisé dans les alliages magnétiques et en coupe et de matériaux résistant à l’ usure tels que cimentées carbures . L’ industrie chimique consomme des quantités importantes de cobalt dans une variété d’applications , y compris des catalyseurs pour le pétrole et le traitement chimique; agents de séchage pour peintures et encres; les couches de base pour les émaux de porcelaine; decolourisers pour la céramique et le verre; et des pigments pour la céramique, les peintures et les matières plastiques. Le pays contient 80% des réserves de cobalt du monde. [87]

Économie et infrastructure

La Banque centrale du Congo est responsable du développement et le maintien du franc congolais , qui sert de la principale forme de monnaie en République démocratique du Congo. En 2007, la Banque mondiale a décidé d’accorder à la République démocratique du Congo jusqu’à 1,3 milliard $ dans des fonds d’aide au cours des trois années suivantes. [88] Kinshasa membres négocie actuellement dans l’ Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). [89]

La République démocratique du Congo est largement considéré comme l’ un des pays les plus riches en ressources naturelles du monde; ses gisements inexploités de minéraux bruts sont estimées à plus de 24 billions $ US. [90] [91] [92] Le Congo a 70% dans le monde coltan , un tiers de son cobalt , plus de 30% de ses réserves de diamant, et un dixième de son cuivre. [93] [94]

En dépit de ces vastes richesses minérales, l’économie de la République démocratique du Congo a considérablement diminué depuis le milieu des années 1980. Le pays africain a généré jusqu’à 70% de ses recettes d’exportation de minéraux dans les années 1970 et 1980, et a été particulièrement lorsque les prix des ressources se sont détériorées à ce moment – là. En 2005, 90% des revenus de la RDC de ses dérivés minéraux (Exenberger et Hartmann 2007: 10). [95] malheurs du pays signifient que , malgré son potentiel de ses citoyens sont parmi les plus pauvres de la planète. République démocratique du Congo a toujours le plus bas, ou presque le plus bas, le PIB nominal par habitant dans le monde. La RDC est aussi l’ un des vingt pays les moins bien classés sur l’ indice de perception de la corruption .

Mines

La République démocratique du Congo (RDC) est le plus grand producteur mondial de cobalt du minerai, [96] et un important producteur de cuivre et de diamants. Ce dernier vient de la province du Kasaï à l’ouest. De loin les plus grandes mines en RDC sont situés dans le sud de la province du Katanga (anciennement Shaba ), et sont très mécanisée, avec une capacité de plusieurs millions de tonnes par an de minerai de cuivre et de cobalt, et de la capacité de raffinage de minerais métalliques. La RDC est le deuxième pays producteur de diamants dans le monde, [97] et les mineurs artisanaux et à petite échelle représentent la majeure partie de sa production.

A l’ indépendance en 1960, la RDC a été le deuxième pays le plus industrialisé en Afrique après l’ Afrique du Sud; vantait un secteur , il minier prospère et un secteur agricole relativement productive. [98] La Première et Deuxième guerre du Congo a commencé en 1996. Ces conflits ont considérablement réduit la production nationale et les recettes publiques, l’ augmentation de la dette extérieure, et a entraîné des décès de plus de cinq millions de personnes de la guerre et associée la famine et la maladie. La malnutrition touche environ deux tiers de la population du pays. [ Citation nécessaire ]

Les entreprises étrangères ont réduit les opérations en raison de l’incertitude sur l’issue du conflit, le manque d’infrastructures et de l’environnement d’exploitation difficile. La guerre a intensifié l’impact de ces problèmes de base comme un cadre juridique incertain, la corruption, l’inflation et le manque d’ouverture dans la politique économique et les opérations financières du gouvernement.

Amélioration des conditions à la fin de 2002, quand une grande partie des troupes d’ invasion étrangères se sont retirées. Plusieurs Fonds monétaire international et la Banque mondiale missions rencontrées avec le gouvernement pour l’ aider à élaborer un plan économique cohérent, et le président Joseph Kabila a commencé à mettre en œuvre des réformes. Une grande partie de l’ activité économique est encore en dehors des données du PIB. Un indice de développement humain des Nations Unies rapport montre que l’indice de développement humain de la RDC est l’ un des pires qu’il a eu depuis des décennies. Grâce à 2011 , la RDC avait l’indice de développement humain le plus bas des 187 pays classés. Il est classé plus bas que Niger , en dépit d’ une plus grande marge d’amélioration que le dernier pays sur les chiffres de 2010. [ Citation nécessaire ]

L’économie de la RDC, le deuxième plus grand pays d’Afrique, repose en grande partie sur l’ exploitation minière. Cependant, l’activité économique à petite échelle de l’ exploitation minière artisanale se produit dans le secteur informel et ne se reflète pas dans les données du PIB. [99] Un tiers sont soupçonnés diamants de la RDC à être passés en contrebande hors du pays, ce qui rend difficile de quantifier le diamant production niveaux. [100] En 2002, l’ étain a été découvert dans l’est du pays, mais à ce jour n’a été extrait sur une petite échelle. [101] trafic illicite de minéraux de conflit tels que le coltan et la cassitérite , les minerais de tantale et d’ étain, respectivement, a contribué à alimenter la guerre [102] au Congo oriental.

En Septembre 2004, appartenant à l’ Etat Gécamines a signé un accord avec Global Enterprises entreprise (GEC), une société formée par la fusion de Dan Gertler international (DGI) avec Beny Steinmetz mondial , pour réhabiliter et exploiter les Kananga et Tilwezembe mines de cuivre. L’accord a été ratifié par décret présidentiel. En 2007 , un rapport de la Banque mondiale a examiné trois grands contrats miniers en RD Congo, estimant que 2005 traite, dont une avec Global Enterprises Company, ont été approuvés par « une absence totale de transparence » (Mahtani, le 3 Janvier 2007). [103] [104] [105] Gertler et Steinmetz mis 75% la part de GEC dans Komoto Oliveira Virgule (KOV), le projet en place d’Tilwezembe et Kananga, ainsi que le concentrateur Kolwesi, dans Nikanor plc . Enregistré dans l’ île de Man , a atteint une capitalisation boursière de 1,5 milliard $ en 2007. [104] En Février 2007, 22% de la société minière Nikanor appartenait à la Gertner Family Trust et 14% par Dan Gertler . [106] En Janvier 2008 Katanga Mining a acquis Nikanor pour 452 millions $ [105]

En Avril 2006 DGI de Gertler a pris une participation importante dans DEM Mining, une société minière de cobalt et de cuivre services au Katanga. [104] En Juin 2006 Gertler acheté Tremalt de l’homme d’ affaires zimbabwéen John Bredenkamp pour environ 60 millions $. Tremalt avait une part de moitié dans la mine Mukondo . En 2007 Tremalt appartenait à Prairie International Ltd, dont la confiance de la famille de Dan Gertler était un actionnaire important. Tremalt détenue à 80% de Savannah Mining, qui a tenu des concessions C17 et C18 dans la province du Katanga et 50% du projet Mukondo. L’autre 50% de Mukonda a eu lieu Boss Mining, qui à son tour était détenue à 80% par Central African Mining & Exploration Company (Camec). Patron Mining avait loué et exploité la moitié de Bredenkamp de Mukondo. Gertler mis fin à cet arrangement. [104]

Katanga Mining Limited , une société appartenant suisse, propriétaire de la Luilu usine métallurgique, qui a une capacité de 175.000 tonnes de cuivre et 8.000 tonnes de cobalt par an, ce qui en fait la plus grande raffinerie de cobalt dans le monde. Après un programme de réhabilitation majeure, la société a repris ses activités de production de cuivre en Décembre 2007 et la production de cobalt en mai 2008. [107]

En Avril 2013, lutte contre la corruption ONG a révélé que les autorités fiscales congolaises n’avaient pas compte de 88 millions $ du secteur minier, en dépit de la production en plein essor et la performance industrielle positive. Les fonds manquants datent de 2010 et les organismes fiscaux auraient dû les payer à la banque centrale. [108] Plus tard en 2013 l’ Initiative pour la transparence des industries extractives a suspendu la candidature du pays à l’ adhésion en raison de rapports insuffisants, le suivi et des audits indépendants, mais en Juillet 2013 , le pays a amélioré ses pratiques comptables et de transparence au point où l’ITIE a donné le pays membre à part entière .

Transport

Le transport terrestre en République démocratique du Congo a toujours été difficile. Le terrain et le climat du Bassin du Congo présentent de sérieux obstacles à la construction de routes et le rail, et les distances sont énormes dans ce vaste pays. La mauvaise gestion économique chronique et les conflits internes ont conduit à long terme sous-investissement.

Rail

Le transport ferroviaire est assuré par le Congo Railroad Company (Société Nationale des Chemins de Fer du Congo) et le National des Transports Bureau (Congo) (ONATRA) et le Bureau des chemins de fer Uele (Office des Chemins de fer des Uélés, UFC).

Route

La République démocratique du Congo a moins de routes pavées tout temps que tout autre pays de sa population et la taille en Afrique – un total de 2.250 km (1 400 mi), dont seulement 1226 km (762 mi) est en bon état (voir ci – dessous ). Pour mettre cela en perspective, la distance de la route à travers le pays dans toutes les directions est plus de 2500 km (1 600 mi) (par exemple à Matadi Lubumbashi, 2.700 km (1.700 mi) par la route). Le chiffre de 2250 km (1 400 mi) convertit 35 km (22 mi) de route goudronnée par 1000000 de la population. Les chiffres correspondants pour la Zambie et le Botswana sont 721 km (448 mi) et 3427 km (2129 mi) respectivement. [109]

Trois routes dans le réseau des routes transafricaines passe par la RD Congo:

  • Tripoli- Le Cap route : cette route traverse l’extrémité ouest du pays sur la route nationale n ° 1 entre Kinshasa et Matadi , une distance de 285 km (177 mi) sur l’ une des seules sections pavées en assez bon état.
  • Lagos-Mombasa route : la République démocratique du Congo est le principal chaînon manquant dans cette autoroute est-ouest et nécessite une nouvelle route à construire avant de pouvoir fonctionner.
  • Beira-Lobito route : cette route est-ouest traverse Katanga et nécessite une nouvelle construction sur la majeure partie de sa longueur, étant une piste de terre entre la frontière angolaise et Kolwezi , une route pavée en très mauvais état entre Kolwezi et Lubumbashi , et une route pavée dans un état passable sur la courte distance de la frontière zambienne.

Eau

La République démocratique du Congo a des milliers de kilomètres de navigables les cours d’ eau . Traditionnellement , le transport de l’ eau a été le principal moyen de se déplacer dans les deux tiers environ du pays.

Air

En Juin 2016, la RD Congo avait une grande compagnie aérienne nationale ( Congo Airways ) qui a offert des vols à l’ intérieur de la RD Congo. Congo Airways a été basé à l’ aéroport international de Kinshasa . Tous les transporteurs aériens certifiés par la RDC ont été interdits depuis les aéroports de l’ Union européenne par la Commission européenne, en raison de normes de sécurité insuffisantes. [110]

Plusieurs compagnies aériennes internationales desservent l’ aéroport international de Kinshasa et quelques offrent également des vols internationaux à Lubumbashi International Airport .

Énergie

Article principal: l’ énergie en République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo, il y a le charbon et le pétrole brut des ressources qui ont été principalement utilisés au niveau national en 2008. La République démocratique du Congo dispose d’une infrastructure pour l’ hydroélectricité du fleuve Congo aux barrages d’ Inga . [111] La République démocratique du Congo possède également 50% des forêts de l’ Afrique et un réseau hydrographique qui pourrait fournir hydroélectrique puissance du continent, selon un rapport de l’ ONU sur l’ importance stratégique du pays et son rôle potentiel en tant que puissance économique Afrique centrale. [112]

La production et la distribution d’énergie électrique est contrôlée par la Société nationale d’électricité (SNEL)

Education

En 2014 , l’ alphabétisation taux pour la population entre les âges de 15 et 49 a été estimée à 75,9% (88,1% d’ hommes et 63,8% de femmes) selon une DHS enquête nationale. [113] Le système éducatif en République démocratique du Congo est régie par trois ministères: le ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (MEPSP ), le ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (MESU) et le Ministère des Affaires Sociales (MAS) . L’ enseignement primaire en République démocratique du Congo n’est pas libre ou obligatoire, [ citation nécessaire ] , même si la constitution congolaise dit qu’il devrait être ( l’ article 43 de la Constitution congolaise 2005). [114]

En raison de la guerre civile de 6 ans à la fin des années 1990-début des années 2000, plus de 5,2 millions d’ enfants du pays ne reçoivent aucune éducation. [115] Depuis la fin de la guerre civile, la situation a considérablement amélioré, avec le nombre d’enfants inscrits à l’ école primaire passant de 5,5 millions en 2002 à 12 millions en 2012, et le nombre d’enfants inscrits dans les écoles secondaires hausse de 2,8 millions en 2007 à 3,9 millions en 2012 selon l’ UNESCO . [116]

La fréquentation scolaire actuelle a également grandement améliorée au cours des dernières années, avec la participation nette de l’ école primaire estimée à 82,4% en 2014 (82,4% des enfants âgés de 6-11 a fréquenté l’ école, 83,4% pour les garçons, 80,6% pour les filles). [117]

Santé

Article principal: Santé en République démocratique du Congo
Informations complémentaires: VIH / SIDA en République démocratique du Congo

Les hôpitaux de la République démocratique du Congo comprennent l’ Hôpital général de Kinshasa . RDC a deuxième taux le plus élevé au monde de la mortalité infantile (après Tchad ). En Avril 2011, grâce à l’ aide de l’ Alliance mondiale pour les vaccins , un nouveau vaccin pour prévenir les infections à pneumocoques a été introduite vers Kinshasa . [118]

En 2012, on a estimé qu’environ 1,1% des adultes de 15-49 ans vivaient avec le VIH / SIDA . [119] Le paludisme est également un problème. [120] [121] La fièvre jaune affecte également la RDC. [122]

La santé maternelle est pauvre en RDC. Selon les estimations de 2010, la RDC a le 17 plus élevé de la mortalité maternelle taux dans le monde. [123] Selon l’ UNICEF , 43,5% des enfants de moins de cinq ans sont un retard de croissance . [124]

L’ application de la loi et la criminalité

Article principal: l’ application de la loi en République démocratique du Congo

La Police nationale congolaise (PNC) sont la force de police primaire en République démocratique du Congo. [125]

Démographie

Les plus grandes villes

Plus de 200 groupes ethniques peuplent la République démocratique du Congo, dont la majorité sont des peuples bantous . Ensemble, Mongo , Luba et Kongo peuples (Bantu) et Mangbetu – Azande peuples constituent environ 45% de la population. Les Kongo sont le plus grand groupe ethnique en République démocratique du Congo. [130]

En 2009, les Nations Unies ont estimé la population du pays à 66 millions de personnes, [131] une augmentation rapide de 39,1 millions en 1992 , malgré la guerre en cours. [132] Pas moins de 250 groupes ethniques ont été identifiés et nommés. Les plus nombreux sont les gens Kongo , Luba et Mongo . Environ 600 000 Pygmées sont les peuples autochtones de la RD Congo. [133] Bien que plusieurs centaines de langues locales et dialectes sont parlés, la variété linguistique est ponté à la fois par l’ utilisation généralisée du français et des langues nationales intermédiaires Kituba , Tshiluba , Swahili et Lingala .

Migration

Compte tenu de la situation dans le pays et l’état des structures étatiques, il est extrêmement difficile d’obtenir des données fiables sur les migrations. Cependant, il semble que la RDC continue d’être un pays de destination pour les immigrants, malgré les récentes baisses de leur nombre. L’ immigration est de nature très diverse; réfugiés et demandeurs d’asile – produits des conflits nombreux et violents dans la région des Grands Lacs – constituent un sous – ensemble important de la population. En outre, les grandes exploitations minières du pays attirent les travailleurs migrants en provenance d’ Afrique et au – delà. Il y a aussi la migration considérable pour les activités commerciales d’autres pays africains et le reste du monde, mais ces mouvements ne sont pas bien étudiés. [134] La migration de transit vers l’ Afrique du Sud et l’ Europe joue également un rôle.

L’ immigration en RDC a diminué régulièrement au cours des deux dernières décennies, le plus probablement en raison de la violence armée que le pays a connu. Selon l’ Organisation internationale pour les migrations , le nombre d’immigrants en RDC a chuté d’ un peu plus de 1 million en 1960 à 754.000 en 1990, 480.000 en 2005, à un 445000 estimé en 2010. Les chiffres officiels ne sont pas disponibles, en partie à cause de la prédominance de l’ économie informelle en RDC. Les données font également défaut sur les immigrés en situation irrégulière, des liens ethniques des pays voisins toutefois accordé aux ressortissants de la RDC, la migration irrégulière est supposé être un phénomène important. [134]

Les chiffres pour les ressortissants congolais à l’ étranger varient considérablement en fonction de la source de 3 à 6 millions. Cet écart est dû à un manque de données officielles et fiables. Emigrants de la RDC sont surtout les émigrants à long terme, la majorité d’ entre eux vivent en Afrique et dans une moindre mesure en Europe; 79,7% et 15,3% respectivement, selon les estimations de 2000 données. De nouveaux pays de destination comprennent l’ Afrique du Sud et divers points en cours de route vers l’ Europe. La RDC a produit un nombre considérable de réfugiés et des demandeurs d’asile situés dans la région et au – delà. Ces chiffres ont atteint un sommet en 2004, selon le HCR , il y avait plus de 460.000 réfugiés de la RDC; en 2008, les réfugiés congolais numérotés 367995 au total, dont 68% vivaient dans d’ autres pays africains. [134]

Depuis 2003, plus de 400.000 migrants congolais ont été expulsés de l’ Angola . [135]

Religion

Article détaillé: Religion en République démocratique du Congo

Le christianisme est la religion majoritaire en République démocratique du Congo, suivi d’environ 95% de la population selon un 2010 Pew Research Center [136] estimation, et 80% selon la CIA World Factbook [1] et Pew Research Center 2013 Les données. [137] croyances autochtones représentent environ 1,8 à 10%, et l’ Islam pour 10 à 12%. [1] [137]

Il y a environ 35 millions de catholiques dans le pays [1] avec six archidiocèses et 41 diocèses . [138] L’impact de l’Eglise catholique en République démocratique du Congo est difficile à surestimer. Schatzberg a appelé « seule institution véritablement nationale en dehors de l’Etat. » Du pays [139] Ses écoles ont formé plus de 60% des élèves des écoles primaires du pays et plus de 40% de ses élèves du secondaire. L’église possède et gère un vaste réseau d’hôpitaux, les écoles et les cliniques, ainsi que de nombreuses entreprises économiques diocésains, y compris les fermes, des ranchs, des magasins et des boutiques d’artisans. [ Citation nécessaire ]

Kimbanguisme a été considérée comme une menace pour le régime colonial et a été interdit par les Belges. Kimbanguisme, officiellement « l’église du Christ sur terre par le prophète Simon Kimbangu », a maintenant environ trois millions de membres, [140] principalement parmi les Bakongo du Bas-Congo et Kinshasa .

62 dénominations protestantes sont fédérées sous l’égide de l’ Eglise du Christ au Congo . Il est souvent simplement appelée l’Eglise protestante , puisqu’il couvre la plupart des protestants de la RDC. Avec plus de 25 millions de membres, elle constitue l’ un des plus grands organismes protestants dans le monde.

Selon le Pew Forum , l’ islam est la foi de 12% de la population. [137] Selon la CIA World Factbook , les musulmans représentent 10% de la population. [1] L’ Islam a été introduite et répandue principalement par les négociants / commerçants. [141] Musulmans Congolais sont divisés en sunnites (50%), chiites (10%), Ahmadis (6%), et les musulmans non confessionnelles (14%). [142] En 2013 , les Forces démocratiques alliées , un groupe lié à Al-Qaïda , ont commencé à mener des attaques au Congo qui ont tué des civils, pour la plupart des chrétiens. [143]

Les premiers membres de la foi bahá’íe à vivre dans le pays sont venus de l’ Ouganda en 1953. Quatre ans plus tard , le premier conseil d’ administration locale a été élu. En 1970 , l’Assemblée spirituelle nationale (conseil d’ administration national) a été élu. Bien que la religion a été interdite dans les années 1970 et 1980, en raison de fausses déclarations des gouvernements étrangers, l’interdiction a été levée à la fin des années 1980. En 2012 , les plans ont été annoncés pour construire un national Baha’i House de culte dans le pays. [144]

Les religions traditionnelles incarnent des concepts tels que le monothéisme , l’ animisme , le vitalisme , l’ esprit et le culte des ancêtres , la sorcellerie et la sorcellerie et varient considérablement selon les groupes ethniques. Les sectes syncrétiques se confondent souvent des éléments du christianisme avec les croyances traditionnelles et les rituels et ne sont pas reconnus par les églises traditionnelles dans le cadre du christianisme. De nouvelles variantes de croyances anciennes sont devenues monnaie courante, orchestrée par des Églises des États – Unis d’inspiration pentecôtiste qui ont été à l’avant – garde des accusations de sorcellerie, en particulier contre les enfants et les personnes âgées. [ Clarification nécessaire ] [145] Les enfants accusés de sorcellerie sont envoyés loin des maisons et la famille, souvent à vivre dans la rue, ce qui peut conduire à la violence physique contre ces enfants. [ Clarification nécessaire ] [146] Le terme habituel pour ces enfants est enfants sorciers (sorcières enfants) ou Enfants Dits Sorciers (enfants accusés de sorcellerie). Les organisations non-confessionnelles église ont été formés pour capitaliser sur cette croyance en imposant des frais exorbitants pour exorcismes . Bien que récemment mis hors la loi, les enfants ont été soumis à ces exorcismes à l’abus souvent violent aux mains des prophètes autoproclamés et prêtres. [147]

La source Christianisme
(total)
Catholicisme Romain protestantisme Islam Autre La source
Département d’Etat américain 90% 50% 35% 5% 5% [2]
Pew Research Center 96% 47% 48% 1,5% 2,5% [3] [4]
CIA World Factbook 80% 50% 20% dix% dix% [5]

Langues

Le français est la langue officielle de la République démocratique du Congo. Il est culturellement accepté comme lingua franca facilitant la communication entre les nombreux groupes ethniques du Congo. Selon un 2014 OIF rapport, 33 millions de Congolais (47% de la population) peuvent lire et écrire en français. [148] Dans la capitale Kinshasa , 67% de la population peut lire et écrire le français, et 68,5% peut parler et comprendre. [149]

Environ 242 langues sont parlées dans le pays, mais seulement quatre ont le statut de langues nationales: Kituba ( « Kikongo ya leta »), Lingala , Tshiluba , et le swahili . Bien que certaines personnes parlent ces langues régionales ou commerciales comme langues premières, la plupart de la population entre eux parlent comme langue seconde après leur propre langue tribale. Lingala était la langue officielle de l’armée coloniale, la « force publique », sous la domination coloniale belge, et reste à ce jour la langue prédominante dans les forces armées. Depuis les rébellions récentes, une bonne partie de l’armée dans l’Est utilise aussi le swahili où elle est répandue.

Lorsque le pays était une colonie belge, les colonisateurs belges institué l’ enseignement et l’ utilisation des quatre langues nationales dans les écoles primaires, ce qui en fait l’ un des rares pays africains à avoir eu l’ alphabétisation dans les langues locales pendant la période coloniale européenne. Cette tendance a été inversée après l’ indépendance, où le français est devenu la seule langue de l’ éducation à tous les niveaux. [150] Depuis 1975, les quatre langues nationales ont été réintroduits dans les deux premières années de l’ enseignement primaire, avec le français devient la seule langue d’enseignement à partir de la 3e année à compter, mais dans la pratique de nombreuses écoles primaires dans les zones urbaines utiliser exclusivement français de la première année de l’ école en avant. [150]

Culture

La culture de la République démocratique du Congo reflète la diversité de ses centaines de groupes ethniques et de leurs façons différentes de la vie dans tout le pays – de l’embouchure du fleuve Congo sur la côte, vers l’ amont à travers la forêt et la savane en son centre, à les montagnes plus densément peuplées dans l’Extrême – Orient. Depuis la fin du 19ème siècle, modes de vie traditionnels ont subi des changements provoqués par le colonialisme , la lutte pour l’ indépendance, la stagnation de l’ère Mobutu, et plus récemment, la Première et la Seconde Guerre du Congo . En dépit de ces pressions, les coutumes et les cultures du Congo ont conservé une grande partie de leur individualité. 81 millions d’habitants du pays (à la clôture de 2016) sont principalement rurales. Les 30% qui vivent dans les zones urbaines ont été le plus ouvert de l’ Ouest influences.

Musique

Une autre caractéristique de la culture du Congo est sa musique. La RDC a mélangé ses sources musicales ethniques avec Cuba rumba et merengue pour donner naissance à soukous . [151] D’ autres pays africains produisent des genres musicaux qui sont dérivés de soukous congolais. Certains des groupes africains chantent en lingala , l’ une des principales langues en RDC. Le même soukous congolais, sous la direction de « le sapeur », Papa Wemba , a donné le ton pour une génération de jeunes hommes toujours habillés en vêtements de marque coûteux. Ils sont venus à être connu comme la quatrième génération de la musique congolaise et viennent principalement de l’ancien groupe bien connu Wenge Musica.

Sport

De nombreux sports sont joués en République démocratique du Congo, y compris le football , le basket – ball et le rugby . Les sports sont joués dans de nombreux stades dans tout le pays, y compris le Stade Frédéric Kibassa Maliba . [152]

Sur le plan international, le pays est particulièrement célèbre pour ses NBA joueurs. Dikembe Mutombo est l’ un des meilleurs joueurs de basket – ball africain à jamais jouer le jeu. Mutombo est bien connu pour des projets humanitaires dans son pays d’origine. Serge Ibaka , Bismack Biyombo , Christian Eyenga et Emmanuel Mudiay sont d’ autres qui ont gagné une attention considérable internationale.

Depuis 1968 , la République démocratique du Congo a participé aux Jeux Olympiques .

Nourriture

Article principal: la cuisine congolaise

Médias

Les journaux de la RDC comprennent L’Avenir , La Cité africaine de Matadi , La Conscience , L’Observateur , Le Phare , Le Potentiel , Le Doux et LeCongolais.CD , [153] un Web quotidien. [154] Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC) est le diffuseur national de la République démocratique du Congo. RTNC diffuse actuellement en lingala , en français et en anglais.

Les questions environnementales

Une dense forêt tropicale dans le centre de la RDC bassin de la rivière et les montagnes de l’ est est bordé à l’ouest par la Rift Albertine (la branche ouest de l’ Afrique Grand Rift ). Il comprend plusieurs des Grands Lacs de l’ Afrique.

Les principaux enjeux environnementaux enjeux environnementaux majeurs de la RD Congo comprennent:

  • la déforestation
  • braconnage qui menace les populations de la faune
  • pollution de l’eau

Réfugiés déplacés causent ou sont par ailleurs responsables de la déforestation importante, l’ érosion des sols et le braconnage de la faune. Une autre question importante est dommages environnementaux causés par l’ extraction de minéraux, en particulier les diamants, l’ or et le coltan – un minerai utilisé pour la fabrication de condensateurs .

Les énergies renouvelables

En raison de la lumière du soleil, le potentiel de développement solaire est très élevé en RDC. Il y a déjà environ 836 systèmes d’énergie solaire en RDC, avec une puissance totale de 83 kW, situé à Équateur (167), Katanga (159), Nord-Kivu (170), les deux provinces du Kasaï (170), et Bas- Congo (170). En outre, le système de réseau 148 Caritas a une puissance totale de 6,31 kW. [155]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *