Mali


Mali ( i / m ɑː l i / ; français: [Mali] ), officiellement la République du Mali (Français: République du Mali ), est un pays enclavé en Afrique de l’ Ouest . Le Mali est le huitième pays d’ Afrique , avec une superficie d’un peu plus de 1 240 000 kilomètres carrés (480 000 pieds carrés). La population du Mali est de 14,5 millions. Sa capitale est Bamako . Le Mali se compose de huit régions et ses frontières au nord atteignent profondément le milieu du désert du Sahara , tandis que la partie sud du pays, où vivent la majorité des habitants, Caractéristiques des rivières du Niger et du Sénégal . L’économie du pays est axée sur l’agriculture et la pêche. Certaines des ressources naturelles importantes du Mali comprennent l’or, étant le troisième producteur d’or du continent africain [11] et du sel. Environ la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté international de 1,25 $ US par jour. [12] La majorité de la population (90%) sont musulmans . [13] Environ la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté international de 1,25 $ US par jour. [12] La majorité de la population (90%) sont musulmans . [13] Environ la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté international de 1,25 $ US par jour. [12] La majorité de la population (90%) sont musulmans . [13]

Actuellement , le Mali faisait autrefois partie des trois empires de l’Afrique de l’Ouest qui contrôlaient le commerce trans-saharien : l’ Empire du Ghana , l’ Empire du Mali (pour lequel le Mali est nommé) et l’ Empire Songhai . Pendant son âge d’or, il y avait un épanouissement des mathématiques, de l’ astronomie , de la littérature et de l’art. [14] [15] À son apogée en 1300, l’Empire du Mali couvrait une superficie d’environ deux fois la taille de la France moderne et s’étendait sur la côte ouest de l’Afrique. [16] À la fin du 19ème siècle, pendant la Scramble pour l’Afrique , la France a pris le contrôle du Mali, ce qui en fait une partie du Soudan français . Le Soudan français (alors connu sous le nom de République soudanaise ) a rejoint le Sénégal en 1959, atteignant l’indépendance en 1960 en tant que Fédération du Mali . Peu de temps après, à la suite du retrait du Sénégal de la fédération, la République soudanaise s’est déclarée la République indépendante du Mali. Après une longue période de règne d’un parti, un coup d’Etat en 1991 a conduit à l’écriture d’une nouvelle constitution et à la création du Mali en tant qu’État démocratique et multipartite.

En janvier 2012, un conflit armé a éclaté dans le nord du Mali , où les rebelles touaregs ont pris le contrôle d’ici avril et ont déclaré la sécession d’un nouvel état, Azawad . [17] Le conflit a été compliqué par un coup d’état militaire qui s’est déroulé en mars [18] et plus tard entre les Touaregs et les rebelles islamistes. En réponse aux gains territoriaux islamistes, l’armée française a lancé Opération Serval en janvier 2013. [19] Un mois plus tard, les forces maliennes et françaises ont repris la majeure partie du nord. Les élections présidentielles ont eu lieu le 28 juillet 2013, avec un deuxième tour de scrutin organisé le 11 août,

Etymologie

Le nom de Mali est pris du nom de l’ Empire du Mali . Le nom a été dérivé du Mandingue ou Bambara mot Mali , ce qui signifie « hippopotamus », mais il a fini par signifier « l’endroit où le roi vit ». [20] Le mot porte la connotation de la force. [21]

D. Niane suggère dans Sundiata: Une épopée du Vieux Mali (1965) qu’il n’est pas impossible que le Mali soit le nom donné à l’une des capitales des empereurs. Le voyageur marocain du 14ème siècle, Ibn Battuta, a rapporté que la capitale de l’Empire malien était en effet appelée Mali. [22] Une tradition malienne dit que l’empereur Sundiata Keita s’est transformé en hippopotame dans la rivière Sankarani , et qu’il est possible de trouver des villages dans la région de cette rivière, appelé «vieux Mali», qui a le nom du Mali. Ce nom aurait déjà été celui d’une ville. Dans le vieux Mali, il y a un village appelé Malikoma qui signifie “Nouveau Mali”. [23]

Une autre théorie suggère que le Mali est une prononciation Fulani du nom des peuples Mande . [24] [25] Il est suggéré qu’un changement sonore a conduit au changement, par lequel, à Fulani, le segment alvéolaire / nd / se déplace vers / l / et la voyelle terminale se dénasalise et soulève, ainsi “Manden” se déplace vers / Mali / . [23]

Histoire

Le Mali faisait autrefois partie des trois principaux empires de l’Afrique de l’Ouest qui contrôlaient le commerce trans-saharien dans l’or, le sel, les esclaves et d’autres produits précieux. [26] Ces royaumes sahéliens n’avaient ni frontières géopolitiques rigides ni identités ethniques rigides. [26] Le plus tôt de ces empires était l’ Empire du Ghana , qui était dominé par le Soninke , un peuple de Mande . [26] L’empire s’est développé dans toute l’Afrique de l’Ouest du 8ème siècle jusqu’à 1078, alors qu’il a été conquis par les Almoravides . [27]

L’ empire du Mali s’est ensuite formé sur le haut fleuve Niger et a atteint le sommet du pouvoir au 14ème siècle. [27] Sous l’empire du Mali, les anciennes villes de Djenné et de Tombouctou étaient des centres de commerce et d’apprentissage islamique. [27] L’empire a ensuite décliné à la suite d’une intrigue interne, finalement supprimé par l’ Empire Songhai . [27] Le peuple Songhai est originaire du Nigeria actuel du nord-ouest . Le Songhai était depuis longtemps une puissance majeure en Afrique de l’Ouest soumise au règne de l’empire du Mali. [27]

À la fin du XIVe siècle, le Songhai a progressivement gagné l’indépendance de l’Empire du Mali et s’est développé, en fin de compte, l’ensemble de la partie orientale de l’Empire du Mali. [27] L’effondrement final de l’ Empire Songhaï est en grande partie le résultat d’une marocaine invasion en 1591, sous le commandement de Judar Pacha . [27] La chute de l’Empire Songhai a marqué la fin du rôle de la région en tant que carrefour commercial. [27] Après la création des routes maritimes par les puissances européennes , les routes commerciales transsahariennes ont perdu de leur importance. [27]

L’une des pires famines de l’histoire enregistrée de la région s’est produite au 18ème siècle. Selon John Iliffe , “les pires crises ont été dans les années 1680, lorsque la famine s’étendait de la côte sénégambienne au Haut Nil et” beaucoup se sont vendus pour les esclaves, seulement pour se nourrir “, et surtout en 1738-56, lorsque l’Afrique de l’Ouest la plus grande crise de subsistance a enregistré, en raison de la sécheresse et des criquets, aurait tué la moitié de la population de Tombouctou « . [28]

Règle coloniale française

Le coton est transformé en Niono en balles de 180 kg (400 lb) pour l’ exportation vers d’autres parties de l’Afrique et vers la France, c.  1950 .

Le Mali est tombé sous le contrôle de la France à la fin du 19ème siècle. [27] En 1905, la plupart de la zone était sous contrôle français ferme dans le cadre du Soudan français . [27] Au début de 1959, le Soudan français (qui a changé de nom pour la République soudanaise ) et le Sénégal se sont unis pour devenir la Fédération du Mali . La Fédération du Mali a pris l’indépendance de la France le 20 juin 1960. [27]

Le Sénégal s’est retiré de la fédération en août 1960, ce qui a permis à la République soudanaise de devenir la République indépendante du Mali le 22 septembre 1960. Modibo Keïta a été élu premier président. [27] Keïta a rapidement établi un État à parti unique, a adopté une orientation indépendante africaine et socialiste avec des liens étroits avec l’Est et a mis en place une vaste nationalisation des ressources économiques. [27] En 1960, la population du Mali était d’environ 4,1 millions. [29]

Moussa Traoré

Le 19 Novembre 1968, après un déclin économique progressive, le régime a été renversé Keïta dans un coup d’ Etat militaire sans effusion de sang mené par Moussa Traoré , [30] un jour qui est maintenant commémoré comme la Journée de libération . Le régime mené par l’armée, avec Traoré en tant que président, a tenté de réformer l’économie. Ses efforts ont été frustrés par les troubles politiques et une dévastatrice sécheresse entre 1968 et 1974, [30] où la famine a tué des milliers de personnes. [31] Le régime de Traoré a été confronté aux troubles des étudiants à partir de la fin des années 1970 et à trois tentatives de coup d’Etat. Le régime de Traoré a réprimé tous les dissidents jusqu’à la fin des années 1980. [30]

Le gouvernement a continué à tenter des réformes économiques, et la population était de plus en plus insatisfaite. [30] En réponse aux demandes croissantes de démocratie multipartite, le régime de Traoré a permis une libéralisation politique limitée. Ils ont refusé d’introduire un système démocratique à part entière. [30] En 1990, des mouvements d’opposition cohésifs ont commencé à émerger et ont été compliqués par la montée turbulente de la violence ethnique dans le nord après le retour de nombreux Touaregs au Mali. [30]

Les manifestations anti-gouvernementales en 1991 ont entraîné un coup d’Etat, un gouvernement de transition et une nouvelle constitution . [30] L’ opposition au régime corrupteur et dictatorial du général Moussa Traoré a augmenté au cours des années 1980. Au cours de cette période, des programmes stricts, imposés pour satisfaire les demandes du Fonds monétaire international, ont entraîné une contraction accrue de la population du pays, alors que les élites proches du gouvernement auraient tendance à vivre dans des richesses croissantes. Les manifestations pacifiques des étudiants en janvier 1991 ont été brutalement supprimées, avec des arrestations et des tortures massives de dirigeants et de participants. [32] Des actes dispersés d’émeutes et de vandalisme des bâtiments publics ont suivi, mais la plupart des actions des dissidents sont restés non violents. [32]

March Revolution

Du 22 mars au 26 mars 1991, des rassemblements collectifs en faveur de la démocratie et une grève nationale ont eu lieu dans les communautés urbaines et rurales, connues sous le nom de «les événements» ou de la révolution de mars. À Bamako, en réponse à des manifestations de masse organisées par des étudiants universitaires et plus tard réunis par des syndicalistes et d’autres, des soldats ont ouvert le feu sans discernement sur les manifestants non-violents. Les émeutes ont éclaté brièvement après les fusillades. Des barricades ainsi que des barrages routiers ont été érigés et Traoré a déclaré l’état d’urgence et a imposé un couvre-feu nocturne. Malgré une perte estimée de 300 vies au cours de quatre jours, les manifestants non violents ont continué à retourner à Bamako chaque jour en exigeant la démission du président dictatorial et la mise en œuvre de politiques démocratiques. [33]

Le 26 mars 1991 est le jour qui marque l’affrontement entre soldats militaires et étudiants pacifiques qui ont culminé dans le massacre de dizaines sous les ordres du président Moussa Traoré. Lui et trois associés ont ensuite été jugés et condamnés et ont reçu la peine de mort pour leur participation au processus décisionnel de ce jour. De nos jours, le jour est une fête nationale pour se souvenir des événements tragiques et des personnes qui ont été tuées. [34] [ source non fiable? ] Le coup d’état est rappelé comme la Révolution de mars du Mali en 1991.

Le 26 mars, le refus croissant des soldats de tirer dans la foule protestante en grande partie non violente s’est transformé en un tumulte à grande échelle et a entraîné la mort de milliers de soldats et de se joindre au mouvement pro-démocratie. L’après-midi, le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré a annoncé à la radio qu’il avait arrêté le président dictatorial, Moussa Traoré. En conséquence, les partis d’opposition ont été légalisés et un congrès national de groupes civils et politiques s’est réuni pour rédiger une nouvelle constitution démocratique qui sera approuvée par un référendum national. [33]

Présidence d’Amadou Toumani Touré

En 1992, Alpha Oumar Konaré a remporté la première élection présidentielle démocratique et multipartite du Mali, avant d’être réélu pour un second mandat en 1997, ce qui était le dernier permis prévu par la Constitution. En 2002, Amadou Toumani Touré , un général à la retraite qui avait été le chef de l’aspect militaire du soulèvement démocratique de 1991, a été élu. [35] Au cours de cette période démocratique, le Mali était considéré comme l’un des pays les plus politiquement et socialement stables d’Afrique. [36]

L’ esclavage persiste au Mali aujourd’hui avec jusqu’à 200 000 personnes détenues en servitude directe à un maître. [37] Dans la Rébellion Touareg de 2012 , les ex-esclaves étaient une population vulnérable avec des rapports de certains esclaves repris par leurs anciens maîtres. [38]

Conflit du nord du Mali

Article principal: conflit du nord du Mali (2012-présent)
Les rebelles séparatiste touareg au Mali, janvier 2012

En janvier 2012, une rébellion touareg a commencé dans le nord du Mali, dirigée par le Mouvement national pour la libération d’Azawad . [39] En mars, l’officier militaire Amadou Sanogo a pris le pouvoir dans un coup d’état , en citant les échecs de Touré à réprimer la rébellion et entraînant des sanctions et un embargo de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest . [40] Le MNLA a rapidement pris le contrôle du nord, déclarant l’indépendance comme Azawad . [41] Cependant, les groupes islamistes, y compris Ansar Dine et Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) , qui ont aidé le MNLA à vaincre le gouvernement, A tourné sur le Touareg et a pris le contrôle du Nord [42] dans le but de mettre en œuvre la charia au Mali. [43] [44]

Le 11 janvier 2013, les forces armées françaises sont intervenues à la demande du gouvernement intérimaire. Le 30 janvier, l’avancée coordonnée des troupes françaises et maliennes prétendait avoir repris la dernière place islamiste restante de Kidal, qui était également la dernière des trois capitales provinciales du nord. [45] Le 2 février, le président français, François Hollande , a rejoint la présidente intérimaire du Mali, Dioncounda Traoré , lors d’une apparition publique dans le Tombouctus récemment recapturé. [46]

Géographie

Image satellite du Mali
Mali carte de Köppen classification du climat.
Paysage à Hombori
Article principal : Géographie du Mali

Le Mali est un pays enclavé en Afrique de l’Ouest, situé au sud-ouest de l’Algérie . Il se trouve entre les latitudes 10 ° et 25 ° N , et longitudes 13 ° W et 5 ° E . Le Mali est bordé parl’Algérie au nord-est, le Niger à l’est, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire au sud, la Guinée au sud-ouest et le Sénégal et la Mauritanie à l’ouest.

À 1 242 248 kilomètres carrés (479 635 milles carrés), y compris la région contestée d’ Azawad , le Mali est le 24ème pays du monde et est comparable en taille en Afrique du Sud ou en Angola . La plupart du pays se trouve dans le désert du sud du Sahara , qui produit une zone de savane soudanienne extrêmement chargée de poussière . [47] Le Mali est la plupart du temps plat, en remontant aux plaines nord du nord couvert de sable . Le massif Adrar des Ifoghas se trouve au nord-est.

Le Mali se trouve dans la zone torride et fait partie des pays les plus populaires du monde. L’ équateur thermique, qui correspond aux points les plus chauds de l’année sur la planète en fonction de la température annuelle quotidienne moyenne, traverse le pays. [47] La plupart du Mali reçoit des précipitations négligeables et les sécheresses sont très fréquentes. [47] Fin juin à début décembre est la saison des pluies dans la région la plus méridionale. Pendant ce temps, les inondations du fleuve Niger sont communes, créant le Delta intérieur du Niger . [47] La grande partie désertique du nord du Mali a un climat désertique chaud ( Classification de Köppen ( BWH ) avec de longs, Des étés extrêmement chauds et des précipitations rares qui diminuent vers le nord. La zone centrale a un climat semi-aride chaud ( classification climatique de Köppen ( BSh ) avec des températures très élevées toute l’année, une saison sèche longue et intense et une saison pluvieuse brève et irrégulière. La petite bande du sud possède un climat tropical humide et sec ( Classification climatique de Köppen ( Aw ), températures très élevées toute l’année avec une saison sèche et une saison des pluies.

Le Mali dispose de ressources naturelles considérables, l’or, l’uranium, les phosphates , la kaolinite , le sel et le calcaire étant le plus largement exploité. Le Mali est estimé à plus de 17 400 tonnes d’uranium (mesuré + indiqué + déduit). [48] [49] En 2012, une nouvelle zone nord minéralisée d’uranium a été identifiée. [50] Mali fait face à de nombreux défis environnementaux, notamment la désertification , la déforestation , l’ érosion des sols et l’ insuffisance des approvisionnements d’ eau potable . [47]

Régions et cercles

Articles principaux : Régions du Mali , Cercles du Mali et Communes du Mali
Tombouctou Region Kidal Region Gao Region Mopti Region Koulikoro Region Kayes Region Bamako Bamako Sikasso Ségou Region

Depuis 2016, le Mali a été divisé en dix régions et dans le district de Bamako. [51] Chaque région a un gouverneur. [52] La mise en œuvre des deux dernières régions, Taoudénit (anciennement partie de la région de Tombouctou) et Ménaka (anciennement Ménaka Cercle dans la région de Gao), est en cours depuis janvier 2016; [53] [54]un gouverneur et un conseil de transition ont été nommés pour les deux régions. [55] Les dix régions à leur tour sont subdivisées en 56 cercle s et 703 communes . [56]

Les régions et le district de la capitale sont:

Nom de la région Zone (km 2 ) Recensement de la population
de 1998
Recensement de la population
de 2009
Kayes 119 743 1 374 316 1 996 812
Koulikoro 95 848 1.570.507 2 418 305
Bamako
Capital District
252 1 016 296 1 809 106
Sikasso 70 280 1 782 157 2.625.919
Ségou 64,821 1 675 357 2 336 255
Mopti 79 017 1 484 601 2 037 330
Tombouctou
( Tombouctou )
496 611 442 619 681 691
Gao 89 532 341 542 544,120
Kidal 151 430 38 774 67,638
Taoudénit
Ménaka 81 040

Étendue du contrôle du gouvernement central

En mars 2012, le gouvernement malien a perdu le contrôle sur les régions de Tombouctou, Gao et Kidal et la partie nord-est de la région de Mopti. Le 6 avril 2012, le Mouvement national pour la libération d’Azawad a déclaré unilatéralement sa sécession du Mali comme Azawad , un acte que ni le Mali ni la communauté internationale ne reconnaissaient . [57] Le gouvernement a ensuite regagné le contrôle de ces zones.

Politique et gouvernement

Article principal: Politique du Mali
Ex Malian Transition Président Dioncounda Traoré

Jusqu’à ce que le coup d’ Etat militaire du 22 Mars 2012 [18] [58] et un second coup d’ Etat militaire en Décembre 2012, [59] Mali est une démocratie constitutionnelle régie par la Constitution du 12 Janvier 1992, qui a été modifiée en 1999. [60] La constitution prévoit une séparation des pouvoirs entre l’exécutif, législatif et judiciaire branches du gouvernement. [60] Le système de gouvernement peut être qualifié de «semi-présidentiel». [60] Le pouvoir exécutif est conféré à un président, qui est élu à un mandat de cinq ans par suffrage universel et se limite à deux termes. [60] [61]

Le président sert de chef d’état et de commandant en chef des forces armées. [60] [62] Un premier ministre nommé par le président sert de chef de gouvernement et, à son tour, nomme le Conseil des ministres. [60] [63] L’Assemblée nationale unicamérale est le seul organe législatif du Mali, composé de députés élus à des mandats de cinq ans. [64] [65] À la suite des élections de 2007, l’ Alliance pour la démocratie et le progrès a occupé 113 des 160 sièges à l’ assemblée . [66] L’assemblée tient deux sessions ordinaires chaque année, au cours desquelles elle débat et vote sur la législation qui a été soumise par un membre ou par le gouvernement. [64] [67]

La constitution du Mali prévoit un pouvoir judiciaire indépendant [64] [68], mais l’exécutif continue d’exercer une influence sur le pouvoir judiciaire en vertu du pouvoir de nommer des juges et de superviser les fonctions judiciaires et l’application de la loi. [64] Les plus hautes juridictions du Mali sont la Cour suprême, qui a des pouvoirs judiciaires et administratifs, et une Cour constitutionnelle distincte qui procède à la révision judiciaire des actes législatifs et sert d’arbitre électoral. [64] [69] Il existe plusieurs tribunaux inférieurs, bien que les chefs de village et les aînés résolvent la plupart des conflits locaux dans les zones rurales. [64]

Relations extérieures

L’orientation de la politique étrangère du Mali est de plus en plus pragmatique et pro-occidentale au fil du temps. [70] Depuis l’institution d’une forme de gouvernement démocratique en 2002, les relations du Mali avec l’Occident en général et avec les États-Unis en particulier se sont considérablement améliorées. [70] Le Mali a une relation de longue date ambivalente avec la France, ancien dirigeant colonial . [70] Le Mali était actif dans des organisations régionales telles que l’ Union africaine jusqu’à sa suspension lors du coup d’Etat malien de 2012 . [70] [71]

Travailler pour contrôler et résoudre les conflits régionaux, comme en Côte d’Ivoire , au Libéria et en Sierra Leone , est l’un des principaux objectifs de politique étrangère du Mali. [70] LeMali se sent menacé par le potentiel de retombées des conflits dans les États voisins, et les relations avec ces voisins sont souvent mal à l’aise. [70] L’insécurité générale aux frontières du nord, y compris le banditisme transfrontalier et le terrorisme, reste une question troublante dans les relations régionales. [70]

Militaire

Les forces militaires du Mali se composent d’une armée, qui comprend les forces terrestres et la force aérienne [72] , ainsi que la Gendarmerie paramilitaire et la Garde républicaine, qui sont sous le contrôle du ministère de la Défense et des anciens combattants du Mali, dirigé par un civil . [73] L’armée est sous-payée, mal équipée et nécessite une rationalisation. [73]

Économie

La Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest s’occupe des affaires financières du Mali et d’autres membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest . Le Mali est l’un des pays les plus pauvres du monde. [72] Le salaire annuel moyen du travailleur est d’environ 1 500 $ US. [74]

Le Mali a subit une réforme économique, à partir de 1988 en signant des accords avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international . [74] En 1988-1996, le gouvernement du Mali a largement réformé les entreprises publiques. Depuis l’accord, seize entreprises ont été privatisées, 12 partiellement privatisées et 20 liquidées. [74] En 2005, le gouvernement malien a concédé une société ferroviaire à la Société Savage. [74] Deux sociétés importantes, la Societé de télécommunications du Mali ( SOTELMA ) et la Cotton-Ginning Company ( CMDT ) devraient être privatisées en 2008. [74]

Entre 1992 et 1995, le Mali a mis en place un programme d’ajustement économique qui a entraîné une croissance économique et une réduction des déséquilibres financiers. Le programme a augmenté les conditions sociales et économiques et a amené le Mali à rejoindre l’Organisation mondiale du commerce le 31 mai 1995. [75]

Le Mali est également membre de l’ Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique ( OHADA ). [76] Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté depuis. En 2002, le PIB s’est élevé à 3,4 milliards de dollars US [77] et a augmenté de 5,8 milliards de dollars en 2005 [74], ce qui représente un taux de croissance annuel d’environ 17,6%.

Le Mali fait partie de la «zone française» ( Zone Franc ), ce qui signifie qu’il utilise le franc CFA . Le Mali est lié au gouvernement français par accord depuis 1962 (création de BCEAO ). Aujourd’hui, les sept pays de la BCEAO (y compris le Mali) sont connectés à la Banque centrale française. [78]

Agriculture

L’industrie clé du Mali est l’agriculture. Le coton est la plus grande exportation de cultures du pays et est exporté vers l’ouest dans tout le Sénégal et en Côte d’Ivoire. [79] [80] En 2002, 620 000 tonnes de coton ont été produites au Mali, mais les prix du coton ont considérablement diminué en 2003. [79] [80] En plus du coton, le Mali produit du riz, du millet , du maïs , des légumes, du tabac et de l’arbre cultures. L’or, le bétail et l’agriculture représentent 80% des exportations du Mali. [74]

Quatre-vingts pour cent des travailleurs maliens sont employés dans l’agriculture. 15 pour cent des travailleurs maliens sont employés dans le secteur des services. [80] Les variations saisonnières entraînent un chômage temporaire régulier des travailleurs agricoles . [81]

Mining

En 1991, avec l’aide de l’ Association internationale de développement , le Mali a assoupli l’application des codes miniers, ce qui a entraîné un renouvellement des intérêts étrangers et des investissements dans l’industrie minière. [82] L’or est extrait dans la région du sud et le Mali a la troisième production d’or la plus élevée en Afrique (après l’Afrique du Sud et le Ghana ). [79]

L’émergence de l’or en tant que principal produit d’exportation du Mali depuis 1999 a contribué à atténuer certains des effets négatifs des crises du coton et de la Côte d’Ivoire. [83] D’autres ressources naturelles comprennent le kaolin , le sel, le phosphate et le calcaire . [74]

Énergie

Voir aussi: Liste des centrales au Mali

L’électricité et l’eau sont entretenus par l’Energie du Mali, ou EDM, et les textiles sont générés par Industry Textile du Mali, ou ITEMA. [74] Le Mali a utilisé efficacement l’ hydroélectricité , soit plus de la moitié de la puissance électrique du Mali. En 2002, 700 GWh d’hydroélectricité ont été produits au Mali. [80]

Energie du Mali est une entreprise d’électricité qui fournit de l’électricité aux citoyens du Mali. Seulement 55% de la population dans les villes ont accès à l’EDM. [84]

Infrastructure de transport

Article principal : Transport au Mali

Au Mali, il y a un chemin de fer qui relie les pays limitrophes. Il existe également environ 29 aéroports dont 8 ont des pistes pavées. Les zones urbaines sont connues pour leur grande quantité de taxis verts et blancs . Une somme importante de la population dépend des transports en commun .

Société

Données démographiques

En juillet 2009, la population du Mali était estimée à 14,5 millions. La population est principalement rurale (68% en 2002) et 5 à 10% des Maliens sont nomades . [85] Plus de 90 pour cent de la population vit dans le sud du pays, en particulier à Bamako , qui compte plus d’un million de résidents. [85]

En 2007, environ 48 pour cent des Maliens avaient moins de 12 ans, 49 pour cent avaient 15-64 ans et 3 pour cent avaient 65 ans et plus. [72] L’âge médian était de 15,9 ans. [72] Le taux de natalité en 2014 est de 45,53 naissances par 1 000, et le taux de fécondité total (en 2012) était de 6,4 enfants par femme. [72] [86] Le taux de mortalité en 2007 était de 16,5 décès pour 1 000. [72]L’espérance de vie à la naissance était de 53,06 ans au total (51,43 pour les hommes et 54,73 pour les femmes). [72] Le Mali a l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés au monde , [85]avec 106 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2007.

Origine ethnique

Les Touaregs sont des habitants historiques et nomades du nord du Mali.

La population du Mali comprend un certain nombre de sous-Saharienne groupes ethniques. Le Bambara ( Bambara : Bamanankaw ) est de loin le plus grand groupe ethnique unique, représentant 36,5% de la population. [85]

Collectivement, les Bambara, Soninké , Khassonké et Malinké (aussi appelé Mandingues ), partie du plus large Mandé groupe, constituent 50 pour cent de la population du Mali. [72]D’autres groupes significatifs sont les Fula (français: Peul ; Fula : Fulɓe ) (17%), Voltaic (12%), Songhai (6%) et Touareg et Moor (10%). [72]

Dans l’extrême nord, il y a une division entre les berbères -descendent touaregs populations nomades et les Bella ou à peau foncée Tamasheq personnes, en raison de la propagation historique de l’ esclavage dans la région. Environ 800 000 personnes au Mali sont descendues d’ esclaves . [37] L’esclavage au Mali a persisté pendant des siècles. [87] La population arabe a bien gardé les esclaves jusqu’au 20ème siècle, jusqu’à ce que l’esclavage ait été supprimé par les autorités françaises vers le milieu du 20ème siècle. Il subsiste encore certaines relations de servitude héréditaire, [88] [89] et, d’après certaines estimations, même aujourd’hui, environ 200 000 maliens restent esclaves.

Bien que le Mali ait connu des relations interethniques raisonnablement bonnes basées sur la longue histoire de la coexistence, il existe une relation de servitude et de servitude héréditaire, ainsi que des tensions ethniques entre le Songhai établi et les Touaregs nomades du Nord. [85] En raison d’un contrecoup contre la population du Nord après l’indépendance, le Mali est maintenant dans une situation où les deux groupes se plaignent de la discrimination de l’autre groupe. [91] Ce conflit joue également un rôle dans le conflit continu du Mali du Nord où il y a une tension entre les Tuaregs et le gouvernement malien, les Touaregs et les islamistes radicaux qui tentent d’établir la charia . [92]

Langues

Article principal : Langues du Mali

La langue officielle du Mali est le français et plus de 40 langues africaines sont également parlées par les différents groupes ethniques . [85] Environ 80 pour cent de la population du Mali peut communiquer à Bambara , qui sert de lingua franca importante . [85]

Mali dispose de 12 langues nationales à côté français et bambara , à savoir Bomu , Tieyaxo Bozo , Toro Alors dogon , Maasina fulfulde , Hassaniya arabe , Mamara Senoufo , Kita Maninkakan , Soninké , Koyraboro Senni , Syenara Senoufo , Tamasheq et Xaasongaxango . Chacun est dit première langue principalement par le groupe ethnique avec lequel il est associé.

Religion

Article principal: Religion au Mali
Religion au Mali [93]
religion pour cent
Islam
90%
Christianisme
5%
Indigène
5%
Une entrée de mosquée

L’islam a été introduit en Afrique de l’Ouest au 11ème siècle et reste la religion prédominante dans une grande partie de la région. On estime que 90 pour cent des Maliens sont musulmans (principalement sunnites et Ahmadiyya [94] ), environ 5 pour cent sont chrétiens (environ les deux tiers catholiques et un tiers protestant) et les 5 pour cent restants adhèrent à des croyances animistes autochtones ou traditionnelles . [93] On croit que l’ athéisme et l’agnosticisme sont rares parmi les Maliens, dont la plupart pratiquent quotidiennement leur religion. [95]

La constitution établit un état laïc et prévoit la liberté de religion , et le gouvernement respecte largement ce droit. [95]

L’islam traditionnellement pratiqué au Mali a été modéré, tolérant et adapté aux conditions locales; Les relations entre les musulmans et les praticiens des religions religieuses minoritaires ont généralement été amicales. [95] Après l’imposition 2012 de la règle de la charia dans le nord du pays, cependant , le Mali est classé haut (numéro 7) dans l’indice de persécution chrétien publié par Open Doors , qui a décrit la persécution dans le nord comme sévère. [96] [97]

Education

Article principal : Education au Mali
Étudiants du secondaire à Kati

L’enseignement public au Mali est en principe gratuit et obligatoire pour neuf ans entre sept et seize ans. [95] Le système englobe six années d’enseignement primaire à partir de l’âge de 7 ans, suivies de six années d’études secondaires. [95] Le taux actuel de scolarisation primaire du Mali est faible, en grande partie parce que les familles ne sont pas en mesure de couvrir le coût des uniformes, des livres, des fournitures et autres frais requis. [95]

Au cours de l’année scolaire 2000-2001, le taux de scolarisation primaire était de 61% (71% des hommes et 51% des femmes). À la fin des années 1990, le taux de scolarisation du secondaire était de 15% (20% des hommes et 10% des femmes). [95] Le système éducatif est en proie au manque d’écoles dans les zones rurales, ainsi qu’à la pénurie d’enseignants et de matériaux. [95]

Les estimations des taux d’alphabétisation au Mali vont de 27-30 à 46,4 pour cent, les taux d’alphabétisation étant nettement plus faibles chez les femmes que chez les hommes. [95] L’ Université de Bamako , qui comprend quatre universités constituantes, est la plus grande université du pays et inscrit environ 60 000 étudiants de premier et deuxième cycles. [98]

Santé

Article principal: Santé au Mali

Le Mali fait face à de nombreux problèmes de santé liés à la pauvreté, à la malnutrition et à l’ hygiène et à l’ assainissement inadéquats . [95] Les indicateurs de santé et de développement du Mali se classent parmi les pires au monde. [95] L’espérance de vie à la naissance est estimée à 53,06 ans en 2012. [99] En 2000, 62 à 65% de la population estimait avoir accès à de l’eau potable et seulement 69% aux services d’assainissement d’une certaine sorte. [95] En 2001, les dépenses des administrations publiques pour la santé ont totalisé environ 4 dollars EU par habitant à un taux de change moyen. [100]

Des efforts ont été faits pour améliorer la nutrition et réduire les problèmes de santé associés, en encourageant les femmes à produire des versions nutritives de recettes locales. Par exemple, l’ Institut international de recherche sur les cultures pour les zones tropicales semi-arides ( ICRISAT ) et la Fondation Aga Khan , ont formé des groupes de femmes pour établir équine , une version saine et nutritionnelle de la recette traditionnelle di-dèguè (comprenant de la pâte d’arachide, du miel et du millet Ou farine de riz). L’objectif était de stimuler la nutrition et les moyens de subsistance en produisant un produit que les femmes pourraient fabriquer et vendre, et qui serait accepté par la communauté locale en raison de son patrimoine local. [101]

Les installations médicales au Mali sont très limitées et les médicaments sont insuffisants. [100] Le paludisme et d’autres maladies à l’origine d’arthropodes prévalent au Mali, de même qu’un certain nombre de maladies infectieuses telles que le choléra et la tuberculose . [100] La population du Mali souffre également d’un taux élevé de malnutrition infantile et d’un faible taux de vaccination . [100] On estime que 1,9% de la population adulte et des enfants était atteinte du VIH / sida cette année-là, parmi les taux les plus bas en Afrique subsaharienne . [100] On estime que 85 à 91 pour cent du Mali ‘ Les filles et les femmes ont eu une mutilation génitale féminine (données de 2006 et 2001). [102] [103]

Culture

Article principal: Culture du Mali
Konoguel Mosquée tour

La culture quotidienne variée des Maliens reflète la diversité ethnique et géographique du pays. [104] La plupart des Maliens portent des robes fluides et colorées appelées boubous typiques de l’Afrique de l’Ouest. Les Maliens participent souvent à des festivals, des danses et des cérémonies traditionnelles. [104]

Musique

Les traditions musicales maliennes sont dérivées des griots , connus sous le nom de “Keepers of Memories”. [105] La musique malienne est diverse et a plusieurs genres différents. Certaines influences maliennes célèbres dans la musique sont le musicien virtuose de kora Toumani Diabaté , le ngoni avec Bassekou Kouyate, le virtuose de l’ électrique jeli ngoni , les racistes tardifs et le guitariste du blues Ali Farka Touré , le groupe Tuareg Tinariwen et plusieurs artistes afro-pop tels que Salif Keita , le duo Amadou et Mariam , Oumou Sangare , Rokia Traore et Habib Koité . La danse joue également un rôle important dans la culture malienne. [106] Les soirées de danse sont des événements communs entre amis, et les danses de masques traditionnelles sont exécutées lors d’événements de cérémonie. [106]

Littérature

Bien que la littérature du Mali soit moins célèbre que sa musique, [107], le Mali a toujours été l’un des centres intellectuels les plus animés d’Afrique. [108] La tradition littéraire du Mali se fait principalement par bouche à oreille, avec jalis récitant ou chantant des histoires et des histoires connues par le cœur. [108] [109] Amadou Hampâté Bâ , l’ historien le plus connu du Mali, a passé une bonne partie de sa vie à écrire ces traditions orales pour que le monde se souvienne. [109]

Le roman le plus connu par un écrivain malien est Yambo Ouologuem de Le Devoir de violence , qui a remporté le 1968 Prix Renaudot , mais dont l’ héritage a été entaché par des accusations de plagiat. [108] [109] Parmi les autres écrivains maliens bien connus figurent Baba Traoré, Modibo Sounkalo Keita, Massa Makan Diabaté , Moussa Konaté et Fily Dabo Sissoko . [108] [109]

Sport

Les enfants maliens jouent au football dans un village Dogon

Le sport le plus populaire au Mali est le football (football), [110] [111] qui est devenu plus important après que le Mali ait accueilli la Coupe d’Afrique des Nations 2002 . [110] [112] La plupart des villes et des villes ont des jeux réguliers; [112] les équipes les plus populaires à l’échelle nationale sont Djoliba AC , Stade Malien et Real Bamako , tous basés dans la capitale. [111] Les jeux informels sont souvent joués par les jeunes en utilisant un paquet de chiffons comme balle. [111]

Le basket-ball est un autre sport majeur; [111] [113] l’ équipe nationale de basket-ball féminin du Mali , dirigée par Hamchetou Maiga , a participé aux Jeux olympiques de Beijing de 2008 . [114] La lutte traditionnelle ( la lutte ) est également un peu commune, bien que la popularité ait diminué au cours des dernières années. [112] Le jeu wari , une variante mancala , est un passe-temps commun. [111]

Cuisine

Article principal : cuisine malienne
Thé malien

Le riz et le millet sont les produits de base de la cuisine malienne , principalement à base de céréales. [115] [116] Les céréales sont généralement préparées avec des sauces à base de feuilles comestibles, comme les épinards ou le baobab , avec de la sauce tomate et peuvent être accompagnées de morceaux de viande grillée (généralement du poulet, du mouton , du boeuf ou de la chèvre). [115] [116] La cuisine malienne varie selon les régions. [115] [116] D’autres plats populaires incluent fufu , jollof rice , et maafe .

Médias

Au Mali, il y a plusieurs journaux tels que Les Echos , L’Essor , Info Matin , Nouvel Horizon et Le Républicain . [117] Les télécommunications au Mali comprennent 869 600 téléphones mobiles, 45 000 télévisions et 414 985 internautes. [118]


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *