Communauté française de Belgique


En Belgique , la Communauté française ( française : Communauté française ) fait référence à l’ une des trois communautés linguistiques constitutionnelles constitutives . Depuis 2011, la Communauté française a utilisé le nom de la Fédération Wallonie-Bruxelles ( Française : Fédération Wallonie-Bruxelles ), qui est sujette à controverse car son nom dans la constitution belge n’a pas changé et parce qu’il est considéré comme une déclaration politique. Le nom de « Communauté française » fait référence aux francophones belges , et non aux Français résidant en Belgique. A ce titre, la Communauté française de Belgique est parfois rendu en anglais comme « la Communauté germanophone de Belgique langue française » pour plus de clarté. [3]

La Communauté a son propre parlement , le gouvernement et l’ administration. Son drapeau officiel est identique au drapeau wallon , qui est aussi le drapeau officiel des Wallons de Wallonie .

La Wallonie abrite 80% des Belges francophones, les 20% restants résidant à Bruxelles , qui est le siège du parlement de la Communauté française.

Historiquement , cette communauté a parlé des variantes de Wallonie , Flandre , Picard , luxembourgeois ou mosellan allemand , mais de nos jours, la langue dominante est très majoritairement belge français , à l’ exception de certaines zones le long de la frontière du Grand-Duché de Luxembourg (principalement le quartier appelé Terre d’Arlon ou région d’ Arlon ), où est encore largement luxembourgeoise parlé.

La description

La Communauté française de Belgique comprend 4,5 millions de personnes, dont:

  • 3,6 millions vivent dans la Région wallonne (qui est presque la totalité des habitants de cette région, à l’ exception des personnes qui vivent dans les communes germanophones, qui sont environ 70 000);
  • 900000 [4] vivant dans la Région de Bruxelles-Capitale (de 1,1 million d’ habitants).

Francophones qui vivent dans la Région flamande ne sont pas inclus dans les chiffres officiels de la Communauté française, la Communauté française n’a pas compétence dans cette région. Leur nombre est inconnu, compte tenu de l’absence de statut de sous-nationalité et le découragement des critères linguistiques dans la prise de recensement. Les estimations de la population de langue française de Flandre varient de 120 000, [5] autour de 200 000, [6] à environ 300 000. [7]

La Communauté française de Belgique représente environ 41% de la population totale de la Belgique; 58% de la population appartient à la Communauté flamande , et 1% à la Communauté germanophone .

Autre nom

Pendant des années , il y a eu des indices que la Communauté voulait mieux démontrer [ citation nécessaire ] le lien entre la Wallonie et Bruxelles , les deux principaux territoires où les francophones sont majoritaires. Ceux – ci comprennent la création de plusieurs organisations telles que Wallonie-Bruxelles International , un organisme public chargé des affaires culturelles internationales mis en place conjointement par la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française (COCOF, une institution de langue française du Bruxelles Région -Capitale ). [8] Le concept de ” Wallonie-Bruxelles ” est toutefois pas mentionné dans la Constitution belge , et est apparu que dans quelques textes juridiques officiels, tels que le « Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixatif le code de qualité et de l » accueil “du 17 Décembre 2003, en mentionnant le nom” Communauté Wallonie-Bruxelles “et le ” arrêté du Gouvernement de la Communauté française le programme quinquennal approuvant de promotion de la santé 2004-2008 ” du 30 Avril 2004, en mentionnant le nom” Communauté English Wallonie-Bruxelles ».

En mai 2011, le parlement de la Communauté a voté une résolution selon laquelle il serait, dès lors, utiliser le nom « Fédération Wallonie-Bruxelles » ( en français: « Fédération Wallonie-Bruxelles ») pour toutes ses communications, campagnes et dans la administration. Le mouvement a été immédiatement interprété comme agressif par les autorités flamandes, le ministre-président de la Flandre annonçant qu’il ne reconnaîtrait pas la fédération comme un organisme officiel et en disant que les documents qui seraient envoyés par la fédération serait inconstitutionnelle et donc n’existerait pas. [9]

Alors que les autorités de la Communauté reconnaissent le fait que le nouveau nom ne figure pas dans la Constitution belge, ils insistent sur le fait que leur mouvement n’est pas illégal, tant est utilisé comme un nom supplémentaire pour la Communauté et ne sert pas le nouveau nom quand il pourrait créer un problème juridique (comme les textes officiels publiés au Journal officiel belge ). [dix]

Bien que l’ ancien Premier ministre belge Yves Leterme a déclaré que le gouvernement fédéral ne serait pas utiliser le nouveau nom [11] et les Flamands VRT a décidé de ne pas utiliser le nouveau nom dans ses programmes d’information non plus , [12] il est utilisé par la langue française médias, y compris le RTBF réseau public, qui est entièrement contrôlé par la Communauté. Les médias indépendants / privé utilise à la fois l’alternative et la désignation d’ origine.

En Septembre 2011, la Communauté a adopté un nouveau logo qui intègre son nouveau nom.

Politique et gouvernement

Voir aussi: Parlement de la Communauté française et Gouvernement de la Communauté française

La Communauté française de Belgique est régie par le Parlement de la Communauté française , qui choisit la branche exécutive, le gouvernement de la Communauté française .

Parlement

Le Parlement de la Communauté française ( française : Parlement de la Communauté française ou PCF) est l’assemblée législative de la Communauté française de Belgique basée dans le Quartier royal . Il se compose de tous les 75 membres du Parlement wallon , à l’ exception des membres germanophones (actuellement deux) qui sont substitués par les membres francophones du même parti, et 19 membres élus par le groupe linguistique français du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale à l’intérieur de l’ancien corps. Ces membres sont élus pour un mandat de cinq ans.

Le président actuel du Parlement de la Communauté française est Philippe Courard  ( fr ) ( PS ).

Composition actuelle (2014-2019)

Voir aussi: Liste des membres du Parlement de la Communauté française
affiliation Membres
Parti socialiste (PS) 36
Mouvement réformateur (MR) 30
Centre Humaniste démocratique (cdH) 16
ecolo 6
Fédéralistes francophones démocratique (FDF) 3
Parti des travailleurs de Belgique (TBP-GO!) 2
Parti populaire (PP) 1
Total 94

Note: les partis de la coalition du gouvernement sont désignées par des balles (•)

Exécutif

Le Cabinet de la Communauté française de Belgique ( Français : Gouvernement de la Communauté française ) est la branche exécutive de la Communauté française, et il se trouve aussi à Bruxelles . Il se compose d’un certain nombre de ministres choisis par le Parlement et est dirigé par un ministre-président .

A la suite du 25 mai 2014 des élections , le PS (30 sièges) et CDH partis (13 sièges) ont formé une coalition.

Gouvernement de la Communauté française – III Demotte

  • v
  • t
  • e
Fête prénom Fonction
PS Rudy Demotte ministre Président
PS André Flahaut Ministre du Budget
PS Isabelle Simonis Ministre des droits de la jeunesse et de l’égalité
PS Rachid Madrane Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Justice et Bruxelles
PS Jean-Claude Marcourt Ministre de l’enseignement supérieur, la politique scientifique et des médias
CCQ Joëlle Milquet ( jusqu’en Avril 2016 ) Ministre de l’enseignement obligatoire, la culture et la garde d’enfants
CCQ Marie-Martine Schyns ( d’Avril 2016 ) Ministre de l’enseignement obligatoire et bâtiments scolaires
CCQ Alda Greoli ( d’Avril 2016 ) Ministre de la Culture, Garde d’enfants et des Sports
CCQ René Collin Ministre de l’ Agriculture et du Tourisme ( ministre des Sports jusqu’en Avril 2016 )
  • Le 11 Avril 2016, Joëlle Milquet a démissionné en tant que ministre de l’ éducation obligatoire, la culture et la garde d’ enfants comme elle a été accusée de créer un conflit d’intérêt à utiliser ses assistants ministériels pour l’aider avec une nouvelle campagne électorale en 2014. Quelques jours plus tard, MILQUET a été remplacé par Marie-Martine Schyns et Alda Greoli . Schyns a repris le portefeuille enseignement obligatoire, qu’elle était déjà en charge du cours de la précédente législature. Greoli a repris la culture et la garde d’ enfants de Milquet et a également reçu le portefeuille des sports de René Collin , qui déplacé vers l’ agriculture et du tourisme.

Liste des ministres-Président de la Communauté française

Philippe Moureaux ( 1er trimestre ) 22 Décembre 1981-9 Décembre 1985 PS
Philippe Monfils 9 Décembre 1985-2 Février 1988 PRL
Philippe Moureaux ( 2ème trimestre ) 2 Février – 9 mai 1988 PS
valmy féaux 17 mai 1988-7 Janvier 1992 PS
Bernard Anselme 7 Janvier 1992 – 4 mai 1993 PS
Laurette Onkelinx 4 mai 1993-1913 Juillet 1999 PS
Hervé Hasquin 13 Juillet 1999-1919 Juillet 2004 PRL
Marie Arena 19 Juillet 2004-20 Mars 2008 PS
Rudy Demotte 20 Mars 2008 – opérateur historique PS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *