Mexique


Mexique ( espagnol : Mexique , prononcé: [me.xi.ko] ( écouter ) , Nahuatl moderne ), officiellement États-Unis du Mexique (espagnol: États-Unis Mexicanos , écoutez ( aide · info ) ), [10] [11] [ 12] [13] est une république fédérale dans la moitié sud de l’Amérique du Nord . Elle est bordée au nord par les États-Unis ; Au sud et à l’ouest par l’ océan Pacifique ; Au sud-est par le Guatemala , Belize et la mer des Caraïbes ; Et à l’est par le golfe du Mexique . [14] Couvrant près de deux millions de kilomètres carrés (plus de 760 000 pieds carrés), [13] Le Mexique est le sixième pays le plus important des Amériques par zone totale et le 13e pays indépendant du monde. Avec une population estimée à plus de 120 millions [15] , c’est le onzième pays le plus peuplé et le pays le plus peuplé de langue espagnole dans le monde alors qu’il était le deuxième pays le plus peuplé d’ Amérique latine . Le Mexique est une fédération composée de 31 États et d’un district fédéral qui est aussi sa ville capitale et la plus peuplée . D’ autres métropoles comprennent Guadalajara , Monterrey , Puebla , Toluca , Tijuana et León .  

Mexique précolombien a accueilli de nombreuses avancées mésoaméricaines civilisations, comme les Olmèques , Toltèques , Teotihuacan , zapotèque , Maya et Aztèque avant le premier contact avec les Européens . En 1521, l’ empire espagnol a conquis et colonisé le territoire de sa base au Mexique-Tenochtitlan , qui a été administré comme le vice-roi de la Nouvelle-Espagne . Trois siècles plus tard, ce territoire est devenu le Mexique après la reconnaissance en 1821 après la guerre d’indépendance mexicaine de la colonie . La période tumultueuse après l’indépendance a été caractérisée par une instabilité économique et de nombreux changements politiques. La guerre mexicano- américaine (1846-1948) a conduit à la cession territoriale des vastes régions frontalières du nord, un tiers de son territoire, aux États-Unis. La guerre de la pâtisserie , la guerre franco- mexicaine , une guerre civile , deux empires et une dictature domestique ont eu lieu au cours du 19ème siècle. La dictature a été renversée dans la Révolution mexicaine de 1910, qui a abouti à la promulgation de la Constitution de 1917 et à l’émergence du système politique actuel du pays . La guerre mexicano- américaine (1846-1948) a conduit à la cession territoriale des vastes régions frontalières du nord, un tiers de son territoire, aux États-Unis. La guerre de la pâtisserie , la guerre franco- mexicaine , une guerre civile , deux empires et une dictature domestique ont eu lieu au cours du 19ème siècle. La dictature a été renversée dans la Révolution mexicaine de 1910, qui a abouti à la promulgation de la Constitution de 1917 et à l’émergence du système politique actuel du pays . La guerre mexicano- américaine (1846-1948) a conduit à la cession territoriale des vastes régions frontalières du nord, un tiers de son territoire, aux États-Unis. La guerre de la pâtisserie , la guerre franco- mexicaine , une guerre civile , deux empires et une dictature domestique ont eu lieu au cours du 19ème siècle. La dictature a été renversée dans la Révolution mexicaine de 1910, qui a abouti à la promulgation de la Constitution de 1917 et à l’émergence du système politique actuel du pays . Un tiers de son territoire, aux États-Unis. La guerre de la pâtisserie , la guerre franco- mexicaine , une guerre civile , deux empires et une dictature domestique ont eu lieu au cours du 19ème siècle. La dictature a été renversée dans la Révolution mexicaine de 1910, qui a abouti à la promulgation de la Constitution de 1917 et à l’émergence du système politique actuel du pays . Un tiers de son territoire, aux États-Unis. La guerre de la pâtisserie , la guerre franco- mexicaine , une guerre civile , deux empires et une dictature domestique ont eu lieu au cours du 19ème siècle. La dictature a été renversée dans la Révolution mexicaine de 1910, qui a abouti à la promulgation de la Constitution de 1917 et à l’émergence du système politique actuel du pays .

Le Mexique a le quinzième PIB nominal le plus élevé et le onzième plus grand par la parité de pouvoir d’achat . L’ économie mexicaine est fortement liée à celle de ses partenaires de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), en particulier aux États-Unis. [16] [17] Le Mexique a été le premier membre latino- américain de l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui s’est joint en 1994. Il est classé comme pays à revenu intermédiaire supérieur par la Banque mondiale [18] et un Nouvellement industrialisé par plusieurs analystes . [19] [20] [21] [22] D’ici 2050, Le Mexique pourrait devenir la cinquième ou la septième économie mondiale. [23] [24] Le pays est considéré à la fois une puissance régionale et moyenne puissance , [25] [26] [27] [28]et est souvent identifié comme une puissance mondiale émergente . [29] En raison de sa riche culture et son histoire, le Mexique occupe le premier rang dans les Amériques et le septième au monde par le nombre de sites du patrimoine mondial de l’UNESCO . [30] [31] [32] Le Mexique est un pays mégadiverse , classé quatrième au monde par la biodiversité. En 2015, c’était le 9ème pays le plus visité au monde, avec 32. 1 million d’arrivées internationales. [33] [34] Le Mexique est membre des Nations Unies , de l’ Organisation mondiale du commerce , du G8 + 5 , du G20 , de l’ Unification pour le consensus et de l’ Alliance du Pacifique .

Étymologie

Mēxihco est leterme Nahuatl pour le cœur de l’ Empire aztèque , à savoir [35] la Vallée du Mexique , seshabitants, les Mexica et les territoires environnants. Cela est devenu l’avenir du Mexique comme division de la Nouvelle-Espagne avant l’indépendance (comparer le Latium ). Il est généralement considéré comme un toponyme pour la vallée qui est devenu l’ ethnie primairepour la Triple Alliance des Aztèques en conséquence, ou vice versa. Après que la Nouvelle-Espagne a gagné l’indépendance de l’Espagne, les représentants ont décidé de nommer le nouveau pays après sa capitale, Mexico .

Traditionnellement, on pensait que le nom de Tenochtitlan venait de Nahuatl tetl [tetɬ] (“rock”) et nōchtli [noːtʃtɬi] (” figuier “) et est souvent considéré comme signifiant “Parmi les poires épineuses [en croissance parmi] les roches”. Cependant, une attestation dans le manuscrit de fin du 16e siècle connu sous le nom de “dialogues de Bancroft” suggère que la deuxième voyelle était courte, de sorte que la vraie étymologie reste incertaine. [36]

Le suffixe -co est le nahuatl géolocalisé , ce qui rend le mot un nom de lieu. Au-delà, l’étymologie est incertaine. Il a été suggéré qu’il est dérivé de Mextli ou Mēxihtli, un nom secret pour le dieu de la guerre et le patron des Mexica, Huitzilopochtli , auquel cas Mēxihco signifie “Lieu où habite Huitzilopochtli”. [37] Une autre hypothèse suggère que Mēxihco dérive d’un portmanteau des mots Nahuatl pour “Moon” ( Mētztli ) et le nombril ( xīctli ). [38] Ce sens (“Place au Centre de la Lune”) pourrait se référer à Tenochtitlan ‘ S au milieu du lac Texcoco . Le système de lacs interconnectés, dont Texcoco formait le centre, avait la forme d’un lapin, que les mésoaméricains s’établissaient de manière pareidolique avec la Lune . Encore une autre hypothèse suggère que le mot est dérivé de Mēctli, la déesse de Maguey . [38]

Le nom de la ville-état a été translittéré vers l’espagnol comme le Mexique avec la valeur phonétique de la lettre ‘x’ en espagnol médiéval, qui représentait la fricative postalveolaire sans voix [ʃ] . Ce son, ainsi que la fricative postveillée vocale [ʒ] , représentée par un «j», ont évolué en une fricative velar sans voix [x] au 16ème siècle. Cela a conduit à l’utilisation de la variante Méjico dans de nombreuses publications en espagnol, notamment en Espagne, alors qu’au Mexique et dans la plupart des autres pays hispanophones, le Mexique était l’orthographe préférée. Au cours des dernières années, le Real Academia Española , qui réglemente la langue espagnole, ont déterminé que les deux variantes sont acceptables en espagnol , mais que le normatif recommandé l’ orthographe est México. [39] La majorité des publications dans tous les pays hispanophones adhèrent maintenant à la nouvelle norme, même si la variante alternative est toujours utilisée. [ Citation requise ] En anglais , le «x» au Mexique ne représente ni le son original ni le son actuel, mais le groupe de consonnes [ks] .

Le nom officiel du pays a changé à mesure que la forme du gouvernement a changé. La décélération de l’indépendance signée le 6 novembre 1813 par les députés du congrès d’Anáhuac appelé territoire América Septentrional (Amérique du Nord). À deux reprises (1821-1823 et 1863-1867), le pays s’appelait Imperio Mexicano ( Empire mexicain ). Les trois constitutions fédérales (1824, 1857 et 1917, la constitution actuelle) ont utilisé le nom Estados Unidos Mexicanos [40] -ou la variante Estados Unidos Mexicanos- , [41] qui ont tous été traduit par “États-Unis du Mexique”. La phrase République Mexicana , ”

Histoire

Mexique précolombien

Vue de la Pyramide de la Lune et entrée du Palais Quetzalpapálotl . Au cours de l’ère classique , Teotihuacan a dominé la vallée du Mexique et a exercé une influence politique et culturelle dans d’autres domaines, comme dans le bassin du Petén .

Les premiers artefacts humains au Mexique sont des chips d’ outils en pierre trouvés près des feux de camp dans la vallée du Mexique et datant du radiocarbone depuis environ 10 000 ans. [43] Le Mexique est le site de la domestication du maïs, de la tomate et des haricots , qui a produit un surplus agricole. Cela a permis la transition des chasseurs-cueilleurs paléo-indiens vers les villages agricoles sédentaires à partir d’environ 5000 avant notre ère. [44]

Dans les époques formatives suivantes, la culture du maïs et les traits culturels tels qu’un complexe mythologique et religieux et un système numérique vigesimal ont été diffusés des cultures mexicaines vers le reste de la zone de culture mésoaméricaine . [45] Dans cette période, les villages sont devenus plus denses en termes de population, devenant socialement stratifiés avec une classe artisanale et se développant en chefferies . Les dirigeants les plus puissants possédaient un pouvoir religieux et politique, organisant la construction de grands centres cérémoniels développés. [46]

La première civilisation complexe au Mexique a été la culture olmèque , qui a prospéré sur la côte du Golfe à partir d’environ 1500 avant notre ère. Les traits culturels olmiques diffusés à travers le Mexique dans d’autres cultures de l’ère de la formation au Chiapas, Oaxaca et la Vallée du Mexique. La période de formation a vu la propagation de traditions religieuses et symboliques distinctes, ainsi que des complexes artistiques et architecturaux. [47] L’ère de la formation de la Mésoamérique est considérée comme l’un des six berceaux indépendants de la civilisation .

Dans la suite période pré-classique , les Mayas et les Zapotèques civilisations se sont développées des centres complexes à Calakmul et Monte Albán , respectivement. Au cours de cette période, les premiers vrais systèmes d’écriture mésoaméricains ont été développés dans les cultures Epi-Olmec et Zapotec . La tradition de l’écriture mésoaméricaine a atteint son apogée dans le scénario hérooglyphe Maya classique . [48]

Au centre du Mexique, la hauteur de la période classique a vu l’ascendance de Teotihuacan , qui formait un empire militaire et commercial dont l’influence politique s’étendait vers le sud dans la région maya aussi bien que dans le nord. Teotihuacan, avec une population de plus de 150 000 personnes, a eu quelques-unes des plus grandes structures pyramidales dans les Amériques précolombiennes. [49] Après l’effondrement de Teotihuacán vers 600 CE, la concurrence s’est produite entre plusieurs centres politiques importants dans le centre du Mexique tels que Xochicalco et Cholula . À cette époque, pendant l’Epi-Classic, les Nahua ont commencé à se diriger vers le sud en Mésoamérique du Nord et sont devenus politiquement et culturellement dominants dans le centre du Mexique,

Période post-classique (environ 1000-1519 après JC)
Mural par Diego Rivera représentant la vue des marchés de Tlatelolco au Mexique-Tenochtitlan , l’une des plus grandes villes du monde à l’époque.

Au début du post-classique, le Mexique central était dominé par la culture toltèque , Oaxaca par le Mixtec , et la région Maya des plaines avait des centres importants à Chichén Itzá et Mayapán . Vers la fin de la période post-classique, la domination établie par les Mexica. [ Clarification nécessaire ]

Alexander von Humboldt a créé l’usage moderne des « aztèques » comme un terme collectif appliqué à toutes les personnes liées par le commerce, la coutume, la religion et la langue à l’ état Mexica et Ēxcān Tlahtōlōyān, la Triple Alliance . En 1843, avec la publication du travail de William H. Prescott, il a été adopté par la plupart du monde, y compris les savants mexicains du XIXe siècle qui l’ont considéré comme un moyen de distinguer les Mexicains actuels des Mexicains pré-conquêtés. Cet usage a fait l’objet d’un débat depuis la fin du XXe siècle. [50]

L’empire aztèque était un empire informel ou hégémonique parce qu’il n’existait pas d’autorité suprême sur les terres conquises; Il était satisfait du paiement des hommages d’eux. C’était un empire discontinu parce que tous les territoires dominés n’étaient pas connectés; Par exemple, les zones périphériques du sud de Xoconochco n’étaient pas en contact direct avec le centre. La nature hégémonique de l’empire aztèque a été démontrée par la restauration des dirigeants locaux à leur ancienne position après la conquête de leur ville-état. Les aztèques n’interfèrent pas dans les affaires locales, tant que les hommages ont été payés. [51]

Les Aztèques du Mexique central ont construit un empire tributaire couvrant la majeure partie du centre du Mexique. [52] Les aztèques ont été notés pour pratiquer des sacrifices humains à grande échelle. Avec cette pratique, ils ont évité de tuer des ennemis sur le champ de bataille. Leur taux de sinistre de guerre était bien inférieur à celui de leurs homologues espagnols, dont l’objectif principal était l’abattage immédiat pendant la bataille. [53] Cette tradition culturelle mésoaméricain distincte de sacrifice humain s’est terminée par la conquête espagnole au 16ème siècle. Au cours des siècles suivants, les cultures indigènes mexicaines ont été progressivement soumises à la domination coloniale espagnole. [54]

La conquête de la Triple Alliance des Aztèques (1519-1521)

Hernán Cortés et La Malinche rencontrent Moctezuma II . L’image provient du Lienzo de Tlaxcala , créé c. 1550 par les Tlaxcalcalles pour rappeler aux Espagnols leur loyauté et l’importance de Tlaxcala lors de la conquête.

L’Espagnol a appris le Mexique lors de l’ expédition Juan de Grijalva de 1518. Les indigènes ont continué à répéter: Colua, Colua et le Mexique , mais nous [les explorateurs] ne savions pas ce que Colua ou le Mexique voulait dire “jusqu’à rencontrer le gouverneur de Montezuma à L’embouchure du Rio de las Banderas . [55] : 33-36 La conquête espagnole de l’empire aztèque a commencé en février 1519 lorsque Hernán Cortés est arrivé au port de Veracruz avec ca. 500 conquistadores . Après avoir pris le contrôle de cette ville, il est passé à la capitale aztèque. Dans sa recherche d’or et d’autres richesses, Cortés a décidé d’envahir et de conquérir l’empire aztèque. [56]

L’assaut du Teocalli par Cortez et ses troupes. Emanuel Leutze . Peinture, 1848

Quand les Espagnols arrivèrent, le souverain de l’empire aztèque était Moctezuma II , qui fut plus tard tué. Son successeur et son frère Cuitláhuac ont pris le contrôle de l’empire aztèque, mais ont été parmi les premiers à tomber de la première épidémie de variole dans la région peu de temps après. [57] Introduit involontairement par les conquérants espagnols, dont la variole était endémique, la maladie infectieuse a ravagé la Mésoamérique dans les années 1520. Il a tué plus de 3 millions d’indigènes car ils n’avaient aucune immunité . [58] D’autres sources, cependant, ont mentionné que le nombre de morts des Aztèques aurait pu atteindre 15 millions (sur une population de moins de 30 millions), même si un nombre élevé entre en conflit avec les 350, 000 Aztèques qui ont gouverné un empire de 5 millions ou 10 millions. [59] Fortement affaibli, l’empire aztèque a été facilement vaincu par Cortés et ses forces sur son deuxième retour avec l’aide de l’état de Tlaxcala dont l’estimation de la population était de 300 000. [60] La population indigène a diminué de 80 à 90% en 1600 à 1-2,5 millions. Toute estimation de la population du Mexique précolombien doit être une estimation, mais 8 à 12 millions sont souvent suggérés pour la région englobée par la nation moderne.

La variole était une maladie dévastatrice: elle a généralement tué des Aztèques mais pas des Espagnols, qui, comme des Européens, y avaient déjà été exposés dans leurs villes pendant des siècles et avaient donc acquis une immunité acquise. [61] Les décès causés par la variole ont suscité une croissance rapide du christianisme au Mexique et dans les Amériques. Au début, les Aztèques croyaient que l’épidémie était une punition d’un dieu en colère, mais ils ont plus tard accepté leur destin et n’ont plus résisté à la domination espagnole. [62] Beaucoup d’Aztèques survivants croyaient que la variole pourrait être attribuée à la supériorité du dieu chrétien, ce qui a entraîné leur acceptation du catholicisme et cédant à la domination espagnole dans tout le Mexique. [63]

Le territoire est devenu une partie de l’ Empire espagnol sous le nom de Nouvelle-Espagne . La ville de Mexico a été systématiquement reconstruite par Cortés après la chute de Tenochtitlan en 1521. Une grande partie de l’identité, des traditions et de l’architecture du Mexique s’est développée au cours de la période coloniale de 300 ans. [64]

La vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1521-1821)

Statue équestre de Charles IV , Mexico City, Manuel Tolsá . Le monarque espagnol était l’autorité maximale dans la Nouvelle-Espagne et a statué par un vice-roi .

La capture de Tenochtitlan et la refondation de la ville de Mexico en 1521 ont marqué le début d’une époque coloniale de 300 ans au cours de laquelle le Mexique était connu sous le nom de Nueva España (Nouvelle-Espagne). Le royaume de la Nouvelle-Espagne a été créé à partir des restes de l’empire hégémonique aztèque. Les élargissements ultérieurs, tels que la conquête de l’ état tarasque , ont abouti à la création de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en 1535. La vice-royauté, dans sa plus grande mesure, comprenait les territoires du Mexique moderne, de l’Amérique centrale, au sud du Costa Rica et de l’ouest États Unis. La capitale Viceregal, la capitale du Mexique, a également administré les Antilles espagnoles (les Caraïbes ),

La population indigène s’est stabilisée autour d’un à un million et demi d’individus au 17ème siècle de la population de pré-contact la plus fréquemment acceptée de cinq à dix millions . Le déclin de la population résulte principalement des maladies transmissibles (en particulier de la petite vérole ) introduites lors de l’ échange colombien . Au cours des trois cents ans de l’ère coloniale, le Mexique a reçu environ 400 000 à un demi-million d’Européens, 200 000 [65] à 250 000 Africains [66] et 40 000 à 120 000 Asiatiques. [67] Le 18ème siècle a connu une forte augmentation du pourcentage de métis (The Penguin Atlas of World Population History, pp. 291-92).

Le droit colonial avec les racines espagnoles a été introduit et attaché aux douanes indigènes créant une hiérarchie entre la juridiction locale (les Cabildos ) et la Couronne espagnole . Dans le cas où les bureaux administratifs supérieurs étaient fermés aux indigènes, même ceux du pur sang espagnol ( Criollos ). L’administration était basée sur la séparation raciale de la population parmi les «républiques» des Espagnols, des Amérindiens et des Castas , autonomes et directement dépendantes du roi lui-même.

Portrait de Sor Juana Inés de la Cruz , huile sur toile, 1772.

Le Conseil des Indes et les ordres religieux mendiants, arrivés en Mésoamérique dès 1524, ont travaillé à générer des capitaux pour la couronne d’Espagne et à convertir les populations amérindiennes en catholicisme. Les apparitions mariales de 1531 à saint juan Diego ont donné une impulsion à l’évangélisation du centre du Mexique. La Vierge de Guadalupe est devenu un symbole de criollo patriotisme [68] et a été utilisé par les insurgés qui ont suivi Miguel Hidalgo pendant la guerre d’Indépendance. Certains Crypto juifs familles ont émigré au Mexique pour échapper à l’Inquisition espagnole.

Les riches dépôts d’argent, en particulier dans Zacatecas et Guanajuato, ont entraîné une extraction de l’argent dominant l’économie de la Nouvelle-Espagne. Les taxes sur la production d’argent sont devenues une source majeure de revenus pour l’Espagne. D’autres industries importantes étaient les haciendas (fonctionnant sous les systèmes d’ encomienda et de répartimiento ) et les activités commerciales dans les principales villes et ports. La richesse créée au cours de l’ère coloniale a stimulé le développement du nouveau baroque espagnol .

En raison de ses liens commerciaux avec l’Asie, le reste des Amériques, l’Afrique et l’Europe et l’ effet profond de l’argent du Nouveau Monde , le Mexique central était l’une des premières régions à intégrer dans une économie mondialisée . Être au carrefour du commerce, des gens et des cultures, la ville de Mexico a été appelée la «première ville du monde ». [69] Le Nao de Chine (Manille Galleons) a fonctionné pendant deux siècles et demi et a connecté la Nouvelle-Espagne avec l’Asie. De Veracruz, les marchandises seraient prises aux ports de l’Atlantique dans les Amériques et en Espagne. Veracruz était également le principal port d’entrée dans la Nouvelle-Espagne continentale pour les biens européens et les immigrants et les esclaves africains.

Guanajuato City est devenu le premier producteur mondial d’argent au 18ème siècle à la suite de la veta madre .

En raison de l’importance du centre de la Nouvelle-Espagne, le Mexique bénéficie de plusieurs premières en Amérique, notamment: première imprimerie (1539), première université (1551), premier parc public (1592) et la première bibliothèque publique (1646). Les artistes importants de la période coloniale comprennent les écrivains Juan Ruiz de Alarcón et Sor Juana Inés de la Cruz , les peintres Cristóbal de Villalpando et Miguel Cabrera , et l’architecte Manuel Tolsá . L’ Académie de San Carlos fut la première grande école et le musée d’art des Amériques.

Les forces espagnoles, parfois accompagnées d’alliés autochtones, ont mené des expéditions pour conquérir des rébellions de territoires ou de quelsh au cours de l’ère coloniale. Des révoltes amérindiennes remarquables dans la Nouvelle-Espagne du Nord, peuplées de façon sporadique, incluent la guerre de Chichimeca (1576-1606), la révolte de Tepehuán (1616-1620) et la révolte de Pueblo (1680). Afin de protéger le Mexique contre les attaques de pirates anglais, français et néerlandais et de protéger le monopole des recettes de la Couronne, seuls deux ports étaient ouverts au commerce extérieur: Veracruz sur l’Atlantique et Acapulco sur le Pacifique. Parmi les attaques pirates les plus connues, on retrouve le Sac 1663 de Campeche et l’ attaque 1683 de Veracruz .

De nombreux traits culturels mexicains comme la tequila (premier distillé au 16ème siècle), charreria (17ème), mariachi (18ème) et cuisine mexicaine (une cuisine syncrétique) ont surgi pendant l’ère coloniale.

Guerre d’indépendance (1810-1821)

Dépense de l’ Abrazo de Acatempan entre Agustin d’Iturbide , à gauche, et Vicente Guerrero .

Le 16 septembre 1810, une “révolte loyaliste” contre la Junta dirigeante a été déclarée par le prêtre Miguel Hidalgo y Costilla , dans la petite ville de Dolores , Guanajuato. [70] Le premier groupe insurgé a été formé par Hidalgo, les Espagnols viceregal capitaine de l’ armée Ignacio Allende , la milice capitaine Juan Aldama et “La Corregidora” Josefa Ortiz de Domínguez . Hidalgo et certains de ses soldats ont été capturés et exécutés par un peloton de tir à Chihuahua , le 31 juillet 1811. À la suite de sa mort, les dirigeants ont été assumés par le prêtre José María Morelos , qui a occupé les principales villes du sud.

En 1813, le Congrès de Chilpancingo a été convoqué et, le 6 novembre, a signé l’ Acte solennel de la Déclaration d’indépendance de l’Amérique du Nord . Morelos a été capturé et exécuté le 22 décembre 1815.

Au cours des années subséquentes, l’insurrection était proche de l’effondrement, mais en 1820, le vice-roi Juan Ruiz de Apodaca envoya une armée sous le criel général Agustín d’Iturbide contre les troupes de Vicente Guerrero . Au lieu de cela, Iturbide s’est approché de Guerrero pour unir ses forces et, le 24 août 1821, des représentants de la Couronne espagnole et Iturbide ont signé le « Traité de Cordoue » et la « Déclaration d’indépendance de l’empire mexicain » qui reconnaissait l’ indépendance du Mexique aux termes du « plan d’Iguala ».

La légère reprise du Mexique après la guerre d’indépendance a été rapidement réduite par les guerres civiles et l’instabilité institutionnelle des années 1850, qui a duré jusqu’à ce que le gouvernement de Porfirio Díaz ait rétabli des conditions qui ont ouvert la voie à la croissance économique. Les conflits qui ont eu lieu à partir du milieu des années 1850 ont eu un effet profond parce qu’ils se sont répandus et se sont rendus perceptibles dans les vastes régions rurales des pays, impliquaient des affrontements entre castes, groupes ethniques et haciendas différents, entraînant un approfondissement des idéologies politiques et idéologiques Divisions entre républicains et monarchistes. [71]

Premier Empire et Première République (1821-1846)

L’ évolution territoriale du Mexique après l’indépendance, notant la sécession de l’Amérique centrale (violet), le Chiapas annexé du Guatemala (bleu), les pertes aux États-Unis (rouge, blanc et orange) et la réintégration de la République du Yucatan (rouge).

Agustín d’Iturbide devint l’empereur constitutionnel du Premier Empire mexicain en 1822. Une révolte contre lui en 1823 établit les États-Unis mexicains . En 1824, une Constitution républicaine fut rédigée et Guadalupe Victoria devint le premier président du pays nouvellement né. En 1829, le président Guerrero abolit l’ esclavage . [72] Les premières décennies de la période après l’indépendance ont été marquées par l’instabilité économique , qui a conduit à la guerre de la pâtisserie en 1836. Il y a eu des conflits constants entre les libéraux, les partisans d’une forme fédérale de gouvernement et les conservateurs, Qui a proposé une forme de gouvernement hiérarchique . [ Citation requise ]

Au cours de cette période, les frontières frontalières vers le nord sont devenues tout à fait isolées du gouvernement de la ville de Mexico et ses politiques économiques monopolistiques ont causé des souffrances. Avec un commerce limité, les gens ont du mal à payer les paiements d’impôts et ont ressenti les actions du gouvernement central dans la collecte des douanes. Ressentiment construit de Californie au Texas. Le système de mission et les presidios s’étaient effondrés après que les Espagnols se sont retirés de la colonie, ce qui a causé de grandes perturbations, en particulier en Alta Californie et au Nouveau-Mexique. Les gens dans les régions frontalières devaient amener les milices locales à se protéger contre les Amérindiens hostiles. Ces zones se sont développées dans des directions différentes du centre du pays. [73]

En voulant stabiliser et développer la frontière, le Mexique a encouragé l’immigration dans le Texas actuel, car ils ne pouvaient pas convaincre les gens du centre du Mexique de s’installer dans ces régions. Ils ont permis la liberté de religion pour les nouveaux colons, qui étaient surtout des protestataires anglais des États-Unis. En plusieurs années, les Anglos dépassent le nombre de Tejano dans la région. Les commerçants itinérants ont parcouru la région en respectant les principes du marché libre. Le Tejano s’est éloigné du gouvernement et, en raison de sa négligence, beaucoup ont soutenu l’idée de l’indépendance et ont joint des mouvements à cette fin, en collaborant avec les Américains anglophones. [73]

Le général Antonio López de Santa Anna , dictateur centraliste et deux fois, a approuvé le Siete Leyes en 1836, un amendement radical qui a institutionnalisé la forme de gouvernement centralisée. Lorsqu’il a suspendu la Constitution de 1824, la guerre civile s’est répandue à travers le pays. Trois nouveaux gouvernements ont déclaré leur indépendance: la République du Texas , la République du Rio Grande et la République du Yucatán .

Deuxième République et Second Empire (1846-1867)

L’annexion de la République du Texas en 1846 aux États-Unis et l’incursion militaire américaine en territoire qui faisait partie de Coahuila (également revendiquée par le Texas) ont provoqué la guerre entre les Mexicains et les Américains . La guerre a été réglée en 1848 par le traité de Guadalupe Hidalgo . Le Mexique a été obligé d’abandonner plus d’un tiers de ses terres aux États-Unis, y compris Alta California , Santa Fe de Nuevo México et le territoire revendiqué par le Texas. Un transfert de territoire beaucoup plus petit dans ce qui est aujourd’hui le sud de l’ Arizona et le sud – ouest du Nouveau-Mexique, connu comme l’ achat de Gadsden, s’est déroulé en 1854. [74]

La guerre de Caste du Yucatán , le soulèvement maya qui a commencé en 1847, fut l’une des révoltes américaines américaines les plus réussies. [75] [76] Les rebelles mayas, ou Cruzob , ont maintenu des enclaves relativement indépendantes dans la péninsule jusqu’aux années 1930. [77]

L’insatisfaction avec le retour au pouvoir de Santa Anna a conduit au « Plan d’Ayutla » libéral, en initiant une ère connue sous le nom de La Reforma . La nouvelle Constitution, rédigée en 1857, établit un état laïc , le fédéralisme comme forme de gouvernement et plusieurs libertés. Comme les conservateurs ont refusé de le reconnaître, la guerre de réforme a commencé en 1858, au cours de laquelle les deux groupes avaient leurs propres gouvernements. La guerre a pris fin en 1861 avec la victoire des libéraux, dirigée par le président Benito Juárez , qui était un groupe ethnique zapotèque .

Dans les années 1860 le Mexique a été occupée par la France , qui a créé le Second Empire mexicain sous la domination de Habsbourg archiduc Ferdinand Maximilian d’ Autriche avec le soutien du clergé catholique et les conservadores . Ce dernier a changé de côté et a rejoint les liberales . Maximilien s’est rendu, a été tenté le 14 juin 1867 et a été exécuté quelques jours plus tard le 19 juin à Querétaro.

Porfiriato (1876-1911)

Porfirio Díaz , un général républicain lors de l’intervention française, a été élu 29e président en 1876. Les élections de 1880 ont été remportées par Manuel González Flores . Díaz a été réélu en 1884 et a régné jusqu’en 1911. La période, connue sous le nom de Porfiriato, a été caractérisée par la stabilité économique et la croissance, l’investissement et l’influence étrangers importants, les investissements dans les arts et les sciences et l’expansion du réseau ferroviaire et des télécommunications. La période était en même temps que l’ âge doré aux États-Unis et Belle Époque en France et était également marquée par l’inégalité économique et la répression politique.

Díaz a gouverné avec un groupe de confidents qui sont devenus les scientifiques («scientifiques»). Le plus influent cientifco a été secrétaire des Finances José Yves Limantour . Le régime porfirien a été influencé par le positivisme . [78] Ils ont rejeté la théologie et l’ idéalisme en faveur des méthodes scientifiques appliquée au développement national. [78] Plusieurs monuments et monuments emblématiques ont été initiés par Díaz, dont le Palacio de Bellas Artes , le Palacio de Correos de Mexico , le Monumento a la Independencia et le Palacio Legislativo (devenu Monumento a la Revolución ).

Révolution mexicaine et règle d’un parti (1910-2000)

Le président Díaz a annoncé en 1908 qu’il prendrait sa retraite en 1911, entraînant le développement de nouvelles coalitions. Mais alors, il a couru pour la réélection de toute façon et dans un spectacle de soutien américain, Díaz et William Howard Taft ont planifié un sommet à El Paso, Texas, et Ciudad Juárez, au Mexique, pour le 16 octobre 1909, une première réunion historique entre un mexicain et un Président américain et aussi la première fois qu’un président américain franchirait la frontière avec le Mexique. [79] Les deux parties ont convenu que la bande contestée de Chamizal reliant El Paso à Ciudad Juárez serait considérée comme un territoire neutre sans drapeau présent au cours du sommet, mais la réunion a attiré l’attention sur ce territoire et a entraîné des menaces d’assassinat et d’autres préoccupations sérieuses en matière de sécurité. [79]

Le jour du sommet, Frederick Russell Burnham , le célèbre scout, et le privé CR Moore, un Ranger du Texas , ont découvert un homme tenant un pistolet à main dissimulé qui se trouvait à la chambre de commerce d’El Paso le long de la voie de la procession, et ils ont désarmé Assassin à seulement quelques mètres de Díaz et Taft. [79] Les deux présidents étaient indemnes et le sommet a eu lieu. [79] Díaz a été réélu en 1910, mais la fraude électorale présumée l’a forcé à exil en France et a déclenché la Révolution mexicaine de 1910 , initialement dirigée par Francisco I. Madero .

Madero a été élu président mais renversé et assassiné dans un coup d’état deux ans plus tard dirigé par le conservateur général Victoriano Huerta . Cet événement a réinitialisé la guerre civile, impliquant des personnages tels que Francisco Villa et Emiliano Zapata , qui ont formé leurs propres forces. Une troisième force, l’ armée constitutionnelle menée par Venustiano Carranza a réussi à mettre fin à la guerre et a modifié radicalement la Constitution de 1857 pour inclure beaucoup de locaux sociaux et les demandes des révolutionnaires dans ce qui a été appelé la Constitution de 1917 . On estime que la guerre a tué 900 000 habitants de la population de 19 millions de 1910. [80] [81]

Assassiné en 1920, Carranza a été remplacé par un autre héros révolutionnaire, Álvaro Obregón , qui a été remplacé par Plutarco Elías Calles . Obregón a été réélu en 1928 mais a été assassiné avant de pouvoir assumer le pouvoir. Bien que cette période soit habituellement appelée la Révolution mexicaine, elle pourrait aussi être qualifiée de guerre civile puisque le président Díaz (1909) a échappé à l’assassinat et aux présidents Francisco I. Madero (1913), Venustiano Carranza (1920), Álvaro Obregón (1928) , Et les anciens leaders révolutionnaires Emiliano Zapata (1919) et Pancho Villa (1923) ont tous été assassinés pendant cette période.

Règle à parti unique (1929-2000)

En 1929, Calles a fondé le Parti révolutionnaire national (PNR), plus tard renommé le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), et a commencé une période connue sous le nom de Maximato , qui a pris fin avec l’élection de Lázaro Cárdenas , qui a mis en œuvre de nombreuses réformes économiques et sociales. Cela comprenait l’ expropriation pétrolière mexicaine dans Mars 1938, qui a nationalisé les Etats – Unis et anglo – néerlandaise compagnie pétrolière connue sous le nom Mexican Eagle Petroleum Company . Ce mouvement entraînerait la création de la compagnie pétrolière mexicaine connue sous le nom de Pemex . Cela a suscité une crise diplomatique avec les pays dont les citoyens avaient perdu des affaires par la mesure radicale de Cárdenas,

Entre 1940 et 1980, le Mexique est resté un pays pauvre mais a connu une croissance économique importante que certains historiens appellent le « miracle mexicain ». [82] Bien que l’économie ait continué à s’épanouir pour certains, l’inégalité sociale est restée un facteur de mécontentement. De plus, la règle PRI est devenu de plus en plus autoritaire et parfois d’ oppression dans ce qui est maintenant appelé « sale guerre du Mexique » [83] (voir le massacre de Tlatelolco 1968 , [84] qui a coûté la vie d’environ 300 manifestants sur la base des estimations prudentes et 800 manifestants). [85]

Les réformes électorales et les prix élevés du pétrole ont suivi l’administration de Luis Echeverría , [86] [87] la mauvaise gestion de ces revenus a entraîné l’inflation et a exacerbé la crise de 1982 . Cette année-là, les prix du pétrole ont plongé , les taux d’intérêt ont grimpé en flèche et le gouvernement a cessé sa dette . Le président Miguel de la Madrid a recouru à des dévaluations de la monnaie qui, à son tour, ont suscité l’inflation.

Dans les années 1980, les premières fissures ont émergé dans la position monopolistique de PRI. En Basse-Californie , Ernesto Ruffo Appel a été élu gouverneur . En 1988, une fraude électorale présumée empêchait le candidat de gauche Cuauhtémoc Cárdenas de gagner les élections présidentielles nationales, donnant à Carlos Salinas de Gortari la présidence et menant à des manifestations massives à Mexico . [88]

Cérémonie de signature de l’ALENA, octobre 1992. De gauche à droite: président (président) Carlos Salinas de Gortari , Président George HW Bush (US) et Premier ministre Brian Mulroney (Canada); (Assis) Jaime Serra Puche , Carla Hills (États-Unis) et Michael Wilson (Canada)

Salinas a lancé un programme de réformes néolibérales qui a fixé le taux de change, l’inflation contrôlée et a abouti à la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui est entré en vigueur le 1er janvier 1994. Le même jour, l’ Armée zapatiste de La libération nationale (EZLN) a commencé une rébellion armée de deux semaines contre le gouvernement fédéral et a continué en tant que mouvement d’opposition non violent contre le néolibéralisme et la mondialisation .

En 1994, Salinas a été remplacé par Ernesto Zedillo , suivi de la crise du peso mexicain et d’un sauvetage du FMI de 50 milliards de dollars . Des réformes macroéconomiques majeures ont été lancées par le président Zedillo et l’économie s’est rapidement redressée et la croissance a atteint un sommet de près de 7% à la fin de 1999. [89]

Mexique contemporain

En 2000, après 71 ans, le PRI a perdu une élection présidentielle à Vicente Fox de l’opposition Action Nationale (PAN). Lors de l’élection présidentielle de 2006, Felipe Calderón du PAN a été déclaré vainqueur, avec une marge très étroite sur le politicien de gauche Andrés Manuel López Obrador du Parti de la Révolution démocratique (PRD). López Obrador, cependant , a contesté les élections et s’est engagé à créer un «gouvernement alternatif». [90]

Après douze ans, en 2012, le PRI a remporté la présidence à nouveau avec l’élection d’ Enrique Peña Nieto , gouverneur de l’ État du Mexique de 2005 à 2011. Cependant, il a gagné avec seulement une majorité d’environ 38%, et n’a pas eu de majorité législative. [91]

Géographie

Le Mexique est situé entre les latitudes 14 ° et 33 ° N , et les longitudes 86 ° et 119 ° W dans la partie sud de l’Amérique du Nord. [ Citation nécessaire ] La quasi – totalité du Mexique se trouve dans la plaque nord – américaine , avec de petites parties de la péninsule de Basse – Californie sur les Pacifique et plaques Cocos . Géophysiquement , certains géographes comprennent le territoire à l’est de l’ isthme de Tehuantepec (environ 12% du total) en Amérique centrale. [92] Géopolitiquement , cependant , le Mexique est entièrement considéré comme une partie de l’Amérique du Nord, avec le Canada et les États-Unis.

La superficie totale du Mexique est de 1.972.550 km 2 (761 606 pieds carrés), ce qui en fait le 14ème pays le plus grand au monde par zone totale et comprend environ 6 000 km 2 (2 317 km carrés) d’îles dans l’océan Pacifique (y compris l’ île distante de Guadalupe et le Revillagigedo Îles ), le golfe du Mexique , les Caraïbes et le golfe de Californie . Du point de vue le plus éloigné, le Mexique a un peu plus de 2 000 mi (3 219 km) de longueur.

Sur son nord, le Mexique partage une frontière de 3 141 km (1 952 mi) avec les États-Unis . Le serpentant Río Bravo del Norte (connu sous le nom de Rio Grande aux États-Unis) définit la frontière entre Ciudad Juárez est et le golfe du Mexique. Une série de marqueurs naturels et artificiels délimitent la frontière entre les États-Unis et le Mexique à l’ouest de Ciudad Juárez à l’océan Pacifique. Donald Trump a fait la construction d’un mur frontalier (du côté américain) un élément de sa campagne présidentielle de 2016. Sur son sud, le Mexique partage une frontière de 871 km (541 mi) avec le Guatemala et une frontière de 251 km (156 milles) avec le Belize.

Le Mexique est traversé du nord au sud par deux chaînes de montagnes connues sous le nom de Sierra Madre Oriental et Sierra Madre Occidental , qui sont l’extension des Rocheuses du nord de l’Amérique du Nord. De l’est à l’ouest au centre, le Beltrée est également traversée par la ceinture volcanique trans-mexicaine , connue sous le nom de Sierra Nevada. Une quatrième chaîne de montagnes , la Sierra Madre del Sur , va du Michoacán à Oaxaca . [94]

En tant que tel, la majorité des territoires mexicains du centre et du nord sont situés à haute altitude, et les plus hauts élévations sont trouvées à la ceinture volcanique trans-mexicaine: Pico de Orizaba (5.700 m ou 18.701 pi), Popocatepetl (5 462 m ou 17 920 pi ) Et Iztaccihuatl (5 286 m ou 17 343 pi) et le Nevado de Toluca (4 577 m ou 15 016 pi). Trois grandes agglomérations urbaines sont situées dans les vallées entre ces quatre élévations: Toluca , Grande Métropole et Puebla . [94]

Climat

Article principal: Climat du Mexique

Le Tropique du Cancer divise efficacement le pays en zones tempérées et tropicales. Terre au nord du vingt-quatrième parallèle émet des températures plus fraîches pendant les mois d’hiver. Au sud du vingt-quatrième parallèle, les températures sont assez constantes toute l’année et varient uniquement en fonction de l’élévation. Cela donne au Mexique l’un des systèmes météorologiques les plus diversifiés au monde.

Les zones situées au sud du 24ème parallèle avec des élévations jusqu’à 1 000 m (3,281 pieds) (les parties sud des deux plaines côtières ainsi que la péninsule du Yucatán ) ont une température médiane annuelle entre 24 et 28 ° C (75,2 à 82,4 ° F) . Les températures restent élevées tout au long de l’année, avec seulement une différence de 5 ° C (9 ° F) entre les températures médianes hivernale et estivale. Les côtes mexicaines, à l’ exception de la côte sud de la baie de Campeche et du nord de la Baja, sont également vulnérables à des ouragans sérieux pendant l’été et l’automne. Bien que les zones faibles au nord du 24ème parallèle soient chaudes et humides pendant l’été, elles ont généralement des moyennes de température annuelle plus basses (de 20 à 24 ° C ou 68,0 à 75,2 ° F) en raison de conditions plus modérées pendant l’hiver.

Beaucoup de grandes villes au Mexique sont situées dans la vallée du Mexique ou dans des vallées adjacentes avec des altitudes généralement supérieures à 2 000 m (6 562 pi). Cela leur donne un climat tempéré toute l’année avec des moyennes de température annuelles (de 16 à 18 ° C ou 60,8 à 64,4 ° F) et des températures nocturnes fraîches tout au long de l’année.

De nombreuses parties du Mexique, en particulier le nord, ont un climat sec avec des précipitations sporadiques, tandis que certaines parties des plaines tropicales du sud donnent plus de 2 000 mm (78,7 po) de précipitations annuelles. Par exemple, de nombreuses villes du nord comme Monterrey , Hermosillo et Mexicali connaissent des températures de 40 ° C (104 ° F) ou plus en été. Dans le désert de Sonoran, les températures atteignent 50 ° C (122 ° F) ou plus.

En 2012, le Mexique a adopté une loi globale sur le changement climatique, une première dans le monde en développement, qui a fixé un objectif pour le pays de générer 35% de son énergie à partir de sources d’énergie propres d’ici 2024 et de réduire les émissions de 50% d’ici 2050, Du niveau trouvé en 2000. [95] [96] Au cours du Sommet des dirigeants nord-américains de 2016 , l’objectif de 50% de l’électricité produite à partir de sources renouvelables d’ici 2025 a été annoncé. [97]

Biodiversité

Le Mexique se classe au quatrième rang [98] dans le monde en matière de biodiversité et est l’un des 17 pays mégadiverses . Avec plus de 200 000 espèces différentes, le Mexique compte 10 à 12% de la biodiversité mondiale. [99] Le Mexique occupe le premier rang dans la biodiversité chez les reptiles avec 707 espèces connues, la deuxième chez les mammifères avec 438 espèces, la quatrième chez les amphibiens avec 290 espèces et la quatrième dans la flore, avec 26 000 espèces différentes. [100] Le Mexique est également considéré comme le deuxième pays dans le monde dans les écosystèmes et le quatrième dans l’ensemble des espèces. [101] Environ 2 500 espèces sont protégées par la législation mexicaine. [101]

En 2002 , le Mexique affichait le deuxième taux de déforestation le plus rapide au monde, seulement au Brésil. [102] Le gouvernement a pris une autre initiative à la fin des années 1990 pour élargir les connaissances, les intérêts et l’utilisation de la biodiversité estimée du pays, par l’ intermédiaire de la Commission nationale pour le développement et l’utilisation de la biodiversité .

Au Mexique, 170 000 kilomètres carrés (65 637 pieds carrés) sont considérés comme des «zones naturelles protégées». Il s’agit notamment de 34 réserves de biosphère (écosystèmes non modifiés), 67 parcs nationaux, 4 monuments naturels (protégés à perpétuité pour leur valeur esthétique, scientifique ou historique), 26 zones de flore et de faune protégées, 4 zones de protection des ressources naturelles (conservation du sol, Bassins hydrologiques et forêts) et 17 sanctuaires (zones riches en espèces diverses). [99]

La découverte des Amériques a au reste du monde un grand nombre largement utilisé les cultures vivrières et les plantes comestibles . Certains des indigènes du Mexique culinaires ingrédients comprennent: le chocolat, l’ avocat , la tomate, le maïs, la vanille , la goyave , chayote , epazote , patate douce , jícama , nopal , courgettes , Tejocote , huitlacoche , sapote , mamey sapote , de nombreuses variétés de haricots , et encore plus Variété de chiles , Comme le habanero et le jalapeño . La plupart de ces noms proviennent de langues indigènes comme le Nahuatl .

En raison de sa grande biodiversité, le Mexique a également été un site fréquent de bioprospection par des organismes internationaux de recherche. [103] La première instance très efficace étant la découverte en 1947 du tubercule « Barbasco » ( Dioscorea composita ) qui a une teneur élevée en diosgénine , révolutionné la production d’ hormones de synthèse dans les années 1950 et 1960 et , éventuellement , conduit à l’invention de combiné Pilules contraceptives orales . [104]

Gouvernement et politique

Gouvernement

Les États-Unis mexicains sont une fédération dont le gouvernement est représentatif , démocratique et républicain basé sur un système présidentiel selon la Constitution de 1917. La constitution établit trois niveaux de gouvernement: l’Union fédérale, les gouvernements des États et les gouvernements municipaux. Selon la constitution, tous les états constitutifs de la fédération doivent avoir une forme de gouvernement républicaine composée de trois branches: l’exécutif, représenté par un gouverneur et un cabinet désigné, le corps législatif constitué par un congrès unicaméral et le pouvoir judiciaire, qui comprendra Un état de la Cour suprême de justice. Ils ont également leurs propres codes civils et judiciaires.

La législature fédérale est le Congrès bicaméral de l’Union , composé du Sénat de la République et de la Chambre des Députés . Le Congrès fait la loi fédérale , déclare la guerre, impose des taxes, approuve le budget national et les traités internationaux et ratifie les nominations diplomatiques. [105]

Le Congrès fédéral, ainsi que les législatures des États, sont élus par un système de vote parallèle qui comprend la pluralité et la représentation proportionnelle . [106] La Chambre des députés compte 500 députés. De ce nombre, 300 sont élus par vote majoritaire dans les circonscriptions unipersonnelles (les circonscriptions électorales fédérales ) et 200 sont élus par représentation proportionnelle avec des listes de partis fermés [107] pour lesquelles le pays est divisé en cinq circonscriptions électorales. [108] Le Sénat est composé de 128 sénateurs. De ce nombre, 64 sénateurs (deux pour chaque état et deux pour le District fédéral) sont élus par vote par répartition en deux; 32 sénateurs sont la première minorité ou premier vice-président (un pour chaque état et un pour le District fédéral) et 32 ​​sont élus par une représentation proportionnelle des listes nationales fermées. [107]

L’ exécutif est le président des États-Unis mexicains , qui est le chef de l’Etat et du gouvernement , ainsi que le commandant en chef des forces militaires mexicaines . Le Président nomme également le Cabinet et les autres membres du Bureau. Le président est responsable de l’exécution et de l’application de la loi, et a le pouvoir de veto des factures. [109]

Le plus haut organe de la branche judiciaire est la Cour suprême de justice , la Cour suprême nationale, qui compte onze juges nommés par le Président et approuvés par le Sénat. La Cour suprême de justice interprète les lois et juge les cas de compétence fédérale. D’autres institutions du pouvoir judiciaire sont le Tribunal électoral fédéral , les tribunaux collégiaux, unitaires et de district et le Conseil de la magistrature fédérale. [110]

Politique

Trois partis ont été historiquement les partis dominants de la politique mexicaine : le Parti Action National : un parti conservateur fondé en 1939 et appartenant à l’ Organisation démocrate-chrétienne d’Amérique ; [111] le Parti révolutionnaire institutionnel , un parti de centre gauche et membre de l’ Internationale socialiste [112] qui a été fondé en 1929 pour réunir toutes les factions de la Révolution mexicaine et détenu depuis lors un pouvoir presque hégémonique dans la politique mexicaine; Le Parti de la Révolution démocratique : un parti de gauche, [113]fondé en 1989 comme successeur de la coalition des socialistes et des partis libéraux.

Forces de l’ordre

La sécurité publique est promulguée aux trois niveaux de gouvernement, chacun ayant des prérogatives et des responsabilités différentes. Les services de police locaux et d’état sont principalement chargés de l’application de la loi, alors que la police fédérale mexicaine est chargée de tâches spécialisées. Tous les niveaux font rapport au secrétariat de la sécurité publique. La Procuraduría General de la République, PGR, est l’ organisme de pouvoir exécutif chargé d’enquêter et de poursuivre les crimes au niveau fédéral, principalement ceux liés au trafic de drogue et d’armes, [114] d’ espionnage et de vols de banque. [115] Le PGR exploite l’ Agence fédérale des enquêtes (Agencia Federal de Investigación, AFI) une agence d’enquête et de prévention. [116]

Bien que le gouvernement respecte généralement les droits de l’homme de ses citoyens, de graves abus de pouvoir ont été signalés dans les opérations de sécurité dans le sud du pays et dans les communautés autochtones et les quartiers urbains pauvres. [117] La Commission nationale des droits de l’homme a eu peu d’impact en inversant cette tendance, en s’engageant principalement dans la documentation, mais en omettant d’utiliser ses pouvoirs pour émettre des condamnations publiques aux fonctionnaires qui ignorent ses recommandations. [118] Par la loi, tous les défendeurs ont les droits qui leur assurent des procès équitables et un traitement humain; Cependant, le système est surchargé et débordé de plusieurs problèmes. [117]

Malgré les efforts déployés par les autorités pour lutter contre la criminalité et la fraude, la plupart des Mexicains ont peu de confiance dans la police ou le système judiciaire et, par conséquent, peu de crimes sont réellement signalés par les citoyens. [117] L’ Indice d’intégrité mondiale qui mesure l’existence et l’efficacité des mécanismes nationaux de lutte contre la corruption a classé le Mexique au 31ème rang derrière le Kenya, la Thaïlande et la Russie. [119] En 2008, le président Calderón a proposé une réforme majeure du système judiciaire, qui a été approuvée par le Congrès de l’Union, qui comprenait des procès oraux, la présomption d’innocence pour les défendeurs, l’autorité de la police locale pour enquêter sur le crime – jusqu’à ce que Une prérogative des unités de police spéciales – et plusieurs autres modifications visant à accélérer les procès. [120]

la criminalité

Les cartels de drogue sont une préoccupation majeure au Mexique. [121] La guerre contre les drogues au Mexique a laissé plus de 60 000 morts et peut-être 20 000 autres disparus. [122] Les cartels mexicains de la drogue ont jusqu’à 100 000 membres. [123] L’Institut national de la géographie et de la statistique du gouvernement mexicain a estimé qu’il y avait 41 563 crimes pour 100 000 habitants en 2012. [124]

Le président Felipe Calderón a fait de l’organisation du crime organisé l’une des principales priorités de son administration en déployant du personnel militaire dans les villes où les cartels de la drogue opèrent. Ce mouvement a été critiqué par les partis de l’opposition et la Commission nationale des droits de l’homme pour l’escalade de la violence, mais ses effets ont été évalués positivement par le Bureau du Département d’Etat pour les affaires internationales de stupéfiants et d’application de la loi comme ayant obtenu “des résultats sans précédent” avec “beaucoup d’importance Succès “. [125]

Depuis que le président Felipe Calderón a lancé une répression contre les cartels en 2006, plus de 28 000 criminels présumés ont été tués. [126] [127] De la violence totale liée à la drogue, 4% sont des personnes innocentes , [128] en majorité des passants et des personnes piégées entre les fusillades; 90% représentent des criminels et 6% pour le personnel militaire et les policiers. [128] En octobre 2007, le président Calderón et le président américain George W. Bush ont annoncé l’ initiative Mérida , un plan de coopération en matière d’application de la loi entre les deux pays. [129]

Relations étrangères

La présidente Peña Nieto avec le Premier ministre Justin Trudeau du Canada et le président Barack Obama des États-Unis lors du Sommet des dirigeants nord-américains de 2016 .
Article principal : Relations extérieures du Mexique

Les relations extérieures du Mexique sont dirigées par le Président du Mexique [130] et gérés par le ministère des Affaires étrangères . [131] Les principes de la politique étrangère sont reconnus par la Constitution à l’article 89, l’ article 10, qui comprennent: le respect de droit international et l’ égalité juridique des États , leur souveraineté et l’ indépendance , la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, pacifique La résolution des conflits et la promotion de la sécurité collective grâce à une participation active aux organisations internationales . [130] Depuis les années 1930, la Doctrine Estrada a servi de complément crucial à ces principes. [132]

Le Mexique est l’ un des membres fondateurs de plusieurs organisations internationales, notamment les Nations Unies, [133] l’ Organisation des États américains , [134] l’ Organisation des États ibéro-américains , [135] l’ OPANAL [136] et le Groupe de Rio . [137] En 2008, le Mexique a versé plus de 40 millions de dollars au budget ordinaire des Nations Unies. [138] En outre, il était le seul membre latino- américain de l’ Organisation de coopération et de développement économiques depuis son adhésion en 1994 jusqu’à ce que le Chili ait obtenu son adhésion à titre plein en 2010. [139] [140]

Le Mexique est considéré comme une puissance régionale [141] [142] d’ où sa présence dans les grands groupes économiques tels que le G8 + 5 et le G-20 . De plus, depuis les années 1990, le Mexique a cherché une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies et de ses méthodes de travail [143] avec le soutien du Canada, de l’Italie, du Pakistan et d’autres neuf pays, qui forment un groupe informel appelé Coffee Club . [144]

Après la guerre d’indépendance , les relations du Mexique ont porté principalement sur les Etats-Unis, son voisin du Nord, le plus important partenaire commercial , [145] et le plus puissant acteur dans les affaires de l’ hémisphère et du monde . [146] Le Mexique a soutenu le gouvernement cubain depuis sa création au début des années 1960, [147] la révolution sandiniste au Nicaragua à la fin des années 1970 [148] et des groupes révolutionnaires de gauche au Salvador au cours des années 80. [149] L’administration de Felipe Calderón met l’accent sur les relations avec l’Amérique latine et les Caraïbes. [150]

Militaire

Les forces armées mexicaines ont deux branches: l’ armée mexicaine (qui comprend la Force aérienne mexicaine ) et la marine mexicaine . Les forces armées mexicaines maintiennent une infrastructure importante, y compris des installations pour la conception, la recherche et l’essai d’armes, de véhicules, d’avions, de navires de guerre, de systèmes de défense et d’électronique; [151] [152] centres de fabrication de l’industrie militaire pour la construction de tels systèmes et des chantiers navals avancés qui construisent des navires militaires lourds et des technologies de missiles avancées. [153]

Ces dernières années, le Mexique a amélioré ses techniques de formation, commandement militaire et des structures d’ information et a pris des mesures pour devenir plus autonomes dans la fourniture de ses militaires en concevant ainsi que la fabrication de ses propres armes, [154] missiles, [152] avions, [155]véhicules, armement lourd, électronique, [151] systèmes de défense, [151] armures, lourds équipements industriels militaires et navires lourds navals. [156]Depuis les années quatre-vingt-dix, lorsque les militaires ont intensifié leur rôle dans la guerre contre les drogues , l’importance croissante a été accordée à l’acquisition de plates-formes de surveillance aérienne, d’aéronefs, d’ hélicoptères , de technologies de lutte contre la guerre numériques, [151] équipement de guerre urbaine et transport rapide de troupes. [157]

Le Mexique a la capacité de fabriquer des armes nucléaires, mais a abandonné cette possibilité avec le traité de Tlatelolco en 1968 et s’est engagé à n’utiliser sa technologie nucléaire qu’à des fins pacifiques. [158] En 1970, l’institut national mexicain pour la recherche nucléaire a affiné avec succès l’uranium de qualité militaire [159] [ non mentionné ] qui est utilisé dans la fabrication d’armes nucléaires, mais en avril 2010, le Mexique a accepté de transmettre son uranium de qualité militaire les États Unis. [160] [161]

Historiquement, le Mexique est resté neutre dans les conflits internationaux [162] à l’exception de la Seconde Guerre mondiale . Cependant, ces dernières années, certains partis politiques ont proposé une modification de la Constitution afin de permettre à l’Armée mexicaine , à l’Armée de l’Air ou à la Marine de collaborer avec les Nations Unies dans les missions de maintien de la paix ou de fournir de l’aide militaire aux pays qui le demandent officiellement. [163]

divisions administratives

Les États-Unis du Mexique sont une fédération de 31 États libres et souverains qui forment un syndicat qui exerce un certain degré de compétence sur le District fédéral et d’autres territoires .

Chaque Etat a sa propre constitution, congrès , et un pouvoir judiciaire et ses citoyens élisent par vote direct un gouverneur pour un mandat de six ans, et des représentants à leurs congrès respectifs de l’ Etat monocaméral pour un mandat de trois ans. [164]

Le District fédéral est une division politique spéciale qui appartient à la fédération dans son ensemble et non à un État particulier, et, en tant que telle, a une règle locale plus limitée que les États de la nation. [165]

Les États sont divisés en municipalités , la plus petite entité politique administrative du pays, gouvernée par un maire ou un président municipal ( président municipal ), élu par ses habitants par pluralité. [166]

Économie

Une représentation proportionnelle des exportations du Mexique. Le pays a l’ économie la plus complexe en Amérique latine.

Le Mexique a le 15ème PIB nominal le plus important et le 11ème plus grand par la parité de pouvoir d’achat . La croissance moyenne annuelle du PIB pour la période 1995-2002 était de 5,1%. [87] Le produit intérieur brut (PIB) du Mexique en parité de pouvoir d’achat (PPP) a été estimé à 2,2602 milliards de dollars US en 2015 et à 1,3673 trillions de dollars de taux de change nominal. [167] Le PIB du Mexique en PPP par habitant était de 18 714,05 $ US. La Banque mondiale a déclaré en 2009 que le revenu national brut du pays sur les taux de change du marché était le deuxième plus élevé d’Amérique latine, après le Brésil à 1.830,392 milliards de dollars américains, [168], ce qui a entraîné le revenu le plus élevé par habitant dans la région à 14 400 $. [169] Le Mexique est maintenant solidement établi en tant que pays à revenu intermédiaire supérieur. Après le ralentissement de 2001, le pays s’est redressé et a augmenté de 4,2, 3,0 et 4,8% en 2004, 2005 et 2006 [170] , bien qu’il soit bien inférieur à la croissance potentielle du Mexique. [171] En outre, après la récession de 2008-2009, l’économie a progressé en moyenne de 3,32% par année de 2010 à 2014. [170] même s’il est considéré comme étant bien au-dessous de la croissance potentielle du Mexique. [171] En outre, après la récession de 2008-2009, l’économie a progressé en moyenne de 3,32% par année de 2010 à 2014. [170] même s’il est considéré comme étant bien au-dessous de la croissance potentielle du Mexique. [171] En outre, après la récession de 2008-2009, l’économie a progressé en moyenne de 3,32% par année de 2010 à 2014.

À la fin des années 1990, la majorité de la population fait partie de la classe moyenne en pleine croissance. [172] Mais de 2004 à 2008, la part de la population qui a reçu moins de la moitié du revenu médian est passée de 17% à 21% et les niveaux absolus de pauvreté ont augmenté de 2006 à 2010, avec une augmentation des personnes vivant dans l’extrême Ou une pauvreté modérée passant de 35 à 46% (52 millions de personnes). [173] [174] Cela se reflète également dans le fait que la mortalité infantile au Mexique est trois fois supérieure à la moyenne parmi les pays de l’OCDE, et les niveaux d’alphabétisation se situent dans la gamme médiane des pays de l’OCDE. Néanmoins, selon Goldman Sachs , d’ici 2050, le Mexique aura la 5ème plus grande économie au monde. [175]

Parmi les pays de l’ OCDE , le Mexique a le deuxième degré de disparité économique parmi les plus pauvres et les plus riches, après le Chili – bien qu’il ait diminué au cours de la dernière décennie, étant l’un des rares pays dans lesquels c’est le cas. [176] Les dix pour cent inférieurs de la hiérarchie des revenus disposent de 1,36% des ressources du pays, alors que les dix pour cent représentent près de 36%. L’OCDE note également que les dépenses budgétaires du Mexique pour l’atténuation de la pauvreté et le développement social ne représentent qu’un tiers de la moyenne de l’OCDE, tant en chiffres absolus que relatifs. [173]

Selon un rapport de l’ONU de 2008, le revenu moyen dans une zone typiquement urbanisée du Mexique était de 26 654 $, tandis que le revenu moyen dans les zones rurales, à quelques milles, n’était que de 8 403 $. [177] Le salaire minimum journalier est fixé annuellement par la loi et déterminé par zone; $ 67.29 pesos mexicains ($ 5.13 USD) dans la zone A et $ 63.77 pesos mexicains ($ 4.86 USD) dans la zone B. [178]

L’industrie de l’électronique du Mexique a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie. Le Mexique a la sixième industrie électronique dans le monde après la Chine , les États-Unis , le Japon , la Corée du Sud et Taiwan . Le Mexique est le deuxième exportateur d’électronique aux États-Unis où il a exporté 71,4 milliards de dollars d’électronique en 2011. [179] L’industrie électronique mexicaine est dominée par la fabrication et la conception OEM de téléviseurs, écrans, ordinateurs, téléphones mobiles, circuits imprimés , Les semi-conducteurs, les appareils électroniques, les équipements de communication et les modules LCD. L’industrie électronique mexicaine a progressé de 20% entre 2010 et 2011, par rapport à son taux de croissance constant de 17% entre 2003 et 2009. [179] Actuellement, l’électronique représente 30% des exportations du Mexique. [179]

Le Mexique produit le plus d’automobiles de toute nation nord-américaine. [180] L’industrie produit des composants technologiquement complexes et participe à certaines activités de recherche et de développement. [181] Les “Big Three” ( General Motors , Ford et Chrysler ) opèrent au Mexique depuis les années 1930, tandis que Volkswagen et Nissan ont construit leurs usines dans les années 1960. [182] À Puebla seul, 70 industriels fabricants de produits se regroupent autour de Volkswagen. [181] Au cours des 2010, l’expansion du secteur a augmenté. En 2014, plus de 10 milliards de dollars d’investissements ont été engagés. Kia Motors a annoncé en août 2014 des plans pour une usine de 1 milliard de dollars à Nuevo León . À l’époque, Mercedes-Benz et Nissan avaient déjà construit une usine de 1,4 milliard de dollars près de Puebla, tandis que BMW prévoyait une usine d’ assemblage de 1 milliard de dollars à San Luis Potosí . En outre, Audi a commencé à construire une usine de 1,3 milliard de dollars près de Puebla en 2013. [183]

L’industrie automobile domestique est représentée par DINA SA , qui a construit des bus et des camions depuis 1962 [184] et la nouvelle société Mastretta qui construit la voiture de sport haute performance Mastretta MXT . [185]En 2006, le commerce avec les États-Unis et le Canada représentait près de 50% des exportations du Mexique et 45% de ses importations. [13] Au cours des trois premiers trimestres de 2010, les États-Unis ont enregistré un déficit commercial de 46 milliards de dollars avec le Mexique. [186] En août 2010, le Mexique a dépassé la France pour devenir le 9e plus grand détenteur de la dette américaine. [187] La dépendance commerciale et financière envers les États-Unis est un sujet de préoccupation. [188]

Les envois de fonds des citoyens mexicains travaillant aux États-Unis représentent 0,2% du PIB du Mexique [189], ce qui équivaut à 20 milliards de dollars par an en 2004 et est la dixième source de revenus étrangers après le pétrole, les exportations industrielles, les produits manufacturés, l’électronique , L’industrie lourde, les automobiles, la construction, l’alimentation, les services bancaires et financiers. [190] Selon la banque centrale du Mexique, les envois de fonds en 2008 se sont élevés à 25 milliards de dollars. [191]

Les principaux acteurs de l’industrie de la radiodiffusion sont Televisa , la plus grande société de presse espagnole du monde hispanophone , [192] et TV Azteca .

Communications

L’industrie des télécommunications est principalement dominée par Telmex ( Teléfonos de México ), privatisée en 1990. En 2006, Telmex a élargi ses activités en Colombie, au Pérou, au Chili, en Argentine, au Brésil et en Uruguay et aux États-Unis. D’autres acteurs de la branche de production nationale sont Axtel et Maxcom. En raison de l’ orographie mexicaine , fournir un service téléphonique fixe dans les zones montagneuses éloignées est coûteux et la pénétration des téléphones par habitant est faible par rapport à d’autres pays d’Amérique latine, à 40%; Cependant, 82% des Mexicains âgés de plus de 14 ans possèdent un téléphone mobile. La téléphonie mobile a l’avantage d’atteindre toutes les zones à moindre coût et le nombre total de lignes mobiles est presque deux fois supérieur à celui des lignes fixes, avec une estimation de 63 millions de lignes.

Le système de satellites mexicain est domestique et exploite 120 stations terriennes. Il existe également un vaste réseau de relais radio à micro-ondes et une utilisation considérable de fibres optiques et de câbles coaxiaux. [193] satellites mexicains sont exploités par Satélites Mexicanos ( Satmex ), une société privée, leader en Amérique latine et dans le service à la fois du Nord et en Amérique du Sud. [194] Il offre des services de radiodiffusion, de téléphone et de télécommunication à 37 pays des Amériques, du Canada à l’ Argentine . Grâce à des partenariats commerciaux, Satmex fournit une connectivité haute vitesse aux FAI et aux services de diffusion numérique. [195] Satmex maintient sa propre flotte de satellites, la plupart de la flotte étant conçue et construite au Mexique.

L’utilisation de la radio, de la télévision et d’Internet au Mexique est répandue. [196] Il y a environ 1 410 stations de radio et 236 stations de télévision (à l’exclusion des répéteurs). [193] Les principaux acteurs de l’industrie de la radiodiffusion sont Televisa, la plus grande société de médias du monde hispanophone [192], et TV Azteca .

Énergie

The Central Eólica Sureste I, Fase II à Oaxaca. L’isthme de Tehuantepec est la région du Mexique avec la plus grande capacité d’énergie éolienne. (Voir Tehuantepecer , un fort vent qui affecte la région)
Le Central Geotermoeléctrica Azufres III à Michoacán. 100% de l’électricité produite à Michoacán provient de sources renouvelables. [197] 90% proviennent de centrales hydroélectriques et 10% du champ géothermique Azufres . [197]

La production d’énergie au Mexique est gérée par des sociétés publiques: la Commission fédérale de l’électricité et Pemex .

Pemex, la société publique chargée de l’exploration, de l’extraction, du transport et de la commercialisation du pétrole brut et du gaz naturel, ainsi que le raffinage et la distribution de produits pétroliers et pétrochimiques, est l’une des plus grandes entreprises au monde grâce aux revenus, ce qui représente 86 USD Milliard de ventes par an. [198] [199] [200] Le Mexique est le sixième producteur de pétrole au monde, avec 3,7 millions de barils par jour. [201] En 1980, les exportations de pétrole représentaient 61,6% des exportations totales; En 2000, c’était seulement 7,3%. [181]

La plus grande centrale hydroélectrique au Mexique est le barrage Manuel Moreno Torres de 2.400 MW à Chicoasén, au Chiapas , dans la rivière Grijalva . C’est la quatrième centrale hydroélectrique la plus productive au monde. [202]

Le Mexique est le pays avec le troisième potentiel solaire au monde. [203] Le potentiel solaire brut du pays est estimé à 5kWh / m2 par jour, ce qui correspond à 50 fois la production nationale d’électricité. [204] À l’ heure actuelle, il y a plus de 1 million de mètres carrés de solaire thermique panneaux [205] installés au Mexique, alors qu’en 2005, il y avait 115.000 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques (photo-voltaïque). On s’attend à ce qu’en 2012 il y ait 1,8 million de mètres carrés de panneaux solaires thermiques installés. [205]

Le projet SEGH-CFE 1 , situé à Puerto Libertad, Sonora, au nord-ouest du Mexique, aura une capacité de 46,8 MW à partir d’un réseau de 187 200 panneaux solaires lorsqu’il sera terminé en 2013. [206] Toute l’électricité sera vendue directement à la CFE et absorbé dans le système de transmission de l’utilité pour distribution dans tout son réseau existant. À une capacité installée de 46,8 MWp, une fois achevée en 2013, le projet sera le premier projet d’échelle d’utilité de son genre au Mexique et le plus grand projet solaire de toute sorte en Amérique latine.

Science et technologie

L’ Université nationale autonome du Mexique a été officiellement créée en 1910 [207] et l’université devient l’un des plus importants instituts d’enseignement supérieur au Mexique. [208] L’ UNAM fournit une éducation de classe mondiale en sciences, en médecine et en génie. [209] De nombreux instituts scientifiques et nouveaux instituts d’enseignement supérieur, tels que l’ Institut national polytechnique (fondé en 1936), [210] ont été créés au cours de la première moitié du 20ème siècle. La plupart des nouveaux instituts de recherche ont été créés au sein de l’UNAM. Douze instituts ont été intégrés à la MINU de 1929 à 1973. [211] En 1959,

En 1995, le chimiste mexicain Mario J. Molina a partagé le prix Nobel de chimie avec Paul J. Crutzen et F. Sherwood Rowland pour leur travail en chimie atmosphérique, notamment en ce qui concerne la formation et la décomposition de l’ozone. [212] Molina, ancien élève de l’UNAM, est devenu le premier citoyen mexicain à remporter le prix Nobel de science. [213]

Au cours des dernières années, le plus grand projet scientifique en cours de développement au Mexique a été la construction du grand télescope millimétrique (Gran Telescopio Milimétrico, GMT), le plus grand et le plus sensible des télescopes à ouverture unique au monde dans sa gamme de fréquences. [214] Il a été conçu pour observer des régions d’espace obscurcies par des poussières stellaires.

Tourisme

L’ église de Nuestra Señora de los Remedios, au sommet de la Grande Pyramide de Cholula avec Popocatépetl visible en arrière-plan, est devenue une image emblématique du Mexique.

Le Mexique est traditionnellement parmi les pays les plus visités au monde selon l’Organisation mondiale du tourisme et c’est le pays le plus visité des Amériques , après les États-Unis. Les attractions les plus remarquables sont les ruines méso-américaines , les festivals culturels, les villes coloniales, les réserves naturelles et les stations balnéaires. Le large éventail de climats du pays, du tempéré aux tropicaux, et une culture unique – une fusion de l’Europe et de la Mésoaméricaine – font du Mexique une destination attrayante. Les saisons de pointe du tourisme dans le pays sont en décembre et au milieu de l’été, avec de brèves surtensions pendant la semaine avant Pâques et les vacances de printemps ,

Le Mexique a le 23ème revenu le plus élevé du tourisme dans le monde et le plus haut en Amérique latine. [215] La grande majorité des touristes viennent au Mexique des États-Unis et du Canada, suivis par l’Europe et l’Asie. Un nombre plus petit provient également d’autres pays d’Amérique latine. [216] Dans le rapport 2011 sur l’indice de compétitivité des voyages et du tourisme , le Mexique s’est classé au 43ème rang mondial, soit 4ème dans les Amériques. [217]

Les côtes du Mexique abritent de nombreuses plages fréquentées par les baigneurs et les autres visiteurs. Sur la péninsule du Yucatán, l’ une des destinations balnéaires les plus populaires est la ville balnéaire de Cancún , en particulier parmi les universitaires étudiants pendant les vacances de printemps . Juste au large est l’île de la plage d’ Isla Mujeres , et à l’est se trouve la Isla Holbox . Au sud de Cancun se trouve la bande côtière appelée Riviera Maya qui comprend la ville de plage de Playa del Carmen et les parcs écologiques de Xcaret et Xel-Há. Une excursion d’une journée au sud de Cancún est le port historique de Tulum . En plus de ses plages,

Sur le Pacifique côte est la destination touristique notable d’ Acapulco . Une fois la destination pour les riches et les célèbres, les plages sont devenues encombrées et les rivages abritent désormais de nombreux hôtels et vendeurs de plusieurs étages. Acapulco abrite des plongeurs renommés: les plongeurs formés qui sautent du côté d’une falaise verticale au surf ci-dessous.

À l’ extrémité sud de la péninsule de Baja California, se trouve la station balnéaire de Cabo San Lucas , une ville connue pour ses plages et sa pêche au marlin . [218] Plus au nord le long de la mer de Cortés est la Bahía de la Concepción , une autre ville de plage connue pour sa pêche sportive. Plus près de la frontière des États-Unis est le tirage au sort de San Felipe, en Basse-Californie .

Transport

Le pont de Baluarte est le pont le plus haut à la portée du monde, le cinquième plus haut pont en général et le pont le plus élevé des Amériques.

Le réseau routier au Mexique est vaste et tous les domaines du pays sont couverts par celui-ci. [219] Le réseau routier au Mexique a une étendue de 366 095 km (227 481 mi), [220] dont 116 802 km (72 577 mi) sont pavés [221] , ce qui en fait le plus grand réseau pavé pavé d’ Amérique latine . [222] Parmi ceux-ci, 10 474 km (6 508 mi) sont des autoroutes multi-voies : 9 544 km (5 930 mi) sont des autoroutes à quatre voies et le reste dispose de 6 voies ou plus. [221]

Le Mexique a été l’un des premiers pays d’Amérique latine à promouvoir le développement ferroviaire [117] et le réseau couvre 30 952 km (19 233 mi). [196] Le secrétaire aux communications et au transport du Mexique a proposé une liaison ferroviaire à grande vitesse qui transportera ses passagers de Mexico à Guadalajara , Jalisco . [223] [224] Le train, qui se déplacera à 300 kilomètres par heure (190 miles par heure), [225] permettra aux passagers de voyager de Mexico à Guadalajara en seulement 2 heures. [225] L’ensemble du projet devrait coûter 240 milliards de pesos , Soit environ 25 milliards de dollars US [223] et est financé conjointement par le gouvernement mexicain et le secteur privé local, y compris l’homme le plus riche du monde, le milliardaire milliard d’entreprises, le tyran Carlos Slim . [226] Le gouvernement de l’État du Yucatán finance également la construction d’une ligne à grande vitesse reliant les villes de Cozumel à Mérida et Chichen Itza et Cancún. [227] [226] Le gouvernement de l’État du Yucatán finance également la construction d’une ligne à grande vitesse reliant les villes de Cozumel à Mérida et Chichen Itza et Cancún. [227] [226] Le gouvernement de l’État du Yucatán finance également la construction d’une ligne à grande vitesse reliant les villes de Cozumel à Mérida et Chichen Itza et Cancún. [227]

Le Mexique compte 233 aéroports avec des pistes pavées; De ces 35, transportent 97% du trafic de passagers. [196] L’ aéroport international de Mexico reste le plus important en Amérique latine et le 44ème au monde [228] transportant 21 millions de passagers par an. [229]

Approvisionnement en eau et assainissement

Parmi les réalisations, on trouve une augmentation significative de l’accès à l’approvisionnement en eau courante dans les zones urbaines (88% à 93%) et dans les zones rurales (50% à 74%) entre 1990 et 2010. En outre, une forte augmentation de l’accès à Un assainissement amélioré (64% à 85%) a été observé dans la même période. D’autres réalisations comprennent l’existence d’un système national fonctionnel pour financer l’infrastructure de l’eau et de l’assainissement avec une Commission nationale de l’eau en tant qu’institution de pointe; Et l’existence de quelques utilités performantes comme Aguas y Drenaje de Monterrey.

Les défis incluent la pénurie d’eau dans les régions nord et centrales du pays; Qualité inadéquate du service de l’eau (qualité de l’eau potable, 55% des Mexicains recevant de l’eau de façon intermittente selon les résultats du recensement de 2000); Mauvaise efficacité technique et commerciale de la plupart des services publics (avec un niveau moyen d’ eau non-revenus de 51% en 2003); Une part insuffisante des eaux usées recevant un traitement (36% en 2006); Et un accès encore insuffisant dans les zones rurales. Outre les investissements en cours pour accroître l’accès, le gouvernement a entrepris un vaste programme d’investissement pour améliorer le traitement des eaux usées.

Données démographiques

Le recensement de 2010 [230] a montré une population de 112 336 538, ce qui en fait le pays le plus peuplé de langue espagnole dans le monde. [231] Entre 2005 et 2010, la population mexicaine a augmenté en moyenne de 1,70% par an, en hausse de 1,16% par an entre 2000 et 2005.

Avant 2015, le gouvernement mexicain ne demandait pas l’origine ethnique ni la race de ses citoyens (ce dernier en 1921). Le nombre d’ indigènes (peuples autochtones) a été défini de manière étroite pour les locuteurs de l’une des 62 langues indigènes du Mexique ou des liens vers des communautés autochtones établies. En conséquence, le recensement de 2010 a révélé que 14,86% de la population était indigène. [232] Cependant, à partir de l’estimation du recensement de 2015, le gouvernement demande maintenant si un individu s’identifie comme indigène (21,5% de la population) et / ou afro-mexicain (1,2% de la population). [233] Ces catégories ne sont pas exclusives et une personne peut indiquer un patrimoine indigène et afro-descendant. Aucun autre groupe (comme les métis,

En 2015 , la population née à l’étranger était de 1 007 063. [234] La majorité de ces personnes sont nées aux États-Unis et le Mexique abrite le plus grand nombre de citoyens américains à l’ étranger . [235] Après les Américains, les plus grands groupes d’ immigrants sont guatémaltèques , espagnols et colombiens . Outre les espagnols, les grands groupes issus des immigrants sont les Français , les Allemands , les Libanais et les Chinois . Le Mexique est la principale source d’immigration aux États-Unis. [236] Environ 11,6 millions de résidents des États-Unis ont la nationalité mexicaine à partir de 2014 . [237]

Origine ethnique et race

Les représentations des trois castas principales résultant de la malveillance des Européens, des Africains et des Amérindiens indigènes. Les pinturas de castas ont été produites pendant l’ âge des lumières et ont tenté de “catégoriser rationnellement” la diversité raciale du Mexique colonial.

Le Mexique est ethniquement diversifié; Les différents peuples indigènes, les blancs, les afro-descendants et les métis sont unis sous une seule identité nationale . [238] La partie centrale de l’identité nationale mexicaine est formée sur la base d’une synthèse des cultures, principalement la culture européenne et les cultures indigènes, dans un processus connu sous le nom de mestizaje , faisant allusion aux origines biologiques mixtes de la majorité des Mexicains. [238] [239] Des politiciens et des réformistes mexicains tels que José Vasconcelos ( promoteur de la course cosmique ) et Manuel Gamio ( promoteur de l’ indigénisme ) ont contribué à la construction d’une identité nationale mexicaine sur le concept de métizage. [240]

En 1810, vers la fin de l’ère coloniale, on estimait que la population du Mexique était d’environ 6 millions (selon le recensement de 1793 Revillagigedo et l’ estimation de 1803 par le géographe Alexander Humboldt et l’ estimation de 1810 par le comptable royal Francisco Navarro y Noriega ). À partir de ces estimations de la population, l’anthropologue Gonzalo Aguirre Beltrán s’est approché de la race et de l’origine ethnique: il y avait environ 15 000 péninsulares (expulsés après l’indépendance), moins de 10 000 Africains (principalement esclaves, légalement libérés en 1829), plus d’un million “Euromestizos « ( criollos et individus d’origine européenne principalement, comme castizos ), quelque 700.000 »

Une grande majorité des Mexicains ont été classés comme « métis » (entre 50% et 67% selon l’ Encyclopædia Britannica ). [242] Au Mexique moderne, le terme mestizo est avant tout une identité culturelle plutôt que l’identité raciale était à l’époque coloniale, ce qui chez les personnes ayant des phénotypes variables étant classés sous la même identité. Le terme n’est pas largement utilisé dans la société mexicaine, bien que souvent utilisé dans la littérature sur les identités sociales mexicaines. Étant donné que le terme comporte une variété de significations socioculturelles, économiques, raciales et biologiques, il a été jugé trop imprécis d’être utilisé pour la classification ethnique et a été abandonné dans les recensements mexicains. [117] [243] Diverses études génétiques ont révélé que la population du Mexique n’est pas uniforme dans sa composition génétique, avec des variations régionales importantes. [244] [245] [246] Selon l’ Institut Nacional de médecine génomique du pays , en moyenne, les mésotypes d’ascendance principalement européens prédominent dans le nord, tandis que les méstisés de la région du Sud possèdent principalement une ascendance indigène. [246] Les mestizos du centre du pays ont une contribution plus uniforme des Européens et des Autochtones, alors que la plus haute contribution africaine a été trouvée dans le sud-ouest et Veracruz. [246] Dans la péninsule du Yucatán le mot Mestizo est même utilisé sur les Maya populations -speaking vivant dans des communautés traditionnelles, parce que pendant la guerre Caste de la fin du 19ème siècle , les Mayas qui n’ont pas rejoint la rébellion ont été classés comme mestizos. [247] Au Chiapas, le mot «Ladino» est utilisé au lieu de mestizo. [248]

Les estimations du nombre de blancs européens descendent de 10% à 20% selon l’Encyclopædia Britannica. [242] Les chiffres sont très différents puisque les critères de définition du mésus peuvent être différents d’une étude à l’autre et, au Mexique, un certain nombre de personnes blanches ont été historiquement classées comme des métis puisque le gouvernement mexicain a défini l’origine ethnique sur les normes culturelles par rapport aux races. [249] Au cours de l’époque coloniale et indépendante, la plupart de la migration européenne vers le Mexique était espagnol . Cependant, aux 19ème et 20ème siècles, un grand nombre d’Européens non-espagnols ont immigré dans le pays. Cependant, à son apogée, la population totale d’immigrants au Mexique n’a jamais dépassé deux pour cent du total. [250] Certains de ces immigrants, ainsi que des immigrants non européens, ont été expulsés du pays à la suite de la Révolution mexicaine. Les régions du nord du Mexique ont la plus grande population et le mélange européen. Selon le dernier recensement racial, le Mexique a pris, ce qui était en 1921 [251], il n’y avait pas d’États au Mexique qui avaient une population majoritairement «blanche» et, dans presque tous les États du nord, les mestizos étaient le plus grand groupe de population. [251] Le seul état où les «Blancs» étaient plus nombreux que les Mestizos était Sonora, dans lequel «les Blancs» composaient 41,85% de la population et les Mestizos 40,38%. [251] Les régions du nord de la région ont la plus grande population et le mélange européen. Selon le dernier recensement racial, le Mexique a pris, ce qui était en 1921 [251], il n’y avait pas d’États au Mexique qui avaient une population majoritairement «blanche» et, dans presque tous les États du nord, les mestizos étaient le plus grand groupe de population. [251] Le seul état où les «Blancs» étaient plus nombreux que les Mestizos était Sonora, dans lequel «les Blancs» composaient 41,85% de la population et les Mestizos 40,38%. [251] Les régions du nord de la région ont la plus grande population et le mélange européen. Selon le dernier recensement racial, le Mexique a pris, ce qui était en 1921 [251], il n’y avait pas d’États au Mexique qui avaient une population majoritairement «blanche» et, dans presque tous les États du nord, les mestizos étaient le plus grand groupe de population. [251] Le seul état où les «Blancs» étaient plus nombreux que les Mestizos était Sonora, dans lequel «les Blancs» composaient 41,85% de la population et les Mestizos 40,38%. [251] [251] Le seul état où les «Blancs» étaient plus nombreux que les Mestizos était Sonora, dans lequel «les Blancs» composaient 41,85% de la population et les Mestizos 40,38%. [251] [251]Le seul état où les «Blancs» étaient plus nombreux que les Mestizos était Sonora, dans lequel «les Blancs» composaient 41,85% de la population et les Mestizos 40,38%. [251]

La population indigène absolue du Mexique (26 694 928 individus à partir de 2015 ) [233] augmente, mais à un rythme plus lent que le reste de la population, de sorte que le pourcentage de peuples autochtones en ce qui concerne la population totale diminue néanmoins. [252] La majorité de la population indigène est concentrée dans les États du centre et du sud, principalement dans les zones rurales. Certaines communautés autochtones ont un certain degré d’autonomie en vertu de la législation de “usos y costumbres”, ce qui leur permet de réglementer certaines questions internes en vertu du droit coutumier . Selon la Commission nationale pour le développement des peuples autochtones , les États avec la plus grande proportion de résidents indigènes sont: [253] Yucatán à 59%, Quintana Roo 39% et Campeche 27%, principalement Maya ; Oaxaca avec 48% de la population, les groupes les plus nombreux étant les Mixtèques et zapotèques ; Chiapas à 28%, la majorité étant Tzeltal et Tzotzil Maya; Hidalgo 24%, la majorité étant Otomi ; Puebla 19% et 17% Guerrero, la plupart des Nahuas et les états de San Luis Potosí et Veracruz à la fois la maison à une population qui est de 15% indigène, la plupart du temps de la Totonaques , Nahua et teenek (Huastec) groupes. [254] Tous les indices de développement social pour la population indigène sont considérablement inférieurs à la moyenne nationale. Dans tous les États, les populations autochtones ont une mortalité infantile plus élevée , dans certains pays, presque le double des populations non indigènes. Les taux d’alphabétisation sont également beaucoup plus bas, 27% des enfants autochtones de 6 à 14 ans étant analphabètes par rapport à une moyenne nationale de 12%. La population indigène participe à la main-d’œuvre plus longtemps que la moyenne nationale, commençant plus tôt et plus longtemps. Cependant, 55% de la population indigène reçoit moins d’un salaire minimum, contre 20% pour la moyenne nationale. Beaucoup pratiquent l’agriculture de subsistance et ne reçoivent aucun salaire. Les populations autochtones ont également moins accès aux soins de santé et une qualité de logement inférieure.

La population afro- mexicaine (1 381 853 personnes à partir de 2015 ) [233] est un groupe ethnique composé de descendants d’esclaves de l’époque coloniale et d’immigrants récents d’ascendance africaine subsaharienne. Le Mexique a eu une activité active de traite négrière pendant la période coloniale et environ 200 000 Africains y ont été emmenés, principalement au 17ème siècle. La création d’une identité nationale mexicaine, surtout après la Révolution mexicaine, a mis l’accent sur le passé indigène et européen du Mexique; Il a éliminé passivement les ancêtres africains et les contributions. La majeure partie de la population africaine descendue a été absorbée par les populations indigènes Mestizo (mixtes / indigènes) et indigènes à travers des syndicats parmi les groupes. La preuve de cette longue histoire de mariage entre moustiques et mexicains indigènes s’exprime également dans le fait que dans l’inter-recensement de 2015, 64,9% (896 829) des Afro-Mexicains ont également été identifiés comme indigènes. On a également signalé que 9,3% des Afro-Mexicains parlent une langue autochtone. [255] Les états ayant le plus grand autodéclarement des Afro-Mexicains étaient Guerrero (6,5% de la population), Oaxaca (4,95%) et Veracruz (3,28%). [256] La culture afro-mexicaine est la plus forte dans les communautés de la Costa Chica d’Oaxaca et Costa Chica de Guerrero . [255] Les états ayant le plus grand autodéclarement des Afro-Mexicains étaient Guerrero (6,5% de la population), Oaxaca (4,95%) et Veracruz (3,28%). [256] La culture afro-mexicaine est la plus forte dans les communautés de la Costa Chica d’Oaxaca et Costa Chica de Guerrero . [255] Les états ayant le plus grand autodéclarement des Afro-Mexicains étaient Guerrero (6,5% de la population), Oaxaca (4,95%) et Veracruz (3,28%). [256] La culture afro-mexicaine est la plus forte dans les communautés de la Costa Chica d’Oaxaca et Costa Chica de Guerrero .

Les groupes ethniques plus petits au Mexique incluent les Asiatiques du Sud et de l’Est , présents depuis l’ère coloniale. Au cours de l’ère coloniale, les Asiatiques ont été appelés Chino (indépendamment de leur appartenance ethnique) et sont arrivés en tant que commerçants, artisans et esclaves. [257] Le plus grand groupe étaient des Philippins et quelque 200.000 Mexicains peuvent retracer l’ ascendance philippine . [258] L’immigration asiatique moderne a commencé à la fin du 19ème siècle et, à un moment du début du 20ème siècle, les Chinois étaient le deuxième groupe d’immigrants les plus importants. [259] Au début du 20e siècle, Un nombre important d’ Arabes ( principalement des chrétiens ) [260] ont commencé à arriver de l’ Empire ottoman en ruines . Le plus grand groupe étaient les Libanais et environ 400.000 Mexicains ont une ascendance libanaise . [261]

Langues

Article principal : Langues du Mexique

Le pays possède la plus grande population hispanophone au monde avec près d’un tiers de tous les locuteurs espagnols. [231] [262]

Presque toute la population mexicaine parle espagnol, 99,3% selon le dernier recensement; [263] néanmoins environ 5,4% parle encore une langue indigène en dehors de l’espagnol. Les langues autochtones avec le plus haut – parleurs sont nahuatl , parlée par environ 1,45 millions de personnes, [264] Yukatèque Maya parlé par quelque 750 000 personnes et le mixtèque [265] et langues zapotèques , [266] chacun parlé par plus de 400.000 personnes.

L’Institut national des langues autochtones INALI reconnaît 68 groupes linguistiques et quelque 364 variétés différentes de langues indigènes. [267] Depuis la promulgation de la Loi sur les droits linguistiques indigènes en 2003, ces langues ont eu le statut de langues nationales, avec une validité égale avec l’espagnol dans tous les domaines et contextes dans lesquels elles sont parlées. [268]

En plus des langues autochtones, d’autres langues minoritaires sont parlées par des populations immigrantes, comme les 80 000 Ménonites de langue allemande au Mexique , [269] et 5 000 locuteurs du dialecte Chipilo de la langue vénitienne parlée à Chipilo , Puebla .

L’arabe est la langue étrangère la plus fréquemment parlée au Mexique. [270]

Zones urbaines

Voici les 20 plus grandes zones urbaines du Mexique.

Religion

Religion au Mexique (recensement de 2010) [2]
Catholicisme Romain
83%
Autre chrétien
dix%
Autre Religion
0,2%
Sans religion
5%
Non spécifié
3%

Le recensement de 2010 de l’ Institut national de statistique et de géographie (Institut national de la statistique et de la géographie) a donné au catholicisme romain la religion principale , avec 83% de la population, tandis que 10% (10 924 103) appartiennent à d’autres dénominations chrétiennes, y compris les évangéliques (5 %); Pentecôtistes (1,6%); Autres protestants ou réformés (0,7%); Témoins de Jéhovah (1,4%); Adventistes du septième jour (0,6%); Et les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (0,3%). [2] 172,891 (ou moins de 0,2% du total) appartenaient à d’autres religions non chrétiennes; 4,7% ont déclaré n’avoir aucune religion ; 2,7% n’étaient pas spécifiés. [2]

Les 92 924 489 [2] catholiques du Mexique constituent en termes absolus la deuxième plus grande communauté catholique au monde, après le Brésil . [273] 47% d’entre eux fréquentent les services religieux chaque semaine. [274] La fête de Notre-Dame de Guadalupe , patronne du Mexique, est célébrée le 12 décembre et est considérée par de nombreux Mexicains comme la fête religieuse la plus importante de leur pays. [275]

Le recensement de 2010 a rapporté 314 932 membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, [2] bien que l’église en 2009 ait eu plus d’un million de membres inscrits. [276] Environ 25% des membres inscrits assistent à un service sacraux hebdomadaire bien que cela puisse fluctuer vers le haut et vers le bas. [277]

La présence des Juifs au Mexique remonte à 1521, lorsque Hernán Cortés a conquis les Aztèques, accompagné de plusieurs Conversos . [278] Selon le recensement de 2010, il y a 67 476 juifs au Mexique. [2] L’islam au Mexique est pratiqué principalement par les Mexicains arabes , alors qu’il existe aussi une petite communauté de musulmans parmi les Mexicains autochtones autour de la région de San Cristóbal de las Casas au Chiapas. [279] [280] Dans le recensement 18,185 Mexicains 2010 ont déclaré appartenir à une religion orientale , [2] une catégorie qui comprend une petite bouddhiste population.

Femmes

Jusqu’au vingtième siècle, le Mexique était un pays essentiellement rural, le statut des femmes rurales étant défini dans le contexte de la famille et de la communauté locale. Avec l’urbanisation commençant au seizième siècle, suite à la conquête espagnole de l’empire aztèque , les villes n’ont pas permis de créer des opportunités économiques et sociales dans les villages ruraux. Le catholicisme romain au Mexique a façonné les attitudes sociétales au sujet du rôle social des femmes, mettant l’accent sur le rôle des femmes en tant que nourriciers de la famille, avec la Vierge Marie comme modèle. Le marianisme a été un idéal, le rôle des femmes étant dans la famille sous l’autorité des hommes. Au vingtième siècle, les femmes mexicaines ont fait de grands progrès vers un statut juridique et social plus égal.

Les femmes mexicaines sont victimes de discrimination et parfois de harcèlement de la population du machisme . Bien que les femmes au Mexique font de grands progrès, elles sont confrontées aux attentes traditionnelles d’être le chef du ménage. La chercheuse Margarita Valdés a noté que, bien qu’il y ait peu d’inégalités imposées par la loi ou la politique au Mexique, il existe des inégalités de genre perpétuées par les structures sociales et les attentes culturelles mexicaines qui limitent les capacités des femmes mexicaines. [281]

En 2014 , le Mexique a le 16e taux d’homicides les plus élevés commis contre les femmes dans le monde [282]. La prévalence de la violence familiale contre les femmes dans les relations conjugales mexicaines varie entre 30 et 60 pour cent des relations. [283] Les restes des victimes étaient souvent mutilés. [284] Selon une étude de 1997, la violence domestique dans la culture mexicaine “est intégrée dans le genre et les relations conjugales favorisées dans la dépendance des femmes mexicaines à leurs conjoints pour la subsistance et pour l’estime de soi, soutenue par les idéologies de l’amour romantique, par la structure familiale et résidentielle Arrangements “. [285] Les auteurs sont souvent le petit-ami, le beau-père, les ex-maris ou les maris mais seulement 1. 6% des cas de meurtre ont entraîné une arrestation et une condamnation. [284]

Culture

Frida Kahlo et Diego Rivera en 1932.

La culture mexicaine reflète la complexité de l’ histoire du pays par le mélange des cultures indigènes et de la culture de l’Espagne , transmises lors de la colonisation espagnole de 300 ans au Mexique. Des éléments culturels exogènes ont été incorporés dans la culture mexicaine au fil du temps.

L’ère porfirienne ( el Porfiriato ), au dernier quart du 19ème siècle et la première décennie du XXe siècle, a été marquée par le progrès économique et la paix. Après quatre décennies de troubles civils et de guerre, le Mexique a vu le développement de la philosophie et des arts, promu par le président Díaz lui-même. Depuis lors, comme l’accent a été accentué lors de la Révolution mexicaine , l’identité culturelle a été fondée sur le mestizaje , dont l’élément indigène (c’est-à-dire l’Amérindien) est le noyau. À la lumière des diverses ethnies qui ont formé le peuple mexicain, José Vasconcelos dans sa publication La Raza Cósmica (La Cosmic Race) (1925) définit le Mexique comme le creuset de toutes les races (étendant ainsi la définition du mestizo ) , non seulement biologique , mais sur le plan culturel aussi bien. [286]

Littérature

Articles principaux : littérature mexicaine et littérature méso-américaine

La littérature mexicaine a ses antécédents dans les littératures des colonies indigènes de la Mésoaméricaine. Le poète préhispanique le plus connu est Nezahualcoyotl . La littérature mexicaine moderne a été influencée par les concepts de la colonisation espagnole de la Mésoamérique . Des écrivains et poètes coloniaux exceptionnels comprennent Juan Ruiz de Alarcón et Juana Inés de la Cruz .

Parmi les autres écrivains figurent Alfonso Reyes , José Joaquín Fernández de Lizardi , Ignacio Manuel Altamirano , Carlos Fuentes , Octavio Paz ( Renommé Nobel), Renato Leduc , Carlos Monsiváis , Elena Poniatowska , Mariano Azuela (“Los de abajo”) et Juan Rulfo (“Pedro Páramo “). Bruno Traven a écrit “Canasta de cuentos mexicains”, “El tesoro de la Sierra Madre” (Trésor de la Sierra Madre).

Arts visuels

Le Palacio de Bellas Artes est le musée artistique prééminent au Mexique.

L’art post-révolutionnaire au Mexique s’exprime dans les œuvres d’artistes renommés tels que David Alfaro Siqueiros , Federico Cantú Garza , Frida Kahlo , Juan O’Gorman , José Clemente Orozco , Diego Rivera et Rufino Tamayo . Diego Rivera, la figure la plus connue du murmisme mexicain, a peint l’ Homme à la croisée des chemins au Rockefeller Center à New York, une immense peinture murale qui a été détruite l’année prochaine en raison de l’inclusion d’un portrait du leader communiste russe Lénine . [287] Certains de Rivera ‘

L’architecture mésoaméricain est surtout notée pour ses pyramides qui sont les plus grandes structures en dehors de l’Egypte ancienne. [La citation nécessaire ] L’ architecture coloniale espagnole est marquée par le contraste entre la construction simple et solide exigée par le nouvel environnement et l’ornement baroque exporté d’Espagne. [ Citation nécessaire ] Le Mexique, en tant que centre de la Nouvelle-Espagne, possède certains des bâtiments les plus renommés construits dans ce style.

Cinéma

L’actrice Dolores del Río , une star d’ Hollywood dans les années 1920 et 1930 et figure éminente de l’ âge d’or du cinéma mexicain dans les années 1940 et 1950.

Films mexicains de l’ âge d’ or dans les années 1940 et 1950 sont les plus grands exemples du cinéma latino – américain, avec une énorme industrie comparable à Hollywood de ces années. Les films mexicains ont été exportés et exposés dans toute l’Amérique latine et en Europe. Maria Candelaria (1943) d’ Emilio Fernández , a été l’un des premiers films décernés à Palme d’Or au Festival de Cannes en 1946, la première fois que l’événement s’est déroulé après la Seconde Guerre mondiale. Le célèbre réalisateur espagnol Luis Buñuel a réalisé au Mexique entre 1947 et 1965 quelques-uns de ses maîtres comme Los Olvidados (1949) et Viridiana (1961).

Plus récemment , des films tels que Como agua para chocolate (1992), Cronos (1993), Y tu mamá también (2001) et Pan’s Labyrinth (2006) ont réussi à créer des histoires universelles sur des sujets contemporains et ont été reconnus à l’échelle internationale, Dans le prestigieux Festival de Cannes. Les réalisateurs mexicains Alejandro González Iñárritu ( Amores perros , Babel , Birdman , The Revenant ), Alfonso Cuarón ( Enfants des hommes , Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban , Gravité ), Guillermo del Toro ,

Certains acteurs mexicains ont été reconnus comme des stars d’Hollywood. Parmi ceux-ci figurent Ramon Novarro , Dolores del Río , Lupe Vélez , Gilbert Roland , Anthony Quinn , Katy Jurado , Ricardo Montalbán et Salma Hayek

Médias

Plus d’informations: télévision mexicaine et liste des journaux au Mexique

Il existe deux grandes entreprises de télévision au Mexique qui possèdent les quatre principaux réseaux qui diffusent à 75% de la population. Ils sont Televisa , propriétaire des réseaux Canal de las Estrellas et Canal 5, et TV Azteca , propriétaire des réseaux Azteca 7 et Azteca Trece. Televisa est également le plus grand producteur de contenu en langue espagnole au monde et aussi le plus grand réseau de médias en langue espagnole au monde. [288] Grupo Multimedios est un autre conglomérat médiatique avec diffusion en langue espagnole au Mexique, en Espagne et aux États-Unis. Les telenovelas sont très traditionnelles au Mexique et sont traduites dans de nombreuses langues et vues partout dans le monde avec des noms renommés comme Verónica Castro ,

La musique

Mariachi au Festival del Mariachi, Charrería y Tequila à San Juan de los Lagos , Jalisco. Mariachi a été inscrite dans la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’ UNESCO en 2011.

La société mexicaine jouit d’une vaste gamme de genres musicaux, montrant la diversité de la culture mexicaine. La musique traditionnelle comprend mariachi , banda , norteño , ranchera et corridos ; Sur une base quotidienne, la plupart des Mexicains écoutent de la musique contemporaine comme la pop , le rock, etc. en anglais et en espagnol. Le Mexique possède la plus grande industrie médiatique d’Amérique latine, produisant des artistes mexicains célèbres en Amérique centrale et du Sud et dans certaines parties de l’Europe, en particulier l’Espagne.

Quelques célèbres chanteurs mexicains sont Thalía , Luis Miguel , Juan Gabriel , Alejandro Fernández , Julieta Venegas , Gloria Trevi et Paulina Rubio . Les chanteurs mexicains de musique traditionnelle sont: Lila Downs , Susana Harp , Jaramar , GEO Meneses et Alejandra Robles . Les groupes populaires sont le Café Tacuba , Caifanes , Molotov et Maná , entre autres. Depuis les premières années de la décennie (années 2000), la roche mexicaine a connu une croissance généralisée à l’échelle nationale et internationale.

Selon le Musical Sistema Nacional de Fomento, il y a entre 120 et 140 orchestres jeunesse affiliés à cette agence fédérale de tous les États fédéraux. [ Citation requise ] Certains États, par l’intermédiaire de leurs agences étatiques chargées de la culture et des arts-Ministère ou secrétaire ou Institut ou Conseil de la Culture, ou dans certains cas, le Secrétaire à l’Éducation ou l’Université d’Etat – parrainent les activités d’un orchestre symphonique professionnel Ou un croschère philharmonique pour que tous les citoyens puissent avoir accès à cette expression artistique du domaine de la musique classique. Mexico est le centre le plus intense de cette activité, abritant 12 orchestres professionnels parrainés par différentes agences telles que l’Institut national des beaux-arts, le secrétaire de la culture du district fédéral, L’Université nationale, l’Institut national polytechnique, une délégation politique (Coyoacán) et des entreprises privées. [ Citation requise ]

Cuisine

La cuisine mexicaine est connue pour ses saveurs intenses et variées, sa décoration colorée et sa variété d’épices. La plupart de la nourriture mexicaine d’aujourd’hui est basée sur les traditions précolombiennes, y compris les aztèques et les mayas, combinées aux tendances culinaires introduites par les colons espagnols.

Les conquistadores ont finalement combiné leur régime alimentaire importé de riz, de boeuf, de porc, de poulet, de vin, d’ail et d’oignons avec la nourriture natif pré-colombienne, y compris le maïs, la tomate, la vanille , l’avocat , la goyave , la papaye , l’ ananas , le piment , les haricots , la courge , La patate douce , l’arachide et la dinde .

La nourriture mexicaine varie selon la région, en raison du climat local et de la géographie et des différences ethniques entre les habitants indigènes et parce que ces différentes populations ont été influencées par les Espagnols à des degrés divers. Le nord du Mexique est connu pour sa production de boeuf, de chèvre et d’ autruche et de plats de viande, en particulier la célèbre coupe d’ Arrachera .

La cuisine du centre du Mexique est en grande partie constituée d’influences du reste du pays, mais a également ses authentiques, tels que barbacoa , pozole , menudo , tamales et carnitas .

Le sud-est du Mexique, d’autre part, est connu pour ses légumes épicés et ses plats à base de poulet. La cuisine du sud-est du Mexique a également une grande influence caribéenne, compte tenu de sa situation géographique. Le veau est commun au Yucatan . Les fruits de mer sont généralement préparés dans les États qui bordent l’océan Pacifique ou le golfe du Mexique , ce dernier ayant une réputation célèbre pour ses plats de poisson, en particulier à la veracruzana.

Dans les temps modernes, d’autres cuisines du monde sont devenues très populaires au Mexique, adoptant ainsi une fusion mexicaine. Par exemple, des sushis au Mexique est souvent fait avec une variété de sauces à base de mangue ou de tamarin , et très souvent servi avec serrano sauce de soja -chili mélangés ou complétés avec du vinaigre, habanero et chipotle poivrons

Les plats les plus reconnus à l’échelle internationale comprennent le chocolat, les tacos , les quesadillas , les enchiladas , les burritos , les tamales et le mole entre autres. Les plats régionaux incluent mole poblano , chiles en nogada et chalupas de Puebla ; ceviche et machaca de Monterrey, cochinita pibil de Yucatán , tlayudas de Oaxaca , ainsi que Barbacoa , chilaquiles , milanesas , et bien d’ autres.

Des sports

Le Estadio Azteca , considéré comme l’un des stades de football emblématiques du monde, a accueilli les finales de la Coupe du monde de 1970 et 1986 et a été le lieu principal des Jeux olympiques d’été de 1968.

Mexico City a accueilli les XIXe Jeux Olympiques en 1968, ce qui en fait la première ville latino-américaine à le faire. [291] Le pays a également accueilli la Coupe du Monde de la FIFA deux fois, en 1970 et 1986 . [292]

Le sport le plus populaire au Mexique est le football associatif. Il est communément admis que le football a été introduit au Mexique par Cornish mineurs à la fin du 19ème siècle. En 1902, une ligue de cinq équipes avait émergé avec une forte influence britannique. [293] [294] Les meilleurs clubs du Mexique sont América avec 12 championnats, Guadalajara avec 11 et Toluca avec 10. [295] Antonio Carbajal a été le premier joueur à apparaître dans cinq Coupes du monde, [296] et Hugo Sánchez a été nommé meilleur CONCACAF Joueur du 20ème siècle par l’IFFHS.

Jeu au Estadio de Béisbol Monterrey . Le baseball est le plus populaire dans le Nord (en particulier au nord-ouest) et au sud-est du Mexique.

La ligue de baseball professionnelle mexicaine s’appelle la Liga Mexicana de Beisbol . Bien que généralement pas aussi forte que les États-Unis, les pays des Caraïbes et le Japon, le Mexique a néanmoins atteint plusieurs titres internationaux de baseball. [ Citation nécessaire ] Les équipes mexicaines ont remporté la Série des Caraïbes neuf fois. Le Mexique a eu plusieurs joueurs signés par les équipes des grandes ligues, dont le plus célèbre est le pichet de fameux Fernando Valenzuela .

En 2013, l’équipe de basket-ball du Mexique a remporté le Championnat américain de basketball et s’est qualifiée pour la Coupe du monde de basket-ball 2014 où elle a atteint les séries éliminatoires . En raison de ces réalisations, le pays a gagné les droits d’ hébergement pour le Championnat FIBA ​​Amériques 2015 . [298]

La tauromachie est un sport populaire dans le pays, et presque toutes les grandes villes ont des arènes. Plaza México à Mexico, est la plus grande arène du monde, qui compte 55 000 personnes. La lutte professionnelle (ou Lucha libre en espagnol) est un tirage au sort majeur avec des promotions nationales telles que AAA , CMLL et autres.

Le Mexique est une puissance internationale dans la boxe professionnelle (au niveau amateur, plusieurs médailles olympiques de boxe ont également été remportées par le Mexique). Vicente Saldivar , Rubén Olivares , Salvador Sánchez , Julio César Chávez , Ricardo Lopez et Erik Morales ne sont que quelques combattants mexicains qui ont été classés parmi les meilleurs de tous les temps. [299]

Les athlètes mexicains notables incluent la golfeuse Lorena Ochoa , classée première au classement mondial LPGA avant sa retraite [300] Ana Guevara , ancienne championne du monde des 400 mètres (1.300 pieds) et du subchampion olympique à Athènes 2004, Fernando Platas , quatre Le buteur gagnant de la médaille olympique et le combattant taekwondo María Espinoza , l’athlète olympique mexicaine la plus décorée.

Santé

Depuis le début des années 1990, le Mexique est entré dans une phase de transition dans la santé de sa population et certains indicateurs tels que les tendances de mortalité sont identiques à ceux trouvés dans des pays très développés comme l’Allemagne ou le Japon. [301] L’infrastructure médicale du Mexique est hautement appréciée pour la plupart et est habituellement excellente dans les grandes villes [302] [303], mais les communautés rurales manquent encore d’équipement pour les procédures médicales avancées, obligeant les patients dans ces endroits à se rendre dans les zones urbaines les plus proches Pour obtenir des soins médicaux spécialisés. [117] Les déterminants sociaux de la santé peuvent être utilisés pour évaluer l’état de santé au Mexique.

Les institutions financées par l’État telles que l’ Institut mexicain de la sécurité sociale (IMSS) et l’ Institut de la sécurité sociale et des services aux travailleurs de l’État (ISSSTE) jouent un rôle majeur dans la santé et la sécurité sociale. Les services de santé privés sont également très importants et représentent 13% de toutes les unités médicales du pays. [304]

La formation médicale se fait principalement dans les universités publiques avec beaucoup de spécialisation dans des contextes professionnels ou de stages. Certaines universités publiques au Mexique, comme l’ Université de Guadalajara , ont signé des accords avec les États-Unis pour recevoir et former des étudiants américains en médecine. Les coûts des soins de santé dans les établissements privés et les médicaments sur ordonnance au Mexique sont en moyenne inférieurs à ceux de ses partenaires économiques en Amérique du Nord. [302]

Éducation

Bibliothèque centrale de l’ Université nationale autonome du Mexique .

En 2004, le taux d’alphabétisation était de 97% [305] pour les jeunes de moins de 14 ans et de 91% pour les personnes de plus de 15 ans [306], ce qui place le Mexique à la 24e place dans le rang mondial selon l’UNESCO . [307]

L’ Université nationale autonome du Mexique occupe la 190e place au Top 200 World University Ranking publiée par The Times Higher Education Supplement en 2009. [308] Les écoles de commerce privées se distinguent également par les classements internationaux. IPADE et EGADE , les écoles de commerce de l’ Université Panamericana et de Monterrey Institute of Technology et Higher Education , respectivement, ont été classés parmi les 10 premiers dans une enquête menée par The Wall Street Journal parmi les recruteurs en dehors des États-Unis. [309]


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *