Costa Rica


Costa Rica ( i / ˌ k ɒ s t ə r i k ə / ; Espagne: [Kosta Rika] , ce qui signifie littéralement “côte riche”), officiellement la République du Costa Rica ( espagnol : República de Costa Rica ), est Pays d’Amérique centrale , bordé par le Nicaragua au nord, le Panama au sud-est, l’océan Pacifique à l’ouest, la mer des Caraïbes à l’est et l’Équateur au sud de l’île du Cocos . Il a une population d’environ 4,5 millions d’habitants,

Le Costa Rica a été peu habité par des peuples indigènes avant d’être dominé par l’ Espagne au 16ème siècle. Il restait une colonie périphérique de l’empire jusqu’à l’indépendance dans le cadre de l’ Empire du Premier Empire mexicain de courte durée , suivi d’une adhésion aux Provinces-Unies de l’Amérique centrale , d’où il a officiellement déclaré la souveraineté en 1847. Depuis, le Costa Rica est resté parmi les Les nations les plus stables, les plus prospères et les plus progressistes d’Amérique latine. Après une brève guerre civile , il a aboli définitivement son armée en 1949, devenant l’un des rares pays souverains sans armée permanente .

Le pays a constamment joué favorablement dans l’ Indice de développement humain (IDH), se situant au 69e rang mondial en 2015 , parmi les plus hauts de toute nation latino-américaine. [9] Il a également été cité par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) comme ayant atteint un développement humain beaucoup plus élevé que les autres pays aux mêmes niveaux de revenu, avec un meilleur bilan sur le développement humain et les inégalités que la médiane de la région. [10] L’économie en développement rapide, une fois fortement dépendante de l’agriculture, s’est diversifiée pour inclure des secteurs tels que les finances, les produits pharmaceutiques et l’ écotourisme .

Le Costa Rica est connu pour ses politiques environnementales progressives, étant le seul pays à respecter les cinq critères du PNUD établis pour mesurer la durabilité environnementale. [11] Il a été classé 42ème au monde et troisième dans les Amériques , dans l’ indice de performance environnementale 2016 , [12] a été classé deux fois dans le meilleur des pays performants dans l’ Indice de la Happy Planet de la Fondation New Economics (NEF) , qui mesure La durabilité environnementale [13] [14] et a été identifiée par le NEF comme le pays le plus vert du monde en 2009. [15] Le Costa Rica prévoit officiellement devenir un pays neutre en carbone d’ ici 2021. [16] [17] [18] En 2012, il est devenu le premier pays des Amériques à interdire la chasse récréative. [19] [20]

Histoire

Une sphère de pierre créée par la culture Diquis au Musée national du Costa Rica . La sphère est l’icône de l’identité culturelle du pays.

Période précolombienne

Les historiens ont classé les indigènes du Costa Rica comme appartenant à la zone intermédiaire , où les périphéries des cultures indigènes mésoaméricaines et andines se chevauchaient. Plus récemment, le Costa Rica précolombien a également été décrit comme faisant partie de la zone isthmo-colombienne .

La plus ancienne preuve (création d’outils en pierre) de l’occupation humaine au Costa Rica est associée à l’arrivée de divers groupes de chasseurs-cueilleurs d’ environ 10 000 à 7 000 ans avant notre ère dans la vallée de Turrialba . La présence de flèches et de flèches de type culture Clovis d’ Amérique du Sud ouvre la possibilité que, dans ce domaine, deux cultures différentes coexistent. [21]

L’agriculture est devenue évidente dans les populations qui vivaient au Costa Rica il y a environ 5 000 ans. Ils ont surtout cultivé des tubercules et des racines (comme les carottes). Pour le premier et le deuxième millénaire BCE, il y avait déjà des communautés agricoles établies. Ceux-ci étaient petits et dispersés, bien que la transition de la chasse et de la cueillette à l’agriculture comme principal moyen de subsistance sur le territoire soit encore inconnue. [22]

La première utilisation de la poterie apparait entre 2 000 et 3 000 avant notre ère. Des éclats de pots, des vases cylindriques, des plateaux, des gourdes et d’autres vases décorés de rainures, d’estampes et d’animaux modelés ont été trouvés. [23]

L’impact des peuples autochtones sur la culture costaricienne moderne a été relativement faible par rapport aux autres nations, car le pays a manqué d’une forte civilisation indigène pour commencer. La plupart de la population indigène a été absorbée par la société coloniale de langue espagnole par inter-mariage, à l’exception de quelques petits restes, dont les plus significatifs sont les tribus Bribri et Boruca qui habitent encore les montagnes de la Cordillère de Talamanca , dans le sud-est Une partie du Costa Rica, près de la frontière avec le Panama .

Colonisation espagnole

Les comptes diffèrent quant à savoir si le nom la costa rica (l’espagnol pour la «côte riche») a d’abord été appliqué par Christophe Colomb , qui a navigué sur les rives orientales du Costa Rica lors de son dernier voyage en 1502 [24] et a signalé la présence d’un vaste Des quantités de bijoux en or parmi les indigènes [25] ou par le conquistador Gil González Dávila , qui ont atterri sur la côte ouest en 1522, ont rencontré les indigènes et ont approprié une partie de leur or. [26]

Pendant la majeure partie de la période coloniale, le Costa Rica était la province la plus méridionale de la capitale générale du Guatemala , qui appartenait nominalement à la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne , mais qui, en pratique, fonctionnait comme une entité largement autonome dans l’ Empire espagnol . La distance du Costa Rica par rapport à la capitale au Guatemala , l’interdiction légale de la législation espagnole de commercer avec ses voisins du sud au Panama, puis une partie du vice-roi de la Nouvelle-Grenade (c’est-à-dire la Colombie ) et le manque de ressources comme l’or et l’argent, a fait Costa Rica dans une région pauvre, isolée et peu habitée dans l’Empire espagnol. [27] Le Costa Rica a été décrit comme ”

Un autre facteur important derrière la pauvreté au Costa Rica était l’absence d’une population autochtone significative disponible pour l’ encomienda (travail forcé), ce qui signifiait que la plupart des colons costaricains devaient travailler sur leur propre pays, empêchant l’établissement de grandes haciendas (plantations). Pour toutes ces raisons, le Costa Rica était, dans l’ensemble, méconnu et négligé par la Couronne espagnole et laissé se développer seul. On pense que les circonstances au cours de cette période ont entraîné une grande partie des idiosyncrasions pour lesquelles le Costa Rica est devenu connu, tout en préparant le développement du Costa Rica en tant que société plus égalitaire que le reste de ses voisins. Le Costa Rica est devenu une “démocratie rurale” Sans classe métisse ou indigène opprimée. Il ne fallut pas longtemps avant que les colons espagnols se tournent vers les collines, où ils trouvèrent un sol volcanique riche et un climat plus doux que celui des basses terres. [29]

Indépendance

Comme le reste de l’Amérique centrale, le Costa Rica n’a jamais combattu pour l’indépendance de l’Espagne. Le 15 septembre 1821, après la défaite espagnole finale dans la Guerre d’indépendance mexicaine (1810-21), les autorités au Guatemala ont déclaré l’indépendance de toute l’Amérique centrale. Cette date est encore célébrée comme Jour de l’Indépendance au Costa Rica même si, techniquement, sous la Constitution espagnole de 1812 qui avait été réintégrée en 1820, le Nicaragua et le Costa Rica étaient devenus une province autonome avec sa capitale à León .

Après l’indépendance, les autorités costariciennes ont été confrontées à la question de décider officiellement de l’avenir du pays. Deux groupes se sont formés, les impérialistes, défendus par les villes de Cartago et Heredia qui étaient favorables à rejoindre l’ Empire mexicain , et les républicains, représentés par les villes de San José et Alajuela qui ont défendu l’indépendance totale. En raison du manque d’accord sur ces deux résultats possibles, la première guerre civile du Costa Rica s’est produite. La bataille d’Ochomogo, qui a eu lieu sur la colline d’Ochomogo, située dans la vallée centrale en 1823. Le conflit a été remporté par les républicains et, par conséquent, la ville de Cartago a perdu son statut de capitale, Qui a déménagé à San José . [30] [31] [32]

En 1838, longtemps après que la République fédérale d’Amérique centrale a cessé de fonctionner en pratique, le Costa Rica s’est formellement retiré et s’est proclamé souverain. La distance considérable et les faibles routes de communication entre la ville de Guatemala et le plateau central, où la plupart de la population costaricienne vivaient et vivaient encore aujourd’hui, signifiait que la population locale avait peu d’allégeance au gouvernement fédéral au Guatemala. Depuis l’époque coloniale jusqu’à maintenant, la réticence du Costa Rica à s’imposer politiquement avec le reste de l’Amérique centrale a été un obstacle majeur aux efforts d’intégration régionale.

Croissance économique

Le café a d’abord été planté au Costa Rica au début du 19ème siècle et a d’abord été expédié en Europe en 1843, devenant bientôt la première grande exportation du Costa Rica. La production de café est restée la principale source de richesse du Costa Rica au XXe siècle. La plupart du café exporté a été cultivé autour des principaux centres de population dans le Plateau Central, puis transportés par oxcart au Pacifique port de Puntarenas . Étant donné que le marché principal du café était en Europe, il est rapidement devenu une priorité élevée pour développer une route de transport du plateau central vers l’océan Atlantique. À cette fin, dans les années 1870, le gouvernement costaricien a contracté avec l’homme d’affaires américain mineur C. Keith pour construire un chemin de fer vers le port caribéen de Limón . Malgré d’énormes difficultés avec la construction, les maladies et le financement, le chemin de fer a été achevé en 1890.

La plupart des Afro-Costariciens, qui représentent environ 3% de la population du pays, descendent de la Jamaïque des immigrants qui travaillaient dans la construction de ce chemin de fer. [33] Les condamnés américains, les Italiens et les immigrants chinois ont également participé au projet de construction. En échange de l’achèvement du chemin de fer, le gouvernement costaricien a accordé à Keith de vastes étendues de terre et un bail sur la voie de train, qu’il a utilisé pour produire des bananes et les exporter vers les États-Unis. En conséquence, les bananes sont venues rivaliser avec le café en tant que principale exportation costaricienne, tandis que les sociétés étrangères (y compris United Fruit Company ) ont commencé à occuper un rôle majeur dans l’économie nationale . [ Citation requise ]

20ième siècle

Historiquement, le Costa Rica a généralement bénéficié d’une plus grande paix et d’une stabilité politique plus cohérente par rapport à bon nombre de ses pays latino-américains. Depuis la fin du 19ème siècle, cependant, le Costa Rica a connu deux périodes importantes de violence. En 1917-1919, le général Federico Tinoco Granados a statué comme un dictateur militaire jusqu’à ce qu’il soit renversé et contraint à l’exil. L’impopularité du régime de Tinoco a conduit, après avoir été renversé, à une diminution considérable de la taille, de la richesse et de l’influence politique de l’armée costaricienne. En 1948, José Figueres Ferrer a mené un soulèvement armé à la suite d’une élection présidentielle contestée entre le précédent président Rafael Ángel Calderón Guardia (il a été président de 1940 à 1944) et Otilio Ulate Blanco . [34] Avec plus de 2 000 morts, la guerre civile costaricienne de 44 jours qui en a résulté a été l’événement le plus sanglant du Costa Rica au cours du 20e siècle.

Les rebelles victorieuses ont formé une junte du gouvernement qui a aboli l’armée et supervisé la rédaction d’une nouvelle constitution par une assemblée démocratiquement élue. [35]Après avoir promulgué ces réformes, la junte a transféré le pouvoir à Ulate le 8 novembre 1949. Après le coup d’État , Figueres est devenu un héros national, remportant les premières élections démocratiques du pays sous la nouvelle constitution en 1953. Depuis lors, Costa Rica a tenu 14 élections présidentielles, la dernière en 2014 . Avec une démocratie ininterrompue datant d’au moins 1948, le pays est le plus stable de la région.

Géographie

Costa Rica se trouve sur la centrale américaine isthme , située entre les latitudes 8 ° et 12 ° N , et longitudes 82 ° et 86 ° de longitude ouest . Il borde la mer des Caraïbes (à l’est) et l’océan Pacifique (à l’ouest), avec un total de 1 290 km (800 mi) de littoral, 212 km (132 mi) sur la côte des Caraïbes et 1 066 km (631 mi) Sur le Pacifique. Le Costa Rica borde également le Nicaragua au nord (309 km ou 192 mi de frontière ) et le Panama au sud-sud-est (330 km ou 210 mi de frontière). Au total, le Costa Rica comprend 51,100 kilomètres carrés (19 700 000 pieds carrés) plus 589 kilomètres carrés (227 pieds carrés) d’ eaux territoriales .

Le point culminant du pays est le Cerro Chirripó , à 3 819 mètres (12 530 pi); C’est le cinquième plus haut en Amérique centrale. Le volcan le plus haut du pays est le volcan Irazú (3,431 m ou 11,257 pieds) et le plus grand lac est le lac Arenal . Il y a 14 volcans connus au Costa Rica et six d’entre eux ont été actifs au cours des 75 dernières années. [36] Le pays a également connu au moins dix tremblements de terre de magnitude 5,7 ou plus (3 de magnitude 7,0 ou plus) au siècle dernier.

Le Costa Rica comprend également plusieurs îles. L’île de Cocos (24 kilomètres carrés ou 9,3 milles carrés) se distingue en raison de sa distance de la masse continentale, à 480 kilomètres de Puntarenas , mais Isla Calero est la plus grande île du pays (151,6 kilomètres carrés ou 58,5 milles carrés) . Plus de 25% du territoire national du Costa Rica est protégé par le SINAC (système national des zones de conservation) qui supervise l’ ensemble des aires protégées du pays . Le Costa Rica possède également la plus grande densité d’espèces dans le monde. [37]

Climat

Parce que le Costa Rica est situé entre 8 et 12 degrés au nord de l’ équateur , le climat est tropical toute l’année. Cependant , le pays a de nombreux microclimats en fonction de l’élévation, des précipitations, de la topographie et de la géographie de chaque région particulière.

Les saisons du Costa Rica sont définies par la quantité de pluie tombée pendant une période donnée. L’année peut être divisée en deux périodes, la saison sèche connue des résidents en été et la saison des pluies, connue sous le nom d’hiver. Le “été” ou la saison sèche va de décembre à avril, et l’hiver ou la saison des pluies va de mai à novembre, qui coïncide presque avec la saison des ouragans de l’Atlantique , et pendant ce temps, il pleut constamment dans certaines régions.

L’emplacement qui reçoit le plus de pluie est les pentes des Caraïbes des montagnes de la Cordillère Central , avec des précipitations annuelles de plus de 5 000 mm (196,9 po). L’humidité est également plus élevée du côté des Caraïbes que du côté du Pacifique. La température annuelle moyenne sur les plaines côtières est d’environ 27 ° C (81 ° F), 20 ° C (68 ° F) dans les principales zones peuplées de la Cordillère centrale et inférieure à 10 ° C (50 ° F) sur les sommets Des plus hautes montagnes. [38]

[ Cacher ]Données climatologiques pour le Costa Rica
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc An
Moyenne élevée ° C (° F) 27
(81)
27
(81)
28
(82)
28
(82)
27
(81)
27
(81)
27
(81)
27
(81)
26
(79)
26
(79)
26
(79)
26
(79)
26,8
(80,5)
Moyenne basse ° C (° F) 17
(63)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
17
(63)
18
(64)
18
(64)
18
(64)
17,8
(63,8)
Précipitation moyenne mm (pouces) 6,3
(0,248)
10,2
(0,402)
13,8
(0,543)
79,9
(3,146)
267,6
(10,535)
280,1
(11,028)
181,5
(7,166)
276,9
(10,902)
355,1
(13,98)
330,6
(13,016)
135,5
(5,335)
33,5
(1,319)
1,971
(77,6)
Pourcentage de soleil possible 40 37 39 33 25 20 21 22 20 22 25 34 28.2
Source: [39]

la faune et la flore

Le Costa Rica abrite une grande variété de plantes et d’animaux. Bien que le pays ait seulement environ 0,1% de la masse continentale mondiale, il contient 5% de la biodiversité mondiale . [40] [41] Environ 25% de la superficie terrestre du pays est dans les parcs nationaux protégés et les aires protégées [42] [43] le pourcentage le plus élevé d’aires protégées dans le monde (moyenne mondiale en développement 13%, moyenne mondiale développée 8% ). [44] [45] [46] Le Costa Rica a réussi à réduire la déforestation de certains des pires taux du monde de 1973 à 1989, à presque zéro d’ici 2005. [44]

Un parc national, le parc national de Corcovado , est mondialement reconnu parmi les écologistes pour sa biodiversité (y compris les grands chats et les tapirs ) et est l’endroit où les visiteurs peuvent s’attendre à voir une abondance de la faune. [47] [48] Corcovado est le seul parc au Costa Rica où se trouvent les quatre espèces de singes costaricains . [49] Ces programmes sont les capucins à tête blanche , le hurleur mante , mis en danger le singe araignée de Geoffroy , [49] [50] et le singe écureuil centraméricain , a trouvé que sur la côte Pacifique du Costa Rica et une petite partie du Panama , Et considéré comme menacé jusqu’en 2008, lorsque son statut a été amélioré pour les personnes vulnérables. La déforestation, le commerce illicite d’animaux domestiques et la chasse sont les principales raisons de son statut menacé. [51]

Parc national de Tortuguero – le nom de Tortuguero peut être traduit par “Des tortues pleines de tortues” – abrite des amoureux des araignées, des hurleurs et des capucins à gorge blanche; Le paresseux à trois doigts et le paresseux à deux doigts ; 320 espèces d’oiseaux; Et une variété de reptiles. Le parc est reconnu pour la nidification annuelle de la tortue verte en voie d’extinction et est le site de nidification le plus important pour l’espèce. La tortue tortueuse géante , la bande dessinée et les tortues caouannes y nichent également . La réserve forestière de Monteverde abrite environ 2 000 espèces de plantes, [52] incluant de nombreuses orchidées. Plus de 400 types d’oiseaux et plus de 100 espèces de mammifères peuvent y être trouvés. [52]

Plus de 840 espèces d’oiseaux ont été identifiées au Costa Rica. Comme c’est le cas dans une grande partie de l’Amérique centrale, les espèces aviaires au Costa Rica sont un mélange d’espèces nord et sud-américaines. Les arbres fruitiers abondants du pays, dont beaucoup portent des fruits toute l’année, sont extrêmement importants pour les oiseaux, dont certains survivent à des régimes qui ne contiennent qu’un ou deux types de fruits. Certaines des espèces d’ oiseaux les plus remarquables du pays comprennent le quetzal resplendissant , ara , araponga tricaronculé , umbrellabird nu cou , et le toucan de quille à bec . [53] L’ Instituto Nacional de Biodiversidad est autorisé à percevoir des redevances sur toute découverte biologique d’importance médicale. Le Costa Rica est un centre de diversité biologique pour les reptiles et les amphibiens , y compris le lézard le plus rapide du monde, l’iguane à queue épineuse ( Ctenosaura similis ). [54]

Rivières

Informations complémentaires: Liste des rivières du Costa Rica

Économie

Selon la Banque mondiale , le PIB par habitant du Costa Rica est de 12 874 $ US PPP (à partir de 2013 ); Cependant , ce pays en développement est toujours confronté à un manque de maintenance et de nouveaux investissements dans les infrastructures, un taux de pauvreté estimé à 23%, [1] [55], un taux de chômage de 7,8% (2012 est.) [1] et un déficit commercial de 5,2%. Pour l’ exercice 2007, le pays a affiché un excédent du gouvernement . La croissance économique en 2008 a diminué à une augmentation de 3% face à la récession mondiale (en baisse par rapport à la croissance de 7% et 9% au cours des deux années précédentes ). [1] [56]

Le taux d’ inflation du Costa Rica a été estimé à 4,5% en 2012. Le 16 octobre 2006, un nouveau système de change a été introduit, ce qui a permis à la CRC colón de flotter entre deux bandes, comme cela a été fait précédemment par le Chili . L’objectif de cette politique était de permettre à la Banque centrale de mieux faire face à l’inflation et de décourager l’utilisation du dollar américain. Toutefois, à partir d’août 2009, la valeur du colón , l’unité de monnaie du Costa Rica, par rapport au dollar a diminué à 86% de sa valeur de fin de 2006 (voir les tableaux de trading forex couramment disponibles ). À partir d’avril 2014, elle commercialise environ 550 dollars US, [57] et environ 760 colones à l’euro.

Le gouvernement central offre des exonérations fiscales pour ceux qui veulent investir dans le pays. Plusieurs sociétés mondiales de haute technologie ont déjà commencé à se développer dans la région et exportent des marchandises, y compris Intel , GlaxoSmithKline et Procter & Gamble . En 2006, l’ installation de microprocesseur d’ Intel était responsable de 20% des exportations costariciennes et de 4,9% de son PIB. [58] [59] En 2014, Intel a annoncé qu’il mettrait fin au secteur manufacturier au Costa Rica et licencierait 1 500 employés. L’installation se poursuit maintenant comme établissement de test et de conception avec environ 1 600 employés restants. [60] Le commerce avec l’Asie du Sud-Est et la Russie a explosé en 2004 et 2005,

Les produits pharmaceutiques, l’externalisation financière, le développement de logiciels et l’ écotourisme sont devenus les principales industries de l’économie du Costa Rica. Des niveaux élevés d’éducation parmi ses habitants font du pays un lieu d’investissement attractif. Depuis 1999, le tourisme gagne plus de devises que les exportations combinées des trois principales cultures commerciales du pays : les bananes, les ananas et le café. [63] La production de café a joué un rôle clé dans l’histoire et l’économie du Costa Rica et, d’ici 2006, était la troisième exportation de cultures de rente. [63]

Les plus grandes zones de production de café sont dans les provinces de San José, Alajuela, Heredia, Puntarenas et Cartago. Le Costa Rica est célèbre pour ses grains de café gastronomiques , avec le Tarrazú costaricain parmi les plus beaux grains de café arabica utilisés dans le monde pour faire du café expresso , avec la Jamaïque Blue Mountain , l’ Antigua guatémaltèque et le Sidamo éthiopien . [64] [65] [66] [67]

L’emplacement du Costa Rica permet d’accéder aux marchés américains car il a le même fuseau horaire que la partie centrale des États-Unis et l’accès direct aux océans en Europe et en Asie. Lors d’un référendum national le 5 octobre 2007, les électeurs costaricains ont étroitement soutenu un accord de libre-échange, avec 51,6% des votes “Oui”. [68]

Le Costa Rica est le pays le plus visité de la région d’Amérique centrale, [69] avec 2,9 millions de visiteurs étrangers en 2016, en hausse de 10% par rapport à 2015. [70] En 2012, le secteur du tourisme était responsable de 2,8 millions de dollars. [71] Le pays d’origine principal d’entrer au Costa Rica en 2016 était aux États-Unis avec 1 000 000 de visiteurs, suivi de l’Europe avec 434 884 arrivées. [72] Selon les vacances du Costa Rica, une fois que les touristes arrivent dans le pays, 22% vont à Tamarindo, 18% vont à Arenal, 17% passent par le Liberia (où se trouve l’aéroport international Daniel Oduber Quiros), 16% vont à San José, la capitale du pays (passant également par l’aéroport Juan Santamaria), tandis que 18% choisissent Manuel Antonio et 7% Monteverde. [73] Le tourisme gagne maintenant plus de devises que les bananes et le café combinés. [63] [74]

Pionnier de l’ écotourisme , le Costa Rica attire de nombreux touristes dans ses vastes parcs nationaux et ses aires protégées. [75] Dans l’ Indice de compétitivité des voyages et du tourisme de 2011 , le Costa Rica s’est classé au 44e rang mondial et deuxième parmi les pays d’Amérique latine après le Mexique. [76] Dans le sous-domaine «ressources naturelles», le Costa Rica se classe au sixième rang mondial dans le pilier des ressources naturelles, mais le 104e en termes de ressources culturelles. [76] Le Costa Rica occupe le troisième rang des soixante pays couverts par l’ indice mondial de l’économie verte de 2014 . [77] Dans la catégorie du tourisme durable, le Costa Rica est classé premier.

Le Costa Rica a également mis au point un système de paiements pour services environnementaux . [44] De même, le Costa Rica a une taxe sur la pollution de l’eau pour pénaliser les entreprises et les propriétaires qui déversent les eaux usées, les produits chimiques agricoles et d’autres polluants dans les cours d’eau. [78] En mai 2007, le gouvernement costaricien a annoncé son intention de devenir 100% neutre en carbone d’ ici 2021. [79] En 2015 , 93 pour cent de l’électricité du pays provient de sources renouvelables . [80] En 2016, le pays a produit 98% d’électricité à partir de sources renouvelables et a coulé complètement sur des sources renouvelables pendant 110 jours continus. [81]

En 1996, la loi sur les forêts a été promulguée pour fournir des avantages financiers directs aux propriétaires fonciers pour la fourniture de services environnementaux. [44] Cela a permis de réorienter le secteur forestier de la production commerciale du bois et de la déforestation qui en a résulté , et a contribué à sensibiliser aux services qu’elle fournit à l’économie et à la société (c.-à-d. La fixation du carbone , les services hydrologiques tels que la production d’eau potable fraîche, la protection de la biodiversité , Et la prestation de beauté pittoresque). [44]

Gouvernance

divisions administratives

Costa Rica est composé de sept provinces, qui sont à leur tour divisés en 81 cantons (espagnol: Cantón , pluriel Cantones ), dont chacun est dirigé par un maire. Les maires sont choisis démocratiquement tous les quatre ans par chaque canton. Il n’y a pas de législature provinciale. Les cantons sont divisés en 473 districts ( distritos ). Les provinces sont:

  1. Alajuela
  2. Cartago
  3. Guanacaste
  4. Heredia
  5. Limón
  6. Puntarenas
  7. San José

Relations étrangères

Barack Obama et Laura Chinchilla avec des enfants costaricains à San José Le Costa Rica est un membre actif des Nations Unies et de l’ Organisation des États américains . La Cour interaméricaine des droits de l’homme et l’ Université de la paix des Nations Unies sont basées au Costa Rica. Il est également membre de nombreuses autres organisations internationales liées aux droits de l’homme et à la démocratie, comme la Communauté des démocraties . L’un des principaux objectifs de la politique étrangère du Costa Rica est de promouvoir les droits de l’homme et le développement durable comme moyen d’assurer la stabilité et la croissance. [82]

Le Costa Rica est membre de la Cour pénale internationale , sans un accord d’immunité bilatérale de protection pour les militaires des États-Unis (tel qu’indiqué à l’ article 98 ). Le Costa Rica est observateur de l’ Organisation Internationale de la Francophonie .

Le 10 septembre 1961, quelques mois après que Fidel Castro ait déclaré Cuba un Etat socialiste, le président costaricien Mario Echandi a mis fin aux relations diplomatiques avec Cuba par le décret exécutif numéro 2 . Ce gel a duré 47 ans jusqu’à ce que le président Óscar Arias Sánchez ait rétabli les relations normales le 18 mars 2009, en disant: «Si nous avons pu transformer la page en régimes aussi profondément différents de notre réalité qu’avec l’URSS ou, plus récemment, Avec la République de Chine, comment ne le ferions-nous pas avec un pays géographiquement et culturellement plus proche du Costa Rica? ” Arias a annoncé que les deux pays échangeraient des ambassadeurs. [83]

Le Costa Rica a un désaccord à long terme avec le Nicaragua sur la rivière San Juan , qui définit la frontière entre les deux pays et les droits de navigation du Costa Rica sur la rivière. [84] En 2010, il y a eu également un différend autour d’Isla Calero et l’impact du dragage nicaraguayen de la rivière dans cette zone. [85]

Le 14 juillet 2009, la Cour internationale de Justice de La Haye a soutenu les droits de navigation du Costa Rica à des fins commerciales à la pêche de subsistance sur le bord de la rivière. Un traité de 1858 a étendu les droits de navigation au Costa Rica, mais le Nicaragua a refusé le voyage des passagers et la pêche faisait partie du marché; La cour a jugé que les costaricains sur la rivière n’étaient pas tenus d’avoir des cartes ou des visas touristiques nicaraguayens comme le Nicaragua l’a fait valoir, mais, dans un clin d’œil aux Nicaraguayens, a statué que les bateaux et les passagers du Costa Rica doivent s’arrêter au premier et au dernier port nicaraguayen le long de leur parcours . Ils doivent également avoir un document d’identité ou un passeport. Le Nicaragua peut également imposer des horaires sur le trafic costaricain. Le Nicaragua peut exiger des bateaux costaricains pour afficher le drapeau du Nicaragua , Mais ne peut pas les facturer pour l’autorisation de départ de ses ports. C’étaient tous des éléments précis de contestation portés devant le tribunal dans le dépôt de 2005. [86]

Le 1er juin 2007, le Costa Rica a cassé les liens diplomatiques avec Taiwan , ce qui a permis de reconnaître la République populaire de Chine. Le Costa Rica a été le premier des pays d’Amérique centrale à le faire. Le président Óscar Arias Sánchez a admis que l’action était une réponse à l’exigence économique. [87] En réponse, la République populaire de Chine a construit un nouveau stade de football de pointe de 100 millions de dollars dans Parque la Sabana , dans la province de San José. Environ 600 ingénieurs et travailleurs chinois ont participé à ce projet et a été inauguré en mars 2011, avec un match entre les équipes nationales du Costa Rica et de la Chine .

Le Costa Rica a terminé un mandat sur le Conseil de sécurité des Nations Unies , ayant été élu pour un mandat de deux ans non renouvelable aux élections de 2007 . Son mandat a expiré le 31 décembre 2009; C’était la troisième fois au Costa Rica au Conseil de sécurité.

Données démographiques

Le recensement de 2011 comptait une population de 4,301,712 personnes réparties parmi les groupes suivants: 83,6% blancs ou métis , 6,7% mulâtres , 2,4% des Indiens d’ Amérique , 1,1% noir ou afro-antillaise , et 5,2% d’ autres. [1]

Il y a également plus de 104 000 habitants indigènes ou indigènes, représentant 2,4% de la population. La plupart d’entre eux vivent dans des réserves isolées, répartis entre huit groupes ethniques: Quitirrisi (dans la vallée centrale), Matambú ou Chorotega (Guanacaste), Maleku (nord Alajuela), Bribri (Atlantique sud), Cabécar (cordillère de Talamanca), Guaymí ( Au sud du Costa Rica, le long de la frontière du Panama), Boruca (sud du Costa Rica) et Térraba (sud du Costa Rica).

La population d’origine européenne est principalement espagnole descente, [1] avec un nombre important de familles italiennes, allemand, anglais, néerlandais, français, irlandais, portugais et polonais, ainsi une importante communauté juive. La majorité des Afro-Costariciens sont créoles anglais des descendants de noirs 19ème siècle jamaïcains travailleurs immigrés.

Le recensement de 2011 a classé 83,6% de la population comme étant blanc ou mastusque. Les mulâtres (mélange de blanc et de noir) représentaient 6,7% et les indigènes 2,4%. [1] Les populations de sang mixtes autochtones et européennes sont beaucoup moins nombreuses que dans d’autres pays d’Amérique latine. Les exceptions sont Guanacaste , où près de la moitié de la population est visuellement mestizo, un héritage des unions les plus répandues entre les colons espagnols et les Chorotega amérindiens à travers plusieurs générations, et Limón , où réside la grande majorité de la communauté afro-costaricienne.

Le Costa Rica accueille de nombreux réfugiés, principalement de la Colombie et du Nicaragua . À la suite de cela et de l’immigration illégale, environ 10 à 15% (400 000 à 600 000) de la population costaricienne sont composés de nicaraguayens. [88] [89] Certains Nicaraguayens migrent pour des opportunités saisonnières de travail, puis retournent dans leur pays. Le Costa Rica a accueilli de nombreux réfugiés d’autres pays d’Amérique latine qui ont fui les guerres civiles et les dictatures dans les années 1970 et 1980, notamment du Chili et de l’ Argentine , ainsi que des personnes d’ El Salvador qui ont fui les guérilleros et les escadrons de la mort du gouvernement . [90]

Selon la Banque mondiale , en 2010, environ 489 200 immigrants vivaient dans le pays, principalement du Nicaragua, du Panama, du Salvador, du Honduras, du Guatemala et du Belize, tandis que 125 306 Costaricains vivent à l’étranger aux États-Unis, au Panama, au Nicaragua, en Espagne, au Mexique , Le Canada, l’Allemagne, le Venezuela , la République dominicaine et l’Équateur . [91]

Religion

Religion au Costa Rica [92] [93]
  Le catholicisme (70,5%)
  Le protestantisme (13,8%)
  Irréligion (11,3%)
  Bouddhisme (2,1%)
  Autres religions (2,2%)
Basílica de Nuestra Señora de los Ángeles (Basilique de Notre-Dame des Anges), en pèlerinage en 2007

Le christianisme est la religion prédominante du Costa Rica, le catholicisme romain étant la religion d’Etat officielle selon la Constitution de 1949, qui garantit en même temps la liberté de religion . Il est le seul État dans les Amériques qui a établi le catholicisme romain comme religion d’Etat; D’autres pays de ce type sont des microréseaux en Europe: le Liechtenstein , Monaco , la Cité du Vatican et Malte .

Selon le plus récent sondage national sur la religion, mené en 2007 par l’ Université du Costa Rica , 70,5% des costaricains sont des catholiques romains (44,9% des catholiques pratiquants), 13,8% sont protestants évangéliques (presque tous pratiquent), 11,3% déclarent Qu’ils n’ont pas de religion et 4,3% appartiennent à une autre religion. Le taux de laïcité est élevé par les normes latino-américaines.

En raison de l’immigration faible, mais continue, en provenance d’Asie et du Moyen-Orient, d’autres religions ont augmenté, le plus populaire étant le bouddhisme, avec environ 100 000 praticiens (plus de 2% de la population). [93] La plupart des bouddhistes sont membres de la communauté chinoise Han d’environ 40 000 avec de nouveaux convertis locaux. Il y a aussi des petits nombres d’ hindous , juifs , baha’i , musulmans et néo-païenne [94] adhérents.

La synagogue de Sinagoga Shaarei Zion [95] se trouve près du parc de La Sabana Metropolitan à San José . Plusieurs maisons dans le quartier à l’est du parc affichent l’ étoile de David et d’autres symboles juifs. [96]

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours réclame plus de 35 000 membres et a un temple à San José qui a servi de centre de culte régional pour le Costa Rica. [97] Cependant, ils représentent moins de 1% de la population. [98] [99]

Langues

La langue principale parlée au Costa Rica est l’ espagnol , qui présente des caractéristiques distinctes du pays . Certaines langues autochtones sont encore parlées dans les réserves autochtones; les plus importants numériquement sont les Bribri , Maleku , Cabécar et langues Ngäbere , dont certains ont plusieurs milliers de locuteurs au Costa Rica – d’ autres quelques centaines. Certaines langues, comme Teribe et Boruca , ont moins de mille locuteurs . Une langue créole-anglaise , le patois jamaïcain (également connu sous le nom Mekatelyu ), est parlé le long de la côte des Caraïbes. Environ 10,7% du Costa Rica ‘ La population adulte âgée de 18 ans ou plus parle anglais, 0,7% en français et 0,3% parle portugais ou allemand en langue seconde. [100]

Culture

Le Costa Rica était le point où les cultures autochtones mésoaméricaines et sud-américaines se rencontraient. Le nord-ouest du pays, la péninsule de Nicoya, était le point de vue le plus méridional de l’influence culturelle nahuatl lorsque les conquérants espagnols sont arrivés au 16ème siècle. Les parties centrale et méridionale du pays avaient des influences Chibcha . La côte atlantique, quant à elle, a été peuplée d’ouvriers africains au cours des XVIIe et XVIIIe siècles.

À la suite de l’immigration des Espagnols, leur culture espagnole du XVIe siècle et son évolution ont marqué la vie quotidienne et la culture jusqu’à aujourd’hui, avec la langue espagnole et la religion catholique comme principales influences.

Le Département de la culture, de la jeunesse et des sports est chargé de la promotion et de la coordination de la vie culturelle. Le travail du département est divisé en Direction de la Culture, des Arts Visuels, des Arts Scéniques, de la Musique, du Patrimoine et du Système de Bibliothèques. Des programmes permanents, tels que l’Orchestre symphonique national du Costa Rica et l’Orchestre symphonique de la jeunesse, se composent de deux domaines de travail: la culture et la jeunesse. [ Citation requise ]

Les genres orientés vers la danse, tels que la soca , la salsa , la bachata , le merengue , la cumbia et le swing costaricain, sont de plus en plus fréquent par des personnes plus âgées que plus jeunes. La guitare est populaire, surtout en accompagnement des danses folkloriques; Cependant, la marimba a été faite l’instrument national.

Pura Vida ” est la phrase la plus reconnue aux costaricains, et reflète le mode de vie costaricien. Souvent, les personnes qui se promènent dans les rues ou achètent de la nourriture dans les magasins disent bonjour en disant « Pura Vida », ce qui signifie une vie pure ou une bonne vie. Il peut être formulé comme une question ou comme une reconnaissance de sa présence. Une réponse recommandée à “Comment allez-vous?” Serait ” Pura Vida “. [ Citation requise ]

Cuisine

Cuisine du Costa Rica est un mélange de amérindien , espagnol, d’ Afrique et bien d’ autres origines de la cuisine. Des plats tels que le très traditionnel Tamale et bien d’ autres en maïs sont les plus représentatifs de ses habitants autochtones, et semblable à d’ autres pays d’ Amérique centrale voisins. Les Espagnols ont apporté de nombreux nouveaux ingrédients au pays à partir d’autres terres, en particulier les épices et les animaux domestiques. Et plus tard au 19ème siècle, la saveur africaine a prêté sa présence avec l’influence d’autres saveurs mélangées aux Caraïbes. C’est ainsi que la cuisine costaricienne aujourd’hui est très variée, chaque groupe ethnique nouvellement devenu membre de la population du pays a influencé la cuisine du pays. [101] [ source non fiable? ]

Des sports

Costa Rica entered the Summer Olympics for the first time in 1936 with the fencer Bernardo de la Guardia and the Winter Olympics for the first time in 1980 with the skier Arturo Kinch. All four of Costa Rica’s Olympic medals were won by the sisters Silvia and Claudia Poll in swimming, with Claudia winning the only gold medal in 1996.

Football is the most popular sport in Costa Rica. The national team has played in four FIFA World Cup tournaments and reached the quarter-finals for the first time in 2014.[102][103] Its best performance in the regional CONCACAF Gold Cup was runner-up in 2002. Paulo Wanchope, a forward who played for three clubs in England’s Premier League in the late 1990s and early 2000s, is credited with enhancing foreign recognition of Costa Rican football.[104]

Education

The literacy rate in Costa Rica is 96.3%,[1] one of the highest in Latin America. When the army was abolished in 1949, it was said that the “army would be replaced with an army of teachers”.[105] Universal public education is guaranteed in the constitution; primary education is obligatory, and both preschool and high school are free. There are only a few schools in Costa Rica that go beyond the 12th grade. Students who finish 11th grade receive a Costa Rican Bachillerato Diploma accredited by the Costa Rican Ministry of Education.

There are both state and private universities. The University of Costa Rica has been awarded the title “Meritorious Institution of Costa Rican Education and Culture”.

Health

Selon le PNUD , en 2010, l’ espérance de vie à la naissance pour les costaricains était de 79,3 ans. [106] La péninsule de Nicoya est considérée comme l’une des Zones bleues dans le monde, où les gens habitent généralement en vie active depuis plus de 100 ans. [107] [108] La New Economics Foundation (NEF) a classé Costa Rica en premier dans son 2009 Happy Planet Index , et une fois de plus en 2012. L’indice mesure la santé et le bonheur qu’ils produisent par unité d’intrants environnementaux. [13] [14] Selon NEF, Costa Rica ‘ s plomb est en raison de sa très grande espérance de vie qui est le deuxième plus élevé dans les Amériques , et plus que les États-Unis. Le pays a également connu un bien-être supérieur à celui de nombreuses nations riches et une empreinte écologique par habitant d’ un tiers de la taille des États-Unis. [109]

In 2002, there were 0.58 new general practitioner (medical) consultations and 0.33 new specialist consultations per capita, and a hospital admission rate of 8.1%. Preventive health care is also successful. In 2002, 96% of Costa Rican women used some form of contraception, and antenatal care services were provided to 87% of all pregnant women. All children under one have access to well-baby clinics, and the immunization coverage rate in 2002 was above 91% for all antigens.[citation needed] Costa Rica has a very low malaria incidence of 48 per 100,000 in 2000 and no reported cases of measles in 2002. The perinatal mortality rate dropped from 12.0 per 1000 in 1972 to 5.4 per 1000 in 2001.[110]

Costa Rica has been cited in various journals as Central America’s great health success story.[citation needed] Its healthcare system is ranked higher than that of the United States, despite having a fraction of its GDP.[111] Prior to 1940, government hospitals and charities provided most health care. But since the 1941 creation of the Social Insurance Administration (Caja Costarricense de Seguro Social – CCSS), Costa Rica has provided universal health care to its wage-earning residents, with coverage extended to dependants over time. In 1973, the CCSS took over administration of all 29 of the country’s public hospitals and all health care, also launching a Rural Health Program (Programa de Salud Rural) for primary care to rural areas, later extended to primary care services nationwide. In 1993, laws were passed to enable elected health boards that represented health consumers, social insurance representatives, employers, and social organizations. By the year 2000, social health insurance coverage was available to 82% of the Costa Rican population. Each health committee manages an area equivalent to one of the 83 administrative cantons of Costa Rica. There is limited use of private, for-profit services (around 14.4% of the national total health expenditure). About 7% of GDP is allocated to the health sector, and over 70% is government funded.

Primary health care facilities in Costa Rica include health clinics, with a general practitioner, nurse, clerk, pharmacist and a primary health technician. In 2008, there were five specialty national hospitals, three general national hospitals, seven regional hospitals, 13 peripheral hospitals, and 10 major clinics serving as referral centers for primary care clinics, which also deliver biopsychosocial services, family and community medical services and promotion and prevention programs. Patients can choose private health care to avoid waiting lists.[citation needed]

Le Costa Rica fait partie des pays d’Amérique latine qui sont devenus des destinations populaires pour le tourisme médical . [112] [113] En 2006, le Costa Rica a reçu 150 000 étrangers venus pour un traitement médical. [112] [113] [114] Le Costa Rica est particulièrement attrayant pour les Américains en raison de la proximité géographique, de la qualité des services médicaux et de la baisse des coûts médicaux. [113]

Depuis 2012, le tabagisme au Costa Rica est soumis à certaines des réglementations les plus restrictives au monde.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *